Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Saint-Louis-de-France

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • East Angus

Date :

  • 1907 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le presbytère de Saint-Louis-de-France est une maison cubique construite en 1907. Cette résidence à caractère religieux de plan carré, à deux étages et demi, est coiffée d'un toit en pavillon. Une aile de plan carré, à deux étages, est construite à l'arrière. Une baie en saillie à deux étages est ajoutée à la façade latérale droite. Une galerie ceinture le bâtiment. Le presbytère est situé en retrait de la voie publique, sur une légère élévation de terrain, dans le quartier institutionnel de la ville d'East Angus.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (East Angus) 2001-05-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Saint-Louis-de-France présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice est représentatif d'un type d'architecture résidentielle très répandu dans la première moitié du XXe siècle, soit la maison cubique. Ce modèle, communément appelé « Four Square House » aux États-Unis, est mis au point vers 1890. Il est ensuite largement diffusé grâce aux catalogues d'architecture et devient rapidement très populaire dans toute l'Amérique du Nord, grâce à son volume simple et spacieux. Une ornementation sobre ou élaborée peut y être appliquée. La maison cubique se fait connaître au moment où l'architecture domestique s'industrialise. Son apparition coïncide avec l'arrivée sur le marché de matériaux et d'éléments préfabriqués offerts par catalogue. Le modèle, polyvalent, est aussi adopté par certains architectes. Le presbytère de Saint-Louis-de-France constitue un bon exemple de maison cubique, notamment par son plan carré, son élévation de deux étages et demi, son toit en pavillon percé de grandes lucarnes, et la galerie qui ceinture l'édifice, surmontée d'un balcon en façade principale. Il témoigne de l'utilisation de ce type architectural résidentiel au Québec au début du XXe siècle.

Le presbytère de Saint-Louis-de-France présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec les architectes Wilfrid Joseph Grégoire (1880-1955) et Louis-Napoléon Audet (1881-1971). Grégoire et Audet conçoivent le presbytère de Saint-Louis-de-France en 1907. Wilfrid Joseph Grégoire apprend l'architecture auprès de l'architecte sherbrookois Joseph Jean-Baptiste Verret (1867-1903) de 1897 à 1902. À la mort de Verret, Grégoire reprend les travaux de ce dernier. Louis-Napoléon Audet fait son apprentissage auprès de Grégoire, de 1903 à 1907. Les deux architectes s'associent en 1907. Jusqu'en 1910, ils réalisent ensemble plusieurs édifices à caractère religieux, notamment les églises de Saint-François-Xavier à Brompton, de Saint-Zénon à Piopolis et de Sainte-Catherine à Hatley. Les deux architectes poursuivent ensuite leur carrière séparément. Grégoire conçoit, entre autres, les églises de Saint-Élie à Orford et de Saint-Janvier à Weedon. Il effectue aussi les agrandissements du Séminaire de Sherbrooke. Audet réalise de nombreux édifices religieux au Québec et au Nouveau-Brunswick, notamment les cathédrales de Valleyfield et de Moncton. Le presbytère de Saint-Louis-de-France témoigne de l'association de ces deux architectes ayant marqué le paysage architectural québécois.

Source : Ville d'East Angus, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Saint-Louis-de-France liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan carré, l'élévation de deux étages et demi, le toit en pavillon, la baie en saillie à deux étages, la galerie, le balcon;
- les matériaux, dont les fondations en béton, le parement en planche de fibres de bois pressées, le bois des chambranles et des détails ornementaux;
- les ouvertures, dont les fenêtres de format rectangulaire et allongé, les portes à baies latérales surmontées d'impostes, les lucarnes à croupe, la lucarne à pans coupés;
- l'ornementation, dont les colonnes à chapiteaux corinthiens, leur disposition jumelée en façade, les chambranles de facture simple et les découpes en bois, les rampes d'escalier à arabesques, le fronton couronnant la baie en saillie;
- l'annexe, dont sa situation à l'arrière du bâtiment, son plan carré, son élévation de deux étages, son toit à croupe;
- sa situation en retrait de la voie publique, sur une légère élévation d'un terrain paysager;
- sa localisation dans le noyau institutionnel et commercial de la ville d'East Angus.

Haut de la page

Informations historiques

Le premier presbytère de Saint-Louis-de-France est construit vers 1885, l'année suivant la construction de la première chapelle. En 1907, le premier presbytère est déménagé et la construction du presbytère actuel est entreprise selon les plans des architectes Wilfrid Joseph Grégoire (1880-1955) et Louis-Napoléon Audet (1881-1971). Grégoire apprend l'architecture auprès de l'architecte sherbrookois Joseph Jean-Baptiste Verret (1867-1903) de 1897 à 1902. Ensuite, il reprend ses travaux à la mort de ce dernier. Audet fait son apprentissage auprès de Grégoire, de 1903 à 1907. Les deux architectes s'associent de 1907 à 1910. Ils réalisent ensemble de nombreux édifices à caractère religieux, notamment les églises de Saint-François-Xavier à Brompton, de Saint-Zénon à Piopolis et de Sainte-Catherine à Hatley. Les deux architectes poursuivent ensuite leur carrière séparément. Grégoire conçoit notamment les églises de Saint-Élie à Orford et de Saint-Janvier à Weedon. Il effectue aussi les agrandissements du Séminaire de Sherbrooke. Audet réalise de nombreux édifices religieux au Québec et au Nouveau-Brunswick, entre autres, les cathédrales de Valleyfield et de Moncton.

Les travaux sont sous la responsabilité de l'entrepreneur Charles Verreault, et la couverture est posée par l'entrepreneur S.J.D. Gauthier. Le presbytère de Saint-Louis-de-France est un exemple de maison cubique. Ce modèle d'architecture résidentielle, communément appelé « Four Square House » aux États-Unis, est mis au point vers 1890. Il est ensuite largement diffusé grâce aux catalogues d'architecture. Ce type résidentiel devient rapidement très populaire dans toute l'Amérique du Nord, grâce à son volume simple et spacieux. Une ornementation sobre ou élaborée peut y être appliquée. La maison cubique apparaît au moment où l'architecture domestique s'industrialise, avec l'arrivée sur le marché de matériaux et d'éléments préfabriqués offerts par catalogue. Le modèle, polyvalent, est aussi adopté par certains architectes, comme en témoigne le presbytère d'East Angus.

Le presbytère de Saint-Louis-de-France est cité en 2001.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Le Haut-Saint-François

Municipalité :

  • East Angus

Adresse :

  • 166, rue Saint-Jean Est

Latitude :

  • 45° 29' 1.0"

Longitude :

  • -71° 39' 27.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Compton Canton de Westbury Absent 13-235 ptie
13-236 ptie
13-237 ptie
13-238-1 du Rg. 3

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013