Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Louis-de-France

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Église de Saint-Louis-de-Westbury

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • East Angus

Date :

  • 1921 – 1923 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'église de Saint-Louis-de-France est un lieu de culte de tradition catholique construit de 1921 à 1923. D'inspiration néogothique, l'église en pierre présente un plan en croix latine terminé par un choeur en saillie à pans coupés et est coiffée d'un toit à deux versants droits. La façade, divisée en trois travées, est encadrée de contreforts et délimitée de tourelles massives à pans coupés au centre. La partie centrale est percée d'un portail surmonté d'une rosace. Un haut clocher avec flèche effilée domine le faîte de la toiture en façade. À l'angle du choeur et du croisillon droit du transept s'élève une sacristie en pierre. L'église se situe sur une dénivellation d'un terrain gazonné, au coeur de la ville d'East Angus.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (East Angus) 2001-05-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Louis-de-France présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle constitue un exemple achevé de l'architecture religieuse du premier quart du XXe siècle. L'École des beaux-arts de Paris dicte alors la conception des grands édifices selon une méthode reconnue. Ainsi, l'église d'East Angus en est un exemple par ses proportions monumentales, la clarté de son plan, dont les élévations extérieures laissent deviner l'organisation intérieure du lieu de culte, et son style approprié à ses fonctions, le néogothique. L'architecte de l'église de Saint-Louis-de-France se serait inspiré de l'architecture gothique espagnole et portugaise, notamment de la façade de la cathédrale de Sainte-Eulalie à Barcelone, entreprise en 1298 et achevée en 1899, avec son portail unique et sa composition. En outre, la modernité constructive du début du siècle est présente dans l'église d'East Angus. Les massives colonnes octogonales de la nef, en rappel des tourelles à pans coupés de la façade, sont en béton armé. L'église de Saint-Louis-de-France témoigne de la production religieuse québécoise du début du XXe siècle, alors sous l'influence de l'École des beaux-arts de Paris.

L'église de Saint-Louis-de-France présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec l'architecte Louis-Napoléon Audet (1881-1971). Cette église est considérée comme l'une de ses réalisations majeures dans la région de l'Estrie. Natif de Lambton, il fait l'apprentissage de l'architecture à Sherbrooke, dans les bureaux de Jean-Baptiste Verret (1867-1902) et de Wilfrid J. Grégoire (1880-1955). Il pratique presque toute sa vie dans cette ville. Au cours de sa longue carrière, et avec quelques associés, Audet se spécialise notamment en architecture religieuse. Il signe les plans de nombre d'églises, de cathédrales et d'ensembles conventuels, dont l'archevêché (1914-1918) et la cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke (1956-1957). Il collabore également à d'autres grands chantiers, dont celui de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré (1923-1937) et de l'église de Saint-Roch à Québec (1923-1934). L'église de Saint-Louis-de-France témoigne de la production de cet architecte ayant fortement marqué le paysage architectural québécois.

Source : Ville d'East Angus, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Saint-Louis-de-France liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa façade orientée nord-est;
- sa situation sur une dénivellation d'un terrain gazonné, en retrait de la voie publique, à proximité du presbytère;
- son volume, dont le plan en croix latine avec choeur en saillie à pans coupés ainsi que le toit peu élevé à deux versants droits;
- les matériaux, dont les murs en granit à bossage, la couverture en cuivre et les éléments architecturaux et ornementaux en pierre de taille;
- les caractéristiques de la façade à trois travées, dont la travée centrale avec son portail unique (à double vantail avec son imposte à arc brisé) surmonté d'un bandeau de fenêtres et d'une rosace et délimité par deux tourelles demi-hors-oeuvre massives à pans coupés, les travées latérales percées par des baies à arc brisé à lancettes et encadrées par des contreforts surmontés de clochetons;
- les caractéristiques des longs pans, dont les portails secondaires marqués par des pignons, les contreforts, les fenêtres en lancettes, les croisillons (comportant un portail surmonté d'un bandeau de fenêtres et d'une rosace);
- le clocher, dont la chambre des cloches carrée pourvue de contreforts et de pinacles aux angles et de baies à arc brisé avec abat-sons ouvragés, le lanternon polygonal ajouré muni de contreforts terminés par des pinacles ainsi que la haute flèche;
- la sacristie rectangulaire située à l'angle du choeur et du croisillon droit du transept.

Haut de la page

Informations historiques

L'église de Saint-Louis-de-France est construite à Westbury, qui prendra plus tard le nom d'East Angus. La première cérémonie religieuse dans le secteur se déroule le 28 janvier 1884 dans une résidence du village. Une chapelle est bénite à l'automne 1884. L'érection canonique de la paroisse survient le 15 février 1890, sous le vocable de Saint-Louis-de-Westbury, alors qu'une seconde église est érigée selon les plans de l'architecte sherbrookois Jean-Baptiste Verret (1867-1902) en 1894. Le presbytère actuel est quant à lui construit en 1907 d'après les plans des architectes Wilfrid J. Grégoire (1880-1955) et Louis-Napoléon Audet (1881-1971).

Au début du XXe siècle, la croissance de l'industrie papetière à East Angus et l'augmentation significative de la population incitent la paroisse à envisager la construction d'une église plus spacieuse. En 1919, le conseil de fabrique vote en faveur de cette idée et nourrit l'ambitieux projet de recourir aux services de Louis-Napoléon Audet, un architecte en vue qui vient alors de terminer l'archevêché de Sherbrooke, construit de 1914 à 1918.

Les plans de l'actuelle église de Saint-Louis-de-France sont déposés le 19 mars 1920, Audet propose la construction d'une église de style néogothique, s'inspirant des principes de l'École des beaux-arts de Paris. La bénédiction de la pierre angulaire a lieu le 8 mai 1921, et la bénédiction de l'église, le 2 juillet 1923. Joseph Gosselin, un citoyen de Lévis, en est l'entrepreneur général.

En 1961, l'église de Saint-Louis-de-Westbury change de vocable pour Saint-Louis-de-France. Le 2 décembre 1963, un incendie endommage une partie du choeur et de la sacristie. Les paroissiens retrouveront leur église le 14 juin 1964. La réfection de la façade fait disparaître les clochetons d'origine construits sur les tourelles à pans coupés.

L'église de Saint-Louis-de-France est citée en 2001.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Le Haut-Saint-François

Municipalité :

  • East Angus

Adresse :

  • rue Saint-Jean Est

Latitude :

  • 45° 29' 2.0"

Longitude :

  • -71° 39' 29.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Compton Canton de Westbury Rang 3 13-233
13-234
13-235 ptie du Rg. 3

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOUCHARD, Marie-Christine. « Une cure pour l'église patrimoniale d'East Angus ». La Tribune, 17 novembre 2006, p. 56.
  • s.a. Notes historiques sur East-Angus. Description de l'église et compte rendu des fêtes civiles et religieuses. Québec, L'Action Sociale Ltée, 1924. 36 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013