Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Saint-Martin

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Martin

Date :

  • 1890 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

Le presbytère de Saint-Martin est une résidence curiale construite en 1890 et modifiée en 1922. Le bâtiment en bois est composé d'un volume principal et d'un volume latéral disposé en retrait. Les deux corps de bâtiment possèdent un plan rectangulaire à deux étages coiffé d'un toit en pavillon à faible pente. Faisant face à la rivière Chaudière, le presbytère est implanté en retrait de la voie publique, au coeur du noyau villageois de la municipalité de Saint-Martin.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Martin) 2001-02-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Saint-Martin présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il est construit en 1890 par les menuisiers Évangéliste et Olivier Rodrigue. Il s'agit d'une imposante demeure bourgeoise caractérisée par un corps principal de plan rectangulaire à deux étages et dotée d'une annexe latérale disposée en retrait. Le bâtiment est modifié en 1922 afin de mettre son architecture au goût du jour et de l'harmoniser aux autres bâtiments composant le noyau institutionnel, dont l'église et le couvent. Il est alors coiffé d'un toit en pavillon et doté d'une ornementation d'influence néoclassique. Le presbytère de Saint-Martin, par son architecture imposante et son ornementation riche, témoigne de son importance et du prestige recherché par l'Église à cette époque.

Le presbytère de Saint-Martin présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. En 1878, une dizaine d'années seulement après le début de la colonisation du canton de Jersey, un terrain faisant face à la rivière Chaudière est acheté par la paroisse en vue d'établir le futur noyau institutionnel de Saint-Martin. En 1901, le premier pont de bois reliant les deux rives est construit à proximité de l'église et du presbytère. La municipalité de Saint-Martin se développe par la suite autour du noyau institutionnel dont l'implantation dans la vallée de la rivière Chaudière est représentative des paysages beaucerons. Occupant un espace dégagé à proximité de l'église et du cimetière, le presbytère constitue une composante essentielle du coeur de la municipalité de Saint-Martin.

Source : Municipalité de Saint-Martin, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Saint-Martin liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent notamment :
- sa situation en retrait de la voie publique, au coeur du noyau paroissial et face à la rivière Chaudière;
- le volume principal, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le solage dégagé et le toit en pavillon à faible pente;
- le volume latéral disposé en retrait, l'élévation de deux étages, le solage dégagé et le toit en pavillon à faible pente;
- les matériaux, dont le parement de planches à clins, les couvertures de tôle à baguettes ainsi que le bois des éléments architecturaux (galerie, fenêtres, ornementation);
- les ouvertures, dont la disposition symétrique en façade, la porte en bois à baies latérales et à imposte vitrée, la porte en bois à imposte, les fenêtres rectangulaires en bois à grands carreaux (dont certaines à imposte) et les chambranles moulurés;
- la galerie couverte ceinturant le bâtiment sur trois façades, dont l'escalier d'accès central surmonté d'un fronteau reposant sur une colonnade double et son ornementation (garde-corps à balustres carrés, colonnes moulurées, piliers à caissons et planches à motifs ajourés dissimulant le dessous de la galerie);
- l'ornementation, dont les corniches moulurées et les planches cornières.

Haut de la page

Informations historiques

Le presbytère de Saint-Martin s'élève sur un terrain situé sur la rive est de la rivière Chaudière, en amont de la paroisse de Saint-Georges.

La colonisation du secteur du canton de Jersey correspondant à l'actuelle municipalité de Saint-Martin s'amorce dans les années 1860. Le lieu est alors connu sous le nom de « mission des Grandes Coudées ». Le terrain sur lequel se développe le noyau institutionnel est d'abord concédé en 1870 à Bénoni Lambert dit Champagne, puis est vendu à Joseph Thibodeau. En 1878, il devient la propriété de la future paroisse de Saint-Martin. Une première chapelle dont la sacristie sert de logement au prêtre est construite sur le site en 1882, et un prêtre résident s'installe sur les lieux.

Le presbytère actuel est implanté en 1890 sous la cure de François de Borgia Boutin (né en 1847). Les paroissiens contribuent financièrement à la construction de la nouvelle résidence curiale réalisée par les frères Évangéliste et Olivier Rodrigue. Ces menuisiers habitent la paroisse voisine de Saint-Georges. Ceux-ci ont également collaboré à la construction de la nouvelle église de Saint-Georges, oeuvre de l'architecte David Ouellet. À cette époque, le presbytère de Saint-Martin est coiffé d'un toit mansardé à quatre versants.

En 1901, le premier pont de bois reliant les deux rives de la rivière Chaudière est construit face au noyau paroissial. Ce pont contribue à fixer définitivement l'emplacement du village encore peu développé à l'époque. Un an plus tard, une autre église de plus grande dimension est érigée face à la rivière. Le cimetière est réaménagé derrière le nouveau lieu de culte. La paroisse de Saint-Martin est érigée canoniquement en 1910. Un couvent est construit en 1911, et quelques bâtiments secondaires sont ajoutés près du presbytère au cours des années suivantes. En 1922, le presbytère fait l'objet de travaux importants, dont le remplacement du toit mansardé par un toit en pavillon et la réfection de son décor extérieur. La galerie est dotée d'ornements d'influence néoclassique. Ces travaux témoignent de la volonté de la paroisse de mettre le presbytère au goût du jour et d'harmoniser ses formes architecturales à celles des autres édifices composant le noyau institutionnel. Dans les années 1980, les bâtiments de ferme entourant autrefois le presbytère disparaissent, et un nouveau garage est construit.

Le presbytère de Saint-Martin est cité en 2001. Le bâtiment conserve à ce jour sa fonction initiale de résidence curiale.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Beauce-Sartigan

Municipalité :

  • Saint-Martin

Adresse :

  • 129, 1e Avenue Est

Latitude :

  • 45° 57' 33.7"

Longitude :

  • -70° 39' 22.5"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Beauce Canton de Jersey Rang 1 32-F-9-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BÉLANGER, France. La Beauce et les Beaucerons: portraits d'une région, 1737-1987. Saint-Joseph-de-Beauce, Société du patrimoine des Beaucerons, Corporation du 250e anniversaire de la Beauce, 1990. 381 p.
  • BOLDUC, Robert. La Grande Coudée, 1882-1982. Saint-Martin de Beauce, 1982. 469 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013