Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Sainte-Anne-de-Beaupré

Date :

  • 1923 – 1968 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)
  • Services et institutions (Sanctuaires et lieux de pèlerinage)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Patrimoine mobilier associé (2)

Plaques commémoratives associées (1)

Groupes associés (3)

Voir la liste

Personnes associées (15)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré est un lieu de culte de tradition catholique construit à partir de 1923. L'imposant édifice revêtu de pierre de taille présente un plan en forme de croix latine. Ce plan se compose d'un massif antérieur comprenant deux tours-clochers très hautes, d'un vaisseau central flanqué de deux bas-côtés de part et d'autre, d'un transept également pourvu de bas-côtés et de chapelles, ainsi que d'un choeur en saillie terminé par une abside en hémicycle. Un déambulatoire longe le choeur dont il épouse la forme. Il est ponctué de dix chapelles absidiales rayonnantes. De nombreux détails d'inspiration néoromane ainsi que plusieurs statues et bas-reliefs ornent le bâtiment. Dominant un ensemble institutionnel important, la basilique se situe dans la municipalité de Sainte-Anne-de-Beaupré et s'élève à proximité du fleuve Saint-Laurent.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Plan au sol :

Rectangulaire

Groupement :

Détaché

Annexes :

  • Sacristie

Saillies :

  • Clocher
  • Escalier monumental

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (Taillée)

Toit :

  • Forme : Asymétrique
    Matériau : Tôle à baguettes

Porte principale :

  • bois massif

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Sainte-Anne-de-Beaupré) 2001-04-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et ethnologique comme témoin de la pratique du pèlerinage au Québec et de l'importance de la dévotion à sainte Anne. Elle est le plus grand lieu de pèlerinage du Québec et l'un des plus fréquentés en Amérique du Nord. Le pèlerinage chrétien est un phénomène de religion populaire qui se caractérise par un contact individuel du fidèle avec le sacré. Sa pratique est associée à des croyances et à des gestes telles les guérisons miraculeuses, les dévotions, la procession aux flambeaux, etc. Un saint patron est associé au lieu de pèlerinage. Dans ce cas-ci, la basilique est dédiée à sainte Anne, patronne du Québec. La dévotion à sainte Anne, importée en Nouvelle-France par les colons français, est très populaire au Québec dès le XVIIe siècle. En 1658, les colons érigent non loin de l'emplacement actuel de la basilique une chapelle en bois dédiée à sainte Anne. Les premiers pèlerinages remontent à cette époque, le sanctuaire attirant autant les Amérindiens que les colons. Depuis ce temps, le pèlerinage à Sainte-Anne-de-Beaupré n'a cessé de croître en popularité, amenant aujourd'hui annuellement plus d'un million de pèlerins. Sainte Anne est notamment vénérée par les personnes malades ou handicapées pour ses guérisons miraculeuses. La célébration de la fête de sainte Anne (26 juillet), précédée de la neuvaine, constitue un moment déterminant pour les pèlerins qui affluent à la basilique par milliers. Ainsi, la basilique évoque une pratique qui perdure depuis plus de 350 ans et qui demeure toujours vivante.

La basilique présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Bâtie à partir de 1923, la basilique s'inscrit dans le courant de l'architecture Beaux-Arts. Cette architecture, qui tire son origine de l'enseignement de l'École des beaux-arts de Paris, est fréquemment employée pour la construction d'édifices publics au Québec, mais aussi dans toute l'Amérique, durant le premier quart du XXe siècle. Sa méthode de composition repose sur les principes d'équilibre des proportions, de clarté du plan et de correspondance entre le caractère de l'édifice et sa fonction. L'architecture Beaux-Arts intègre également les nouveaux matériaux et les récentes technologies, qui font leur apparition au tournant du XXe siècle. Ceux-ci permettent des constructions plus monumentales aux proportions nouvelles. La basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré est l'oeuvre des architectes renommés Maxime Roisin (1871-1960) de Paris, Joseph-Elgide-Césaire Daoust (1881-1946) de Montréal et Louis-Napoléon Audet (1881-1971) de Sherbrooke. Elle en est une illustration par sa monumentalité, sa symétrie ainsi que par ses éléments inspirés de l'architecture romane du XIIe siècle, tels que les arcs en plein cintre, les larges embrasures, les voussures sculptées, la grande rosace ornant la façade ainsi que les nombreux contreforts, arcatures et baies jumelées. Par ailleurs, la basilique est richement ornée de statues et de bas-reliefs. Avec ses deux hautes tours qui s'élèvent à plus de 90 mètres du sol, la basilique constitue l'un des plus imposants monuments de l'architecture religieuse au Québec.

La basilique présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. Au Québec, les églises forment le coeur du noyau villageois. Celle de Sainte-Anne-de-Beaupré domine un vaste ensemble institutionnel, dont certains éléments sont directement liés au pèlerinage. Comme le veut la tradition, elle est orientée dans un axe est-ouest, avec le choeur tourné vers le soleil levant, symbole du Christ ressuscité. Érigée à proximité du fleuve Saint-Laurent, la basilique, de par sa silhouette imposante et majestueuse ainsi que sa couleur argentée, constitue un point de repère terrestre et fluvial.

