Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancienne gare de Saint-Anaclet

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Rimouski

Date :

  • 1882 – (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Gares et autres structures ferroviaires)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Images

Carte

Description

L'ancienne gare de Saint-Anaclet est une gare ferroviaire érigée en 1882. L'édifice en bois, de plan rectangulaire à un étage et demi, est coiffé d'un imposant toit à croupes se prolongeant au-delà des murs. Ses larges avant-toits sont supportés par des consoles. La façade principale est dotée d'un avant-corps surmonté d'un toit à croupes. La gare, qui a été déplacée, se situe aujourd'hui dans le secteur de Pointe-au-Père à Rimouski.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Rimouski) 2003-09-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancienne gare de Saint-Anaclet présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La gare rend compte du projet de l'Intercolonial débuté dans les années 1840. Cette ligne de chemin de fer est construite afin de permettre l'établissement de meilleurs liens politiques et commerciaux entre les colonies britanniques en Amérique du Nord. Elle a pour objectif principal de relier les colonies maritimes à la Province du Canada (l'Ontario et le Québec actuels) et fait partie des conditions d'intégration du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse à la Confédération canadienne. Ce circuit ferroviaire desservant Rimouski et la vallée de la Matapédia représente un important débouché économique pour les produits locaux de la région du Bas-Saint-Laurent. Le chemin de fer de l'Intercolonial rejoint Rimouski en 1873 alors qu'un tronçon relie Rivière-du-Loup et Mont-Joli l'année suivante. L'ouverture officielle à la circulation des trains à partir de 1876 encourage le développement des villes et des villages le long du réseau. L'ancienne gare de Saint-Anaclet est également reliée à l'histoire des pèlerinages au Sanctuaire Sainte-Anne-de-la-Pointe-au-Père, dans la localité voisine. Ce lieu de culte est bénit en 1874 par Mgr Jean Langevin (1821-1892), premier évêque de Rimouski, qui y dépose une relique de sainte Anne. Vers 1881, le curé Majorique Bolduc (1842-1926), qui deviendra évêque par la suite, formule une demande aux deux gouvernements de l'époque pour qu'une gare soit construite afin de faciliter l'accès de la chapelle aux nombreux fidèles qui viennent de loin pour assister aux pèlerinages. La gare de Saint-Anaclet-de-Lessard est finalement construite en 1882. Elle encourage l'économie, la création d'emplois ainsi que le développement d'une agriculture spécialisée.

L'ancienne gare de Saint-Anaclet présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette gare est représentative d'un modèle de gare construit dans les petites localités du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la vallée de la Matapédia au tournant du XXe siècle. La gare de Saint-Anaclet est caractéristique de ce modèle, notamment par son volume rectangulaire d'un étage coiffé d'un large toit à croupes et par ses avant-toits débordants supportés par des consoles en bois. La fenêtre en saillie est également une composante des gares édifiées par la compagnie de l'Intercolonial Railway. Il s'agit d'un élément architectural répandu dans les gares d'Amérique du Nord après 1880 qui permet à l'opérateur de surveiller à la fois la voie ferrée et l'environnement ambiant. C'est d'ailleurs dans cette structure qu'est installé le télégraphe. La gare de Saint-Anaclet est bien conservée et constitue un témoignage des gares de ce type érigées le long de l'Intercolonial à la fin du XIXe siècle.

Source : Ville de Rimouski, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancienne gare de Saint-Anaclet liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi et l'imposant toit à croupes aux avant-toits débordants;
- l'avant-corps coiffé d'un toit à croupes;
- les matériaux, dont le parement de planches à clins ainsi que le bois des éléments architecturaux et ornementaux;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à petits carreaux, la lucarne en appentis ainsi que les chambranles;
- l'ornementation, dont les larges consoles et les chevrons apparents.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancienne gare de Saint-Anaclet rend compte de l'établissement de l'Intercolonial. Dès les années 1840, la construction d'un chemin de fer reliant les colonies maritimes et la Province du Canada (l'Ontario et le Québec actuels) est prévue afin d'établir des liens politiques et commerciaux plus étroits entre les colonies britanniques de l'Amérique du Nord. En 1865, alors que le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse négocient leur entrée dans la Confédération canadienne, un rapport recommande l'établissement d'un itinéraire dans la baie des Chaleurs, à travers la vallée de la Matapédia et le long du Saint-Laurent.

Le chemin de fer Intercolonial traverse un paysage essentiellement agricole, des limites nord du Nouveau-Brunswick jusqu'au fleuve Saint-Laurent. Ce circuit représente un important débouché économique pour les produits locaux de la région du Bas-Saint-Laurent. Il rejoint Rimouski en 1873 alors qu'un tronçon relie Rivière-du-Loup et Mont-Joli l'année suivante. L'ouverture officielle à la circulation des trains à partir de 1876 encourage le développement des villes et des villages le long du réseau.

En 1874, Mgr Jean Langevin (1842-1926), premier évêque de Rimouski, bénit une première chapelle à la Pointe-au-Père où est déposée une relique de sainte Anne qu'il a rapportée de Rome. Il annonce que cette chapelle deviendra un lieu de pèlerinage fréquenté par les croyants du diocèse de même que par des navigateurs et des voyageurs venus de loin. Le sanctuaire, désigné sous le nom de Sainte-Anne-de-la-Pointe-au-Père, est situé à proximité du village de Saint-Anaclet. Pour faciliter l'accès aux nombreux pèlerins, le curé Majorique Bolduc (1842-1926), nommé curé résidant en 1881, formule une demande aux deux gouvernements pour qu'une gare soit construite. En 1882, la Compagnie de chemin de fer Intercolonial érige une gare au nord du village. Des marchandises variées, des passagers et le courrier y sont transbordés. Pour la municipalité de Saint-Anaclet-de-Lessard, fondée en 1859, la gare encourage l'économie, la création d'emplois ainsi que le développement d'une agriculture spécialisée.

La gare cesse ses activités en 1974. Elle est acquise par une entreprise de production de tourbe qui la déménage sur ses terrains, dans le secteur de Pointe-au-Père de la ville de Rimouski. Elle est alors utilisée comme bureau.

L'ancienne gare de Saint-Anaclet est citée en 2003.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Rimouski-Neigette

Municipalité :

  • Rimouski

Lieux-dits :

  • District de Pointe-au-Père

Latitude :

  • 48° 29' 38.4"

Longitude :

  • -68° 26' 51.4"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 968 091

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013