Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Magasin général Le Brun

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Magasin général des Lebrun
  • Magasins généraux des Lebrun

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Maskinongé

Usage :

  • Fonction commerciale (Magasins généraux)

Éléments associés

Personnes associées (5)

Images

Carte

Description

Le magasin général Le Brun est un ensemble de trois bâtiments ayant servi de magasins généraux entre 1827 et 1974. Ces trois bâtiments sont de plan rectangulaire. La maison et le petit magasin à charpente en pièce sur pièce, d'un étage et demi, sont coiffés de toits à deux versants retroussés. Le grand magasin d'inspiration néoclassique, de deux étages et demi, a sa façade dans un mur pignon. La maison et le grand magasin, qui donnent sur la rue, sont mitoyens et unifiés par un parement de brique rouge. Le magasin général Le Brun est situé dans la municipalité de Maskinongé, à un carrefour autrefois stratégique de l'ancien chemin du Roy.

Ce bien est classé site patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

2 ½

Groupement :

Autre

Structure :

  • Bois
  • Bois, madrier sur madrier
  • Bois, pièce sur pièce

Annexes :

  • Agrandissement
  • Garage

Saillies :

  • Cheminée
  • Entrée de cave
  • Escalier
  • Galerie
  • Perron
  • Tambour
  • Terrasse

Fondations :

  • Béton
  • Pilotis

Élévations :

  • Façade est : Matériau d'imitation (Papier brique), Brique (Structure apparente)
  • Façade ouest : Matériau d'imitation (Papier brique), Brique (Structure apparente)
  • Façade nord : Brique (Structure apparente)
  • Façade sud : Plastique, Matériau d'imitation (Papier brique), Brique (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle pincée
  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle pincée
  • Forme : À deux versants droits retroussés
  • Forme : À un versant
    Matériau : Tôle pincée

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte et à baies latérales

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux, à battants
  • bois, à panneaux et vitrage, contre-porte
  • de garage
  • métallique, à imposte

Fenêtre(s) :

  • circulaire, Oculus
  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux
  • Rectangulaire, À guillotine
  • Rectangulaire, Coulissante
  • Rectangulaire, Soupirail
  • Rectangulaire, Vitrine

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Balustrade en bois
  • Boiserie ornementale
  • Chambranle
  • Corniche à consoles
  • Corniche moulurée
  • Fronton
  • Larmier cintré
  • Parapet
  • Pilier
  • Planche cornière
  • Planche de rive
  • Plate-bande
  • Retour de l'avant-toit

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1981-02-04
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le magasin général Le Brun présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à la pérennité de sa fonction commerciale. Les magasins généraux naissent avec la formation des premiers villages. Pendant la première moitié du XIXe siècle, ils se généralisent pour atteindre leur apogée entre 1850 et 1875. Leur déclin s'amorce au tournant du XXe siècle, avec la vente par catalogue et l'amélioration des moyens de transport et de communication. Vers 1950, la multiplication des grands magasins a finalement raison de ce type de commerce. Les trois bâtiments qui composent le magasin général Le Brun ont tour à tour servi à cette fonction de 1827 à 1974. De 1873 à 1936, on y trouvait également un bureau de poste. L'utilisation commerciale de ce lieu couvre donc toute la période d'apogée et de déclin du magasin général, qui a joué un grand rôle dans le développement des communautés rurales et villageoises du Québec. Par ailleurs, le magasin général Le Brun a joué un rôle capital dans le développement du hameau autrefois nommé « l'Ormière », puis « Lebrun ». Grâce à sa situation stratégique sur l'ancien chemin du Roy, à la jonction des routes menant aux villages de Saint-Justin et de Saint-Barthélemy, ce commerce demeure prospère pendant environ un siècle et demi.

Le magasin général Le Brun présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Deux modèles de magasins généraux sont présents au Québec. Dans le premier cas, le commerce et la résidence sont situés dans un seul édifice. Dans l'autre cas, le marchand habite une maison annexe ou séparée. Le magasin Le Brun illustre ces deux modèles et témoigne aussi d'une évolution des fonctions associées aux édifices. La maison-magasin, érigée en 1827 pour Eugène Trudeau, combine d'abord l'occupation domestique et marchande. Rien ne la distingue d'une habitation, si ce n'est qu'une pièce du rez-de-chaussée est réservée au magasin et qu'une seconde entrée y donne accès. Le petit magasin, construit en 1803, est déménagé d'un emplacement voisin et annexé à la maison-magasin en 1862, la libérant ainsi de sa fonction commerciale. Ce bâtiment, aussi de type résidentiel, a été dès l'origine conçu pour servir de magasin et possède un arrière-magasin. Reculé lors de la construction du grand magasin en 1916, il sert alors d'entrepôt. Le grand magasin, construit par la famille Le Brun qui est propriétaire des lieux de 1901 à 1974, est un bâtiment d'inspiration néoclassique représentatif des magasins du début du XXe siècle par sa façade aménagée dans un mur pignon et par le fronton rehaussé de modillons jumelés. Le site du magasin général Le Brun est donc un bon exemple de la diversité et de l'évolution des magasins généraux du Québec.