Source : Ville de Sainte-Anne-de-Beaupré, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- le volume, dont le plan en forme de croix latine composé d'un massif antérieur (comprenant deux tours-clochers coiffées de flèches octogonales et flanquées d'un corps latéral à pans coupés coiffé d'une croupe), d'un vaisseau central flanqué de deux bas-côtés de part et d'autre, d'un transept flanqué de bas-côtés et d'un choeur en saillie terminé par une abside en hémicycle, le déambulatoire longeant le choeur et s'élevant jusque sous les fenêtres hautes, les dix chapelles absidiales rayonnantes, les corps d'escalier à pan coupé coiffé d'une croupe disposés à l'angle des bas-côtés et du transept, les absides du transept et du déambulatoire, les corps de plan carré à l'angle du transept et du déambulatoire, les toits à deux versants droits (vaisseau central et transept), les croupes rondes (absides), les appentis (bas-côtés et déambulatoire) et les pans de mur chaperonnés du transept;
- les matériaux, dont le parement de granit argenté taillé et les couvertures de cuivre à baguettes;
- la distribution régulière et symétrique des diverses composantes;
- les ouvertures, dont le portail à trois portes, le grand arc au centre de la façade (comprenant une grande rose au centre, une série de baies rectangulaires étroites encadrées de colonnes et un balcon), les baies cintrées étroites des tours, les deux grandes baies jumelées triples à arcs cintrés inscrites dans un arc cintré du transept, les fenêtres hautes cintrées composées de triples baies jumelées du vaisseau central et du transept, les fenêtres hautes cintrées du choeur, les baies jumelées cintrées des bas-côtés inscrites dans un arc cintré, les baies cintrées flanquées de petites baies latérales des deuxièmes bas-côtés ainsi que du transept et des avant-corps latéraux des tours, les baies cintrées des absidioles et du déambulatoire, les voussures et les embrasures sculptées, les arcatures sous les chaperons, les roses et les vitraux;
- l'ornementation, dont la statue dorée de sainte Anne couronnant la façade, le tympan illustrant sainte Anne de la porte centrale et la frise des pèlerins du portail, les douze statues monumentales des apôtres de chaque côté de la grande rose, les statues nichées au niveau du portail du massif antérieur (représentant Marie de l'Incarnation, saint Joachim, la Vierge à l'Enfant, saint Joseph, saint Jean-Baptiste, Mgr François de Laval, Kateri Tekakwitha, mère Marguerite d'Youville, le père Alfred Pampalon et le frère Didace Pelletier), l'ange du pèlerinage ornant le gâble de la porte centrale, les contreforts, les empattements, les gâbles, les colonnades disposées à la hauteur des statues des apôtres du massif antérieur et du transept, les colonnes et les colonnettes supportant la frise des pèlerins et les apôtres en façade ainsi que les voussures et les divers arcs, les colonnes et colonnettes nichées ou adossées, les corniches à modillons, les chapiteaux ainsi que les consoles et les coussinets sculptés, les épis, les niches ornementées surmontant les contreforts, les campaniles aux angles des chambres des cloches, les huit croix placées sur les versants des flèches et les statues d'anges disposées entre les gâbles des tours;
- le parvis, comprenant quatre escaliers monumentaux et deux rampes d'accès;
- sa situation, à proximité du fleuve Saint-Laurent, dans un vaste ensemble institutionnel comprenant entre autres le monastère des Rédemptoristes, le séminaire Saint-Alphonse, la chapelle commémorative, le chemin de croix grandeur nature, la Scala Santa, le monastère des Rédemptoristines et le couvent des Franciscaines;
- son orientation dans un axe est-ouest, avec le choeur tourné vers l'est.

Haut de la page

Informations historiques

La basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré est le cinquième lieu de culte de cette paroisse fondée en 1657 et érigée canoniquement en 1684. Le premier est construit en 1658 par des marins reconnaissants à sainte Anne de les avoir sauvés d'un naufrage. Érigée au Petit Cap (aujourd'hui Sainte-Anne-de-Beaupré), sur une portion de la censive du pionnier Étienne de Lessard (1623-1703), la chapelle est alors le lieu d'une première guérison miraculeuse vécue par Louis Guimond (1625-1661). À la suite de la propagation de cette nouvelle, des pèlerins commencent à se rendre au sanctuaire pour prier la sainte. Le modeste bâtiment en bois subit toutefois le ravage des marées. En 1661, une église en colombage est bâtie plus loin du rivage et plus à l'est, sur un autre terrain (le site de l'ancien cimetière) donné par Lessard. Les témoignages de miracles, notamment rapportés par le curé Thomas Morel (1636-1687) et Marie de l'Incarnation (1599-1672), se multiplient. Le premier pèlerinage organisé remonte vraisemblablement à 1663. Autant les Amérindiens que les colons se rendent au sanctuaire.

