Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Église et presbytère de Saint-Léonard
  • Ensemble institionnel de Saint-Léonard-de-Portneuf

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Saint-Léonard-de-Portneuf

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (4)

Personnes associées (7)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf forme un ensemble institutionnel de tradition catholique aménagé à partir de 1897. L'église en brique se compose d'une nef rectangulaire prolongée par un choeur plus étroit terminé par un chevet plat. Une sacristie rectangulaire prolongée par une abside à pans coupés est greffée à l'église dans le prolongement du choeur. Le presbytère en brique, de plan carré à deux étages et coiffé d'un toit en pavillon, est implanté à gauche de l'église. Le cimetière s'étend à droite et à l'arrière du lieu de culte, sur un terrain au relief peu accusé, ponctué de monuments funéraires et planté d'arbres. L'ensemble est aménagé dans le noyau villageois de la municipalité de Saint-Léonard-de-Portneuf.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique aux terrains, ainsi qu'aux structures et à l'enveloppe extérieure des bâtiments qui s'y élèvent.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Léonard-de-Portneuf) 2000-09-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin des origines et du développement de la municipalité. Les premiers habitants s'établissent dans le secteur de Saint-Léonard vers le milieu du XIXe siècle. Ceux-ci souhaitent, après quelques années, se détacher de la paroisse de Saint-Raymond-Nonnat. Le 14 décembre 1897, la paroisse Saint-Léonard-de-Port-Maurice est érigée canoniquement. L'église est construite en 1898 sur un terrain donné par des résidents. L'année suivante, la municipalité de Saint-Léonard-de-Port-Maurice, devenue plus tard Saint-Léonard-de-Portneuf, est créée. Le cimetière est aménagé en 1900 et le presbytère est construit en 1904. La présence de l'ensemble religieux incite les habitants à s'établir autour de celui-ci. Le noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf rappelle ainsi l'importance de ce pôle institutionnel dans l'histoire de la municipalité.

Le noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le lieu de culte témoigne de la persistance des formes traditionnelles dans l'architecture catholique québécoise de la fin du XIXe siècle. Il montre une filiation avec les églises du Régime français, notamment par son plan rectangulaire composé d'une nef à un vaisseau prolongée par un choeur plus étroit à chevet plat, ainsi que par son clocher surmontant l'avant du faîte du toit. Sa façade, avec ses ouvertures cintrées, ses oculus, ses pilastres et son retour de corniche, illustre également la persistance du vocabulaire classique dans l'architecture des églises rurales jusqu'au tournant du XXe siècle. L'église de Saint-Léonard se distingue aussi par l'utilisation d'un parement en brique, moins coûteux, alors que la majorité des édifices religieux de la région sont construits en pierre, un matériau abondant dans le comté de Portneuf. Le presbytère témoigne de la popularité de la maison cubique, issue du modèle américain dit « Four Square House ». Le plan carré du corps de logis principal, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon et la galerie le ceinturant sur trois côtés constituent des caractéristiques de ce modèle. L'église et le presbytère de Saint-Léonard-de-Portneuf témoignent de l'utilisation de différents styles dans l'architecture religieuse catholique au tournant du XXe siècle. Ils montrent également un souci d'harmonisation de l'ensemble par l'utilisation de matériaux communs.

Le noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur l'association de l'ensemble avec les architectes Joseph-Georges Bussières (vers 1865), David Ouellet (1844-1915) et Pierre Lévesque (1880-1955). L'église est érigée selon les plans de Joseph-Georges Bussières. Cet architecte réalise plusieurs lieux de culte dans la région de Portneuf. L'église de Saint-Léonard est une oeuvre sobre qui se démarque dans la production éclectique de Bussières. Le presbytère est conçu par le beau-père de Bussières, David Ouellet (1844-1915), et son associé de l'époque, Pierre Lévesque (1880-1955). Ces deux architectes de Québec se spécialisent en architecture religieuse. Ils modifient notamment plusieurs façades d'églises, auxquelles ils donnent souvent un caractère éclectique. Le noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf illustre bien l'adaptation du travail des architectes aux moyens modestes d'une paroisse rurale.

Source : Municipalité de Saint-Léonard-de-Portneuf, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation à proximité de la voie publique, au centre du noyau villageois;
- la présence d'une église, d'un presbytère et d'un cimetière;
- les caractéristiques de l'église de Saint-Léonard-de-Portneuf, entre autres son volume, dont le plan composé d'une nef rectangulaire prolongée par un choeur plus étroit terminé par un chevet plat, le toit à deux versants droits couvert de tôle et le clocher surmontant le faîte avant, sa façade, dont le parement en brique rouge, le porche central (muni d'une porte à panneaux à double vantail, de fenêtres cintrées et d'un fronton percé d'un oculus), les portes à panneaux surmontées d'un tympan vitré, les fenêtres cintrées, l'oculus, les appuis en pierre, les pilastres, les bandeaux, la corniche moulurée et les retours de corniche, les murs de la nef et du choeur, dont le soubassement en pierre marqué par un bandeau, le parement en brique rouge, les fenêtres cintrées (groupées par trois au niveau du choeur), les appuis en pierre, les pilastres et la corniche moulurée, la sacristie greffée à l'abside dans le prolongement du choeur, dont le plan rectangulaire prolongé par un choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés, l'élévation de deux niveaux, le toit à deux versants droits couvert de tôle, le soubassement en pierre surhaussé et marqué par un bandeau, le parement en brique rouge, le parement de planches horizontales de l'abside, les fenêtres rectangulaires, les fenêtres à arc surbaissé, la porte surmontée d'une imposte vitrée, les pilastres, la corniche moulurée et les retours de corniche, les souches de cheminée couvertes de tôle posée à la canadienne, ainsi que le parvis en granit;
- les caractéristiques du presbytère, entre autres son volume, dont le plan carré du corps de logis principal, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon et la galerie couverte ceinturant l'édifice sur trois côtés, les matériaux, dont le soubassement surhaussé en pierre, le parement en brique rouge, la couverture en tôle ainsi que les éléments ornementaux et architecturaux en bois et en fer, les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à grands carreaux, les portes à panneaux et à imposte (une à double vantail), les soupiraux ainsi que les plates-bandes et les appuis, l'ornementation sobre, dont les supports et le garde-corps métalliques, l'annexe située à l'arrière du bâtiment, dont le plan carré, l'élévation de deux étages, le toit à croupe, le parement en brique et les ouvertures rectangulaires, les escaliers, ainsi que la souche de cheminée en brique;
- les caractéristiques du cimetière, entre autres sa situation à droite et à l'arrière du lieu de culte, sur un terrain au relief peu accusé planté d'arbres, la sobriété des stèles disposées en rangées droites, ainsi que la présence d'un monument du Sacré-Coeur, d'un chemin de croix en granit et d'une croix en fer.

