Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Joseph-Théorêt

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1831 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

La maison Joseph-Théorêt est une maison rurale québécoise d'inspiration néoclassique construite en 1831. C'est un bâtiment de plan rectangulaire à un étage et demi, en maçonnerie de pierre, exhaussé du sol sur sa partie avant. La maison est coiffée d'un toit à deux versants retroussés, couvert de tôle à baguettes peinte en rouge. Deux cheminées en pierre, placées dans le prolongement des murs-pignons, surplombent la toiture. La maison Joseph-Théorêt est érigée sur un terrain boisé au bord de l'eau, dans l'arrondissement municipal de L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève de la ville de Montréal.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Montréal) 2001-07-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Joseph-Théorêt présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative de la maison rurale québécoise d'inspiration néoclassique. Le courant néoclassique influence l'habitation québécoise au XIXe siècle et constitue l'un des premiers apports britanniques à marquer l'architecture du Québec. La maison québécoise d'inspiration néoclassique fait ainsi la synthèse entre la tradition architecturale d'inspiration française du XVIIIe siècle, matérialisée ici dans le plan rectangulaire et la toiture à deux versants, et le néoclassicisme d'origine britannique. Cette dernière influence se fait surtout sentir, dans le cas de la maison Joseph-Théorêt, dans la symétrie de la façade principale, l'ordonnance régulière des ouvertures, le toit à pente moyenne avec avant-toits retroussés, ainsi que par l'utilisation d'ornements tirés du vocabulaire classique, tels les chambranles en bois moulurés. Le corps de logis surhaussé, les avant-toits courbés couvrant les galeries avant et arrière rappellent, pour leur part, l'influence du pittoresque. Le courant pittoresque, selon lequel la maison constitue un élément du paysage au même titre que les jardins, est également issu de la tradition britannique et se répand dans la vallée du Saint-Laurent au XIXe siècle. La situation de la maison en bordure de l'eau s'inscrit aussi dans ce courant stylistique qui incite à la contemplation de la nature. Nichée au coeur d'un bel aménagement boisé, la maison Joseph-Théorêt reflète, par son architecture, le caractère rural de l'île Bizard et son attrait comme lieu de villégiature.

La maison Joseph-Théorêt présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle témoigne d'une période charnière dans l'histoire de L'Île-Bizard, durant laquelle la localité connaît une certaine prospérité. En effet, profitant d'une nouvelle aisance financière, plusieurs propriétaires de l'île remplacent leur maison de bois par une solide habitation de pierre aux dimensions plus imposantes. Les initiales G.B., présentes sur la structure, nous permettent de croire qu'elle serait l'oeuvre du maître maçon G. Brunet, qui construit plusieurs maisons dans la paroisse de Saint-Raphaël-de-l'Île-Bizard durant la première moitié du XIXe siècle. Par sa date de construction (1831), sa maçonnerie et ses cheminées en gros moellons, cette maison en pierre s'avère un témoin très représentatif de l'architecture domestique des années 1820 et 1830. À cet égard, la maison Joseph-Théorêt constitue un élément important de l'architecture de l'île Bizard, mais également de la grande région de Montréal où l'on observe un phénomène similaire.

Source : Ville de Montréal, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Joseph-Théorêt liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa position au bord de l'eau à l'entrée de l'île Bizard, sur un terrain boisé;
- l'orientation de la façade principale au sud, en direction de l'eau;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi et la toiture à deux versants aux avant-toits courbés;
- les matériaux, dont la maçonnerie de pierre en gros moellons et la couverture en tôle à baguettes;
- les ouvertures, dont leur disposition régulière, les deux lucarnes sur le versant avant, dotées de fenêtres à petits carreaux, les fenêtres à battants à petits carreaux, les portes d'entrée avant et arrière avec leurs fenêtres à petits carreaux et les chambranles en bois mouluré surmontés d'un large linteau;
- la galerie avant avec sa balustrade et son escalier de bois, ainsi que la galerie arrière en bois;
- les cheminées disposées symétriquement dans le prolongement des murs pignons.;
- les initiales G.B. inscrites dans la structure.

Haut de la page

Informations historiques

Les données historiques concernant la maison Joseph-Théorêt sont rarissimes. Tout au plus, savons-nous que cette maison est édifiée en 1831 par un maçon dénommé Brunet. La présence des initiales G.B., sur la structure, laissent croire à la signature de l'artisan. De fait, un maître maçon nommé G. Brunet a effectivement construit d'autres maisons de pierre dans la paroisse de Saint-Raphaël-de-l'Île-Bizard, notamment les maisons Boileau et Isidore-Paquin en 1821, et probablement aussi la maison Brayer en 1834. Or, nous croyons que c'est ce même artisan qui a érigé la maison Joseph-Théorêt. Toutes ces constructions de pierre appartiennent d'ailleurs à la période marquante des années 1820 et 1830, pendant laquelle plusieurs résidants de L'Île-Bizard remplacent leur petite maison de bois par une solide maison en pierre de plus grandes dimensions. Cette période charnière reflète, incidemment, la nouvelle aisance de ces propriétaires et la prospérité de L'Île-Bizard.

Quant à l'occupant de la maison, nous savons qu'il est le fils de Joseph Théorêt et de Marie-Josephte Massy qui eurent quatorze enfants, et dont l'aîné des garçons s'appelait Joseph. En 1812, Joseph Théorêt (fils) épouse Angéline Paiement. Par la suite, des données historiques confirment que le couple habite une maison de pierre qui se trouve juste à l'entrée du pont de l'île Bizard. Notons enfin que Joseph est le frère de Toussaint Théorêt qui, dans les années 1830, possède également une maison en pierre à L'Île-Bizard.

Soigneusement restaurée, la maison Joseph-Théorêt constitue un bel exemple de conservation et de mise en valeur des éléments architecturaux qui caractérisent ce type d'habitation rurale du XIXe siècle.

La maison Joseph-Théorêt est citée en 2001.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • L'Île-Bizard - Sainte-Geneviève

Adresse :

  • 20, rue Martel

Lieux-dits :

  • Île-Bizard

Latitude :

  • 45° 29' 18.0"

Longitude :

  • -73° 52' 10.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Paroisse de l' Île-Bizard Absent 79-37 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Communauté urbaine de Montréal. Architecture rurale. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal, 13. Montréal, Communauté urbaine de Montréal, Service de la planification du territoire, 1986. 421 p.
  • LABASTROU, Éliane. Histoire de l'île Bizard. L'Île-Bizard, Bibliothèque et le Conseil municipal de L'île-Bizard, 1976. 296 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013