Le magasin général Le Brun présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur ethnologique. Le magasin général est un lieu où diverses marchandises sont conservées, exposées et vendues. L'espace est divisé en deux zones : l'une publique et l'autre réservée au marchand et à la marchandise. Le petit magasin possède encore, outre son arrière-magasin, un comptoir et des étagères. Détail intéressant, ces étagères traversaient des fenêtres de forme traditionnelle qui servaient de vitrines. Le grand magasin, pour sa part, est doté de deux « vraies » vitrines et d'une galerie couverte qui facilite le transbordement des marchandises. Le rez-de-chaussée et l'étage sont utilisés pour le commerce, alors que la cave sert pour l'entreposage. Au rez-de-chaussée, les longs comptoirs parallèles aux murs dégagent un vaste espace central destiné à la clientèle, rappelant ainsi la fonction sociale du magasin général.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du magasin général Le Brun liés à ses valeurs historique, architecturale et ethnologique comprennent, notamment :
- sa situation sur l'ancien chemin du Roy (maintenant chemin du Pied-de-la-Côte), à la croisée des routes menant aux villages de Saint-Justin et de Saint-Barthélemy;
- la mitoyenneté de la maison et du grand magasin;
- la relation entre les trois bâtiments;
- les caractéristiques de la maison-magasin, , dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants retroussés couvert de tôle à baguettes, la disposition régulière des ouvertures, les lucarnes à pignon et la cheminée, la charpente en pièce sur pièce avec assemblage à queue d'aronde et la charpente du toit à tenons, mortaises et chevilles, les ajouts (notamment le parement en brique rouge, la galerie couverte par un avant-toit supporté par des piliers à embases carrées ornées de caissons) et son aménagement intérieur, dont les plafonds à couvre-joints et à caissons, les boiseries à panneaux de l'escalier, le plâtre posé sur des lattes croisées et les planches moulurées;
- les caractéristiques du petit magasin, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, la composition symétrique de la façade, le toit à deux versants, le versant avant retroussé et le soffite à caissons, la charpente en pièce sur pièce couverte de madriers verticaux, l'un des pignons étant destiné à s'appuyer contre une autre structure, le mur pignon couvert de planches, l'asymétrie du toit et l'aménagement intérieur, dont le magasin et l'arrière-magasin, la hauteur des plafonds, la finition en planches verticales, le comptoir à caissons, le plafond en madriers embouvetés, les solives chanfreinées, la marque des étagères au mur et les couleurs anciennes (rouge et vert);
- les caractéristiques du grand magasin, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi, le parement en brique rouge, le toit à deux versants droits de faible pente, les oculus du mur nord-est, la composition symétrique de la façade aménagée sur un mur pignon, le fronton délimité par le retour des corniches et rehaussé par des modillons jumelés, la porte double à imposte, les vitrines, la galerie couverte par un avant-toit supporté par des piliers à embases carrées ornées de caissons, l' aménagement intérieur caractérisé par la distribution des pièces du rez-de-chaussée (vestibule fermé, fumoir et magasin), la présence d'un espace commercial au second étage, le revêtement des murs et du plafond en planches étroites, les comptoirs alignés parallèlement aux murs, les étagères, les escaliers et les boiseries et le sous-sol utilisé pour l'entreposage de marchandises, ainsi que la cheminée et les soupiraux.

Haut de la page

Informations historiques

Les origines du magasin général Le Brun remontent à 1827, alors que le marchand Eugène Trudeau se fait construire une maison en bois par les menuisiers Emmanuel Maçon et François Labonne, en bordure du chemin du Roy, près de l'actuelle municipalité de Saint-Joseph-de-Maskinongé. Il y tient un magasin général durant trois ans. Plus tard, il figurera parmi les patriotes des rébellions de 1837 et de 1838.

Entre 1830 et 1860, le carrefour où la maison-magasin est située connaît une grande activité. Une église, un presbytère, une école de rang, une forge, une tannerie, un moulin à scie, une boulangerie et une fromagerie sont établis à proximité.

En 1862, un petit magasin est annexé à la maison-magasin par ses nouveaux propriétaires, la libérant ainsi de sa fonction commerciale. Ce bâtiment aurait été construit en 1803 pour François Boucher, dernier propriétaire de la seigneurie De Carufel, à quelques kilomètres du carrefour. Un bureau de poste sera présent sur les lieux entre 1873 et 1936, d'abord dans le petit puis dans le grand magasin.

Odilon Le Brun devient propriétaire du magasin général en 1901. Associé à ses frères, il déplace le magasin de 1803 à l'arrière de son terrain et fait construire un grand magasin général. Ce commerce devient rapidement fort populaire, sa renommée s'étendant à toute la région. Pendant ses belles années, il emploie jusqu'à 24 commis. En 1974, le magasin général Le Brun ferme ses portes. L'année suivante, il est sauvé de l'abandon par ses nouveaux propriétaires, qui se consacrent à sa restauration, sa mise en valeur et sa promotion.

Le magasin général Le Brun est reconnu en 1981. Un centre d'interprétation et un café y voient le jour en 1997. Ce bien est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Maskinongé

Municipalité :

  • Maskinongé

Adresse :

  • 192, route du Pied-de-la-Côte

Latitude :

  • 46° 13' 45.2"

Longitude :

  • -73° 4' 13.1"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Maskinongé Paroisse de Saint-Joseph-de-Maskinongé Absent 983

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Yves. « Magasins des Lebrun ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 45.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LAPOINTE, Camille. Le site historique Le Brun, Maskinongé. Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2004. 65 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013