Une église en pierre est érigée en 1676 (démolie en 1878) par le maître maçon Pierre Simard, dit Lombrette (1602-1681) pour remplacer celle de 1661 devenue trop petite pour accueillir les pèlerins de plus en plus nombreux. Elle dessert les fidèles pendant 200 ans, jusqu'à l'inauguration en 1876 d'une nouvelle église, année où sainte Anne est désignée patronne du Québec. L'année 1878 est marquée par l'arrivée des Rédemptoristes à qui sont confiés le sanctuaire et la construction de la chapelle commémorative sur les fondations du transept de l'ancienne église, tout juste démolie, avec la maçonnerie, les portes, les fenêtres, le clocher de 1788 et le décor intérieur récupérés de cette dernière. Dix ans plus tard, l'église est nommée basilique mineure. Elle est ravagée par un incendie en 1922. La grande statue dorée de sainte Anne, sculptée en 1885 par Salières et Dhoromy de Belgique, est cependant sauvée des flammes.

L'édifice actuel est conçu par les architectes Maxime Roisin (1871-1960) de Paris, Joseph-Elgide-Césaire Daoust (1881-1946) de Montréal et Louis-Napoléon Audet (1881-1971) de Sherbrooke. L'entrepreneur François-Xavier Lambert, de La Pocatière, exécute les travaux qui s'amorcent en 1923 par l'élévation de la charpente en acier. Le lieu de culte est inauguré officiellement en 1934 par le cardinal Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve (1883-1947) à la fête de la sainte patronne (26 juillet).

De nombreux artistes et artisans ont participé à la réalisation du décor de la basilique. La statue miraculeuse de sainte Anne, située dans le transept nord, est réalisée par l'atelier de Mathias Zens de Belgique dans le style de Munich et celle de la sainte Famille, située dans le transept sud, est exécutée par Louis Jobin (1845-1928). En façade, le tympan et la frise des pèlerins sont sculptés par Louis Parent et Wilfrid Richard, les apôtres supportant les voussures du grand arc central sont l'oeuvre d'Arnoldo Marchetti et l'ange du pèlerinage est d'André Vermare de Paris. Les 240 vitraux sont issus des ateliers d'Auguste Labouret de Paris. Maurice Lord et Émile Brunet sculptent le chemin de croix, les chapiteaux historiés ainsi que les statues de la Vierge à l'Enfant, de saint Joachim, de saint Jean-Baptiste, de saint Joseph, de Marie de l'Incarnation et de Mgr de Laval en façade. Les mosaïques des fausses voûtes sont fabriquées par les ateliers de Labouret, de Gaudin et de Walter Del Mistro. La basilique renferme aussi un orgue Casavant et Frères ainsi que, dans le choeur, un maître-autel en granit et un baldaquin en bronze doré de la Maison Fabrico de Montréal. Les ornements des bancs et des stalles sont du sculpteur italien Franz Moroder.

La basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré est citée en 2001. Ce lieu de pèlerinage de renommée mondiale accueille annuellement plus d'un million de pèlerins.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • La Côte-de-Beaupré

Municipalité :

  • Sainte-Anne-de-Beaupré

Adresse :

  • avenue Royale

Latitude :

  • 47° 1' 25.9"

Longitude :

  • -70° 55' 43.1"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montmorency Paroisse de Sainte-Anne Absent 128-1-P
129-1
132
133
140
143
410-1-P

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • ASSELIN, Jean-Pierre et Lucien GAGNÉ. Sainte-Anne-de-Beaupré. Trois cents ans de pèlerinage. Sainte-Anne-de-Beaupré, 1984. 96 p.
  • BAILLARGEON, Samuel. Votre visite au Sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré. Sherbrooke, Imprimerie HLN, 2000. 176 p.
  • BOGLIONI, Pierre, dir. et Benoît LACROIX. Les pèlerinages au Québec. Québec, Presses de l'Université Laval, 1981. 160 p.
  • BUTEAU, Lise. Le patrimoine religieux de la Côte-de-Beaupré. Côte-de-Beaupré, MRC-CLD de la Côte-de-Beaupré, 2005. 34 p.
  • LEBEL, Jean-Marie. Sainte-Anne-de-Beaupré, un rayonnement. Québec, Éditions du Chien rouge, 1999. 47 p.
  • LEBLANC, Gilles. Pèlerinages et lieux de prière au Québec. Montréal, Hurtubise HMH, 1999. 142 p.
  • LEFEBVRE, Eugène. Sainte-Anne-de-Beaupré : la basilique, les autres lieux. Sainte-Anne-de-Beaupré, Éditions Paul Nicole, 1975. 121 p.
  • SIMARD, Jean. L'art religieux des routes du Québec. Québec, Publications du Québec, 1995. 56 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013