Haut de la page

Informations historiques

Le noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf est situé sur le territoire de l'ancienne concession Chapamanchoine. Les premiers colons s'établissent dans cette région au milieu du XIXe siècle. Ceux-ci doivent traverser la rivière Sainte-Anne et se rendre dans la paroisse Saint-Raymond-Nonnat pour assister aux offices religieux. En 1895, les 125 familles qui habitent le secteur souhaitent avoir leur propre paroisse. Après plusieurs requêtes, la paroisse Saint-Léonard-de-Port-Maurice est finalement érigée canoniquement le 14 décembre 1897. L'archevêque de Québec, Louis-Nazaire Bégin (1840-1925), choisit ce vocable pour souligner la canonisation du saint à laquelle il a assisté quelques années auparavant. L'emplacement de l'église soulève alors un problème. Certains habitants préfèrent le rang Saint-Jacques et d'autres le secteur d'Allen's Mill. Le lieu de culte est finalement érigé sur un terrain cédé par Victor Jobin et Cléophas Lesage, à environ un kilomètre au sud-est du mont Saint-Bernard.

Joseph-Georges Buissière (vers 1865) dresse les plans d'une église et d'une sacristie. L'architecte est très actif dans la région de Portneuf. Il opte pour un parement en brique, un choix de matériau singulier, compte tenu de l'abondance de la pierre dans la région de Portneuf. L'entrepreneur Joseph Saint-Hilaire (1863-1943) supervise les travaux réalisés en 1898. Le lieu de culte est consacré le 20 novembre de la même année. Deux ans plus tard, le cimetière est béni. Le village s'établit progressivement autour de l'église. En 1904, David Ouellet (1844-1915) et Pierre Lévesque (1880-1955) livrent les plans du presbytère. Ces architectes de Québec, habitués à des oeuvres plus imposantes, conçoivent un bâtiment sobre convenant aux moyens modestes de la paroisse. Avant la construction de cette maison curiale par l'entrepreneur Élisée Pagé, le curé loge à la sacristie.

En 1916, le cimetière est agrandi. L'année suivante, le lieu de sépulture est orné d'un chemin de croix en granit et d'un calvaire réalisé par le sculpteur Louis Jobin (1845-1928). En 1919, un monument du Sacré-Coeur est installé à l'extrémité nord-ouest du cimetière.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, les supports et les garde-corps en bois du presbytère sont remplacés par des éléments en fer. Les lucarnes de la sacristie sont supprimées et un portique central est ajouté à la façade de l'église. En 1963, le parvis de l'église est refait. Au cours des années 1980, les statues en bois du calvaire du cimetière sont restaurées et placées à l'intérieur du lieu de culte. Le presbytère est transformé en maison d'accueil pour toxicomanes en 1992.

Le noyau religieux de Saint-Léonard-de-Portneuf est cité en 2000. Le presbytère est vendu en 2005 par la fabrique. Le centre pour toxicomanes est déménagé, et le nouveau propriétaire utilise le bâtiment comme résidence.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Portneuf

Municipalité :

  • Saint-Léonard-de-Portneuf

Adresse :

  • rue Principale

Lieux-dits :

  • Saint-Léonard-de-Port-Maurice

Latitude :

  • 46° 53' 23.9"

Longitude :

  • -71° 54' 29.3"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Portneuf Paroisse de Saint-Raymond Absent 168-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOURQUE, Hélène et Paul LABRECQUE. Inventaire et évaluation patrimoniale des églises de la MRC de Portneuf : rapport d'expertise. Donnacona, Comité multisectoriel du patrimoine religieux de Portneuf, 2000. s.p.
  • BOURQUE, Hélène et Paul LABRECQUE. Les églises et les chapelles de Portneuf. Cap-Santé, MRC de Portneuf, 2000. 75 p.
  • CANTIN, Julie et Nadine JULIEN. Au tournant d'un siècle : Saint-Léonard, 1899-1999. Saint-Raymond, Les Impressions Borgia inc., 1998. 456 p.
  • s.a. 75e anniversaire de St-Léonard de Portneuf, 1899-1974. Donnacona, Imprimerie Donnacona ltée, 1974. 251 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013