Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site du patrimoine du Noyau-Religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ensemble institutionnel de Saint-Joseph-de-Kamouraska

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Saint-Joseph-de-Kamouraska

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (7)

Groupes associés (2)

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

Le site du patrimoine du Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska est un ensemble institutionnel de tradition catholique aménagé entre 1919 et 1922. Il comprend l'église, le presbytère, la grange à dîme, la glacière, le cimetière ainsi que le monument de la Vierge et celui dédié à saint Joseph. Érigée en 1919, l'église de plan rectangulaire, sans transept et se terminant par un chevet plat est recouverte de bardeaux d'amiante-ciment. Elle est coiffée d'un toit à deux versants droits. Une sacristie est adossée au lieu de culte et un passage couvert en appentis les relie. Le presbytère est doté du même revêtement. Il se caractérise par son plan carré, son élévation de deux étages et demi et son toit à croupes. Le cimetière se compose d'un terrain entouré d'arbres matures, au relief peu accusé, ponctué de monuments funéraires et d'un calvaire. La grange à dîme et la glacière, coiffées de toits à deux versants, présentent une architecture agricole traditionnelle avec leur revêtement de planches verticales ou de bardeaux de cèdre. Le site du patrimoine est situé au coeur de la municipalité de Saint-Joseph-de-Kamouraska.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saint-Joseph-de-Kamouraska) 2003-12-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site du patrimoine du Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska présente un intérêt pour sa valeur historique. Il constitue un élément fondateur du village. Après quelques requêtes des habitants, les autorités religieuses implantent une mission à Saint-Joseph-de-Kamouraska en 1917. La nouvelle paroisse, dès lors constituée, rassemble 70 familles. L'église est érigée deux ans plus tard; le presbytère est construit en 1922. La même année, le cimetière reçoit sa première sépulture et la grange à dîme est bâtie. Cette dernière, située derrière le presbytère, témoigne d'une ancienne coutume très répandue dans les paroisses québécoises. Il s'agit du prélèvement de la dîme, un impôt payable à l'Église en grains cultivés. Cette pratique assure un revenu au curé. Elle est graduellement remplacée à la fin du XIXe siècle par la capitation, un impôt payable à l'Église en espèces. Dans la première moitié du XXe siècle, la dîme tient encore lieu de mode de paiement dans les régions où l'agriculture représente le principal moteur économique. Cette grange constitue un des rares exemples subsistants de cette coutume. Le Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska rappelle les pratiques religieuses du début du XXe siècle en milieu rural au Québec.

Le site du patrimoine du Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska présente aussi un intérêt pour la valeur architecturale de ses bâtiments. Il comprend des édifices aux fonctions religieuses et agricoles qui illustrent les modes de construction de l'époque. L'église est représentative des lieux de culte érigés en milieu rural au cours des premières décennies du XXe siècle. L'église de Saint-Joseph est composée d'une nef rectangulaire sans transept terminé par un chevet plat. En façade, une tour centrale demi-hors-oeuvre est surmontée d'un clocher à deux niveaux. Les éléments ornementaux variés s'inspirent principalement du vocabulaire classique dont les frontons et les pilastres. Le presbytère s'apparente à l'architecture des maisons cubiques. Il présente un corps de logis principal carré, un toit à croupes, des pignons et une galerie couverte. L'église et le presbytère sont revêtus du même matériau, soit le bardeau d'amiante-ciment en losange, ce qui crée une unité visuelle. Les bâtiments agricoles sont quant à eux issus de l'architecture traditionnelle avec leurs composantes en bois, leur toit à deux versants droits et leurs grandes ouvertures.

Le site du patrimoine du Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska présente également un intérêt pour sa valeur historique liée à son implantation. Il est situé légèrement en retrait de la voie publique, sur un terrain qui surplombe une partie du village. Le presbytère, ses dépendances et le cimetière sont implantés à l'arrière de l'église qui domine le site. Ce regroupement d'installations permet au prêtre de répondre facilement à ses obligations et à ses besoins. Des monuments religieux tels ceux dédiés à la Vierge et à saint Joseph ainsi qu'un calvaire dans le cimetière complètent l'ensemble. Le site du patrimoine du Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska est représentatif des ensembles paroissiaux du début du XXe siècle en milieu rural au Québec.

