Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison d'Alençon

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Boucherville

Date :

  • 1803 – 1811 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Images

Carte

Description

La maison d'Alençon est une habitation rurale en pierre construite entre 1803 et 1811. La maison de plan presque carré, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants courbés. Entourée de champs vastes, elle se situe le long d'un rang, dans un environnement agricole de la ville de Boucherville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure de l'immeuble.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Boucherville) 2003-09-24
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison d'Alençon présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle constitue l'un des rares témoins du développement agricole de la seigneurie de Boucherville. Ce fief porte le nom de seigneurie des Îles Percées lorsque Pierre Boucher (1622-1717) vient s'y établir 1667. Les premières censives sont toutes concédées par le seigneur Boucher en bordure du fleuve Saint-Laurent. Une partie de ces anciennes censives est maintenant comprise dans le site du patrimoine du Vieux-Boucherville. Au fur et à mesure que la seigneurie se développe, d'autres concessions sont graduellement découpées à l'intérieur des terres. Cinq concessions sont ainsi ouvertes à la colonisation. La maison d'Alençon est érigée quant à elle entre 1803 et 1811 dans la cinquième concession. Aujourd'hui, le paysage bâti comporte peu d'éléments qui témoignent de l'ouverture de la cinquième concession dans la seigneurie de Boucherville. La maison constitue le seul bâtiment érigé au début du XIXe siècle à subsister sur le rang où elle est construite. En outre, elle figure parmi les plus anciennes maisons rurales de Boucherville.

La maison d'Alençon présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. D'une part, elle est représentative de la maison rurale d'inspiration française par son corps de logis en pierre à moellons peu dégagé du sol, la disposition asymétrique de ses ouvertures et ses fenêtres à battants à petits carreaux. Elle comporte de plus certains éléments plus fréquemment associés aux maisons situées dans la région de Montréal et les régions avoisinantes : son plan presque carré, l'absence de crépi et les imposantes cheminées de ses murs pignons. D'autre part, elle témoigne de nouvelles influences stylistiques apparues au contact des Britanniques au cours du Régime anglais. Son toit, reconstruit à la suite d'un incendie survenu dans la seconde moitié du XIXe siècle, illustre ces influences par ses larmiers retroussés, sa corniche ornée de consoles et ses retours de corniche sur les murs pignons. La maison constitue donc un précieux témoin du savoir-faire issu de la tradition française et de son évolution au XIXe siècle.

Source : Ville de Boucherville, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison d'Alençon liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation dans un environnement agricole, en bordure d'un rang de la ville de Boucherville;
- son volume, dont le plan presque carré, le corps de logis bas, l'élévation d'un étage et demi, le solage peu dégagé, ainsi que le toit à deux versants retroussés et aux larmiers débordants;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre non crépie;
- ses ouvertures, dont ses fenêtres en bois à battants à petits carreaux disposées de manière asymétrique;
- les imposantes souches de cheminées des murs pignons;
- la corniche à consoles avec ses retours sur les murs pignons.

Haut de la page

Informations historiques

La maison d'Alençon est construite entre 1803 et 1811 sur un rang situé dans la cinquième concession de la seigneurie de Boucherville. Ce fief porte le nom de seigneurie des Îles Percées lorsque Pierre Boucher (1622-1717) vient s'y établir 1667. Les premières censives sont toutes concédées par le seigneur Boucher en bordure du fleuve Saint-Laurent. Au fur et à mesure que la seigneurie se développe, d'autres concessions sont graduellement découpées à l'intérieur des terres. Cinq concessions sont ainsi ouvertes à la colonisation.

La première mention connue se rattachant à l'histoire de cette maison remonte à 1842, année où Alexis Robert et Marie-Anne Dubuc cèdent leurs biens à leur fils Olivier. Elle demeure un certain temps aux mains de la famille Robert. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, un incendie endommage la résidence. Un certain nombre de travaux sont effectués et lui donnent son apparence actuelle. Le toit est reconstruit au goût du jour avec des larmiers retroussés, une corniche et des consoles.

La maison d'Alençon est citée en 2003.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Longueuil

Municipalité :

  • Boucherville

Adresse :

  • 300, chemin d'Alençon

Latitude :

  • 45° 33' 25.0"

Longitude :

  • -73° 24' 32.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 912 854

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BUREAU, Pierre. Boucherville : répertoire d'architecture traditionnelle. Québec, Centre de documentation, Direction générale du patrimoine, 1979. 287 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013