Source : Municipalité de paroisse de Saint-Joseph-de-Kamouraska, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques site du patrimoine du Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- la présence d'une église, d'un presbytère, d'une grange à dîme, d'une glacière, de deux monuments religieux dédiés à la Vierge et à saint Joseph ainsi que d'un cimetière et de son calvaire;
- son emplacement dans le coeur du village de Saint-Joseph-de-Kamouraska, sur un terrain surélevé, en retrait de la voie publique;
- sa situation sur un terrain aménagé, planté d'arbres matures;
- les caractéristiques de l'église, notamment le volume, dont le plan rectangulaire composé d'une nef rectangulaire sans transept, la sacristie, les toits à deux versants droits, la tour-clocher centrale demi-hors-oeuvre, à deux lanternes, le parvis de la façade et l'escalier à deux volées de la sacristie ainsi que le chemin couvert, les matériaux, dont le revêtement de bardeaux d'amiante-ciment, la tôle de la tour-clocher, le toit de bardeaux de cèdre ainsi que les éléments ornementaux et architecturaux en bois, les ouvertures, dont leur disposition symétrique, les portes à simple ou double vantail avec imposte cintrée, les oculi, les fenêtres cintrées, les fenêtres en demi-cercle, les soupiraux et les chambranles, l'ornementation, dont la frise, les chevrons, les planches cornières et les planches de rives, les clefs décoratives, les pilastres, les frontons, les retours de corniches, la croix du clocher et le coq de cuivre, la souche de cheminée;
- les caractéristiques du presbytère, notamment le volume, dont le corps de logis principal carré, l'élévation de deux étages et demi, l'appentis en façade, le toit à croupes, les pignons, la galerie couverte sur trois côtés ainsi que le balcon, les matériaux, dont le toit en tôle à baguettes, le revêtement de bardeaux d'amiante-ciment en losange ainsi que les éléments ornementaux et architecturaux en bois, les ouvertures, dont leur disposition symétrique, les fenêtres doubles jumelées ou isolées à grands carreaux et à imposte, les oculi, les portes semi-vitrées à deux caissons, les portes-moustiquaires en bois ainsi que les chambranles, l'ornementation, dont la large corniche, la balustrade, les colonnes avec chapiteaux, les planches cornières et de rives, ainsi que la souche de cheminée en brique;
- les caractéristiques de grange à dîme, notamment le volume, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits et les deux ponts de bois permettant l'accès au bâtiment, les matériaux, dont le revêtement de planches verticales, la tôle du toit ainsi que les éléments ornementaux et architecturaux en bois, les ouvertures, dont la porte de grange double sur rail et les portes à panneaux en bois, avec ou sans vitrage, les fenêtres à carreaux de grandeurs variées et les trois fenêtres à battants, l'ornementation, dont les garde-corps des ponts de bois, le mât à l'avant de la grange, le clocheton et son mât de faîtage;
- les caractéristiques de la glacière, notamment le volume, dont le plan rectangulaire et le toit à deux versants droits, les matériaux, dont le revêtement des murs et le toit de bardeaux de cèdre, les ouvertures, dont la porte du rez-de-chaussée et la porte de l'étage, les chambranles, l'ornementation, dont les planches cornières.

Haut de la page

Informations historiques

Le site du patrimoine du Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska est construit entre 1919 et 1922. Dès le début du XXe siècle, les habitants éloignés de la paroisse de Saint-André manifestent l'intérêt d'édifier un lieu de culte plus facile d'accès. Leur première requête formulée en 1904 est refusée. Les autorités religieuses acceptent l'implantation d'une mission religieuse à Saint-Joseph-de-Kamouraska en 1917. Pour établir la paroisse, le territoire doit être réaménagé. Les rangs IX, V et VI sont donc détachés de Saint-André. La délimitation de la nouvelle paroisse soulève le mécontentement de certaines personnes de Sainte-Hélène et de Saint-Alexandre. La paroisse ainsi créée se compose dès lors de 70 familles. Ses activités commencent en 1917, et l'abbé Jules Gervais célèbre la première messe dans une chapelle aménagée dans une maison privée.

La construction de l'église a lieu deux ans plus tard selon les plans de l'architecte Joseph-Siméon Bergeron (1878-1955). Les travaux sont exécutés sous la supervision de l'entrepreneur J.-A. Charest. La messe inaugurale est célébrée le 25 décembre 1919. Simplement décorée, l'église est dotée de pièces de mobiliers offertes par les trois paroisses mères et par de généreux donateurs. En 1921, les cloches sont bénies et un chemin de croix est mis en place. L'année suivante, le presbytère est construit pour le nouveau curé; la grange à dîme est mise en place. Comme une grange-étable traditionnelle, cette dernière abrite les bêtes et permet de remiser les denrées offertes par les agriculteurs en tant que dîme. Toujours en 1922, le cimetière reçoit sa première sépulture.

Plusieurs changements sont apportés au cours des ans : le toit de l'église est refait en 1930; pendant la Seconde Guerre mondiale, la cheminée du temple est restaurée, puis l'église est agrandie. Le choeur se trouve réaménagé, et une sacristie est ajoutée à l'arrière. En 1967, les architectes Lagacé et Massicotte de Rivière-du-Loup conçoivent de nouveaux plans pour l'intérieur de l'église. À la fin des travaux, la voûte s'effondre imposant la reprise des rénovations. De nouveaux bancs donnés par les Soeurs de l'Enfant-Jésus sont installés en 1976. À la fin de la décennie suivante, les perrons de la sacristie et de l'église sont complètement refaits.

Le site du patrimoine du Noyau-religieux-de-Saint-Joseph-de-Kamouraska est constitué en 2003. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Kamouraska

Municipalité :

  • Saint-Joseph-de-Kamouraska

Adresse :

  • rue Principale Est

Latitude :

  • 47° 36' 39.0"

Longitude :

  • -69° 38' 27.6"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Kamouraska Inconnue Absent P-515
P-517

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Comité des fêtes du 75e anniversaire de Saint-Joseph-de-Kamouraska. Au fil des ans : Saint-Joseph-de-Kamouraska, 75 ans: 1922-1997. Saint-Joseph-de-Kamouraska, Comité des fêtes du 75e anniversaire de Saint-Joseph-de-Kamouraska, 1997. 423 p.
  • LETARTE, Adrienne, Luc MARTIN, Georgette OUELLET et Jeannine OUELLET-BOUCHER. C'est notre histoire... Saint-André-de-Kamouraska: de 1633 à 1991. Saint-André-de-Kamouraska, Comité des fêtes du bicentenaire, 1991. 713 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013