Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Samuel-Stewart

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Outaouais

Municipalité :

  • Gatineau

Date :

  • vers 1880 – (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison Samuel-Stewart est une demeure construite vers 1880. Cette résidence en pierre, de plan rectangulaire à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. Elle est dotée d'une lucarne-pignon et d'un porche en façade. La maison Samuel-Stewart est située en retrait du chemin d'Aylmer, sur un grand terrain paysager, dans le secteur d'Aylmer de la ville de Gatineau.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Autre

Saillies :

  • Porche

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (À bossages)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Asphalte, bardeaux

Autre(s) porte(s) :

  • entièrement vitrée, à battants

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À guillotine
  • Rectangulaire, Composée

Lucarne(s) :

  • Lucarne-pignon

Éléments architecturaux :

  • Fronton
  • Plate-bande

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Gatineau) 1997-05-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Samuel Stewart (mort en 1919). Celui-ci s'est illustré dans l'administration publique de Hull. D'abord commissaire d'école, Stewart devient échevin. En 1912, il est élu à la mairie de Hull-Sud, un poste qu'il occupe jusqu'en 1919. Vers 1880, il se fait construire une résidence sur un terrain qui lui est offert par son père, Robert Stewart. En 1912, il cède une partie de sa terre, mais conserve la maison et quatre acres de terrain. La résidence demeure la propriété de la famille Stewart jusqu'en 1945.

La maison Samuel-Stewart présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette résidence est représentative de l'architecture domestique vernaculaire ontarienne. Ce type d'habitation est issu d'une production courante qui se retrouve abondamment dans le paysage des villages du Haut-Canada (Ontario) durant le XIXe siècle. À la même époque, ce modèle de maison obtient la faveur des communautés anglophones du Bas-Canada (Québec) situées à proximité. Populaire entre 1830 et 1875, il est généralement en bois, à un étage et demi, et coiffé d'un toit à pente moyenne. Les fermiers ontariens optent pour ce gabarit en raison, notamment, des taxes moindres qui lui sont rattachées. Au fur et à mesure que le XIXe siècle progresse, plus de maisons adoptent une lucarne-pignon au centre de la façade. Dans bien des cas, les propriétaires procèdent à l'ajout d'éléments architecturaux et de détails ornementaux qui proviennent de différents styles à la mode. La maison Samuel-Stewart est caractéristique de l'architecture vernaculaire ontarienne notamment par son volume rectangulaire à un étage et demi, son toit à deux versants droits à faible pente ainsi que par sa lucarne-pignon aménagée au centre de la façade. Par ailleurs, ses murs en pierre, la distribution symétrique de ses ouvertures ainsi que son porche doté de pilastres et d'un fronton révèlent l'influence de l'architecture néoclassique. La maison Samuel-Stewart, par son architecture élaborée, illustre le statut social du propriétaire constructeur.

La maison Samuel-Stewart présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. Elle est située sur le chemin d'Aylmer, soit l'une des plus anciennes voies commerciales de la ville de Gatineau. Dès 1805, cette voie publique est aménagée. À compter de 1823, elle occupe un rôle primordial dans le transport et la vie commerciale d'Aylmer avec l'arrivée des bateaux à vapeur. Appelé alors « Britannia » ou « Turnpike », le chemin permet de contourner les chutes Chaudière et conduit au quai d'Aylmer en amont. Parmi les propriétaires fonciers de cette époque, Robert Stewart aurait acheté une vaste terre au début des années 1830. Il en aurait cédé une partie à son fils Samuel. Ce dernier implante alors sa maison près de la voie publique. La maison Samuel-Stewart témoigne à la fois de la manière dont les exploitants agricoles aménagent leur terre ainsi que du développement d'Aylmer au XIXe siècle.

Source : Ville de Gatineau, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Samuel-Stewart liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits à faible pente ainsi que la lucarne-pignon;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre à appareillage régulier;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique, les fenêtres à guillotine, la fenêtre tripartite du pignon central munies de volets en bois, ainsi que les plates-bandes en pierre;
- le porche en bois orné de pilastres et d'un fronton;
- les souches de cheminée à chaque extrémité du toit;
- sa situation en retrait de la voie publique, sur un terrain paysager;
- sa situation sur le chemin d'Aylmer, une ancienne route, dans le secteur d'Aylmer de la ville de Gatineau.

Haut de la page

Informations historiques

Au début des années 1830, Robert Stewart acquiert un vaste terrain aux abords du chemin d'Aylmer. Il sépare la propriété entre ses trois fils, dont Samuel (mort en 1919) qui fait construire une résidence vers 1880. Il s'agit d'une maison de ferme en pierre de plan rectangulaire à un étage et demi. Le toit à deux versants à pente moyenne est interrompu en façade par une lucarne-pignon percée d'une baie tripartite. Il s'agit d'un cottage ontarien, un style architectural vernaculaire populaire dans le Haut-Canada (Ontario) entre 1830 et 1875. Son influence se répercute au sein des communautés anglophones du Bas-Canada (Québec) situées à proximité. Ce type de bâtiment apparaît en grand nombre dans le milieu rural du Haut-Canada. Il est choisi en réaction à l'impôt foncier qui touche les maisons de deux étages et plus, et qui est appliqué de 1803 à 1853. Malgré l'abolition de la loi, les fermiers perpétuent le gabarit et la forme. Les propriétaires, davantage à l'aise, ajoutent des composantes issues des courants « à la mode » telles que des vérandas ou des porches.

La maison Samuel-Stewart est située sur l'une des plus anciennes artères de la ville de Gatineau. Aménagé à partir de 1805, un chemin rudimentaire longe la rivière des Outaouais et permet de contourner les chutes Chaudière. Cette voie publique, améliorée de façon significative en 1819 et 1820, est alors nommée chemin « Britannia » ou « Turnpike ». Avec l'arrivée des bateaux à vapeur en 1823, cette route constitue un lien essentiel dans le déplacement des passagers et le transbordement des marchandises. En effet, elle conduit au quai d'Aylmer situé en amont des chutes du lac Chaudière (aujourd'hui lac Deschênes). Cet achalandage engendre l'apparition d'un ensemble de services liés à l'hébergement et au transport. Vers 1849, la route prend le nom de chemin d'Aylmer. Elle est principalement empruntée par des agriculteurs, les marchands et les industriels vivant de l'exploitation du bois. Au XIXe siècle, le chemin d'Aylmer jouit d'une réputation enviable, notamment grâce aux citoyens aisés ou fortunés qui y résident.

L'avènement du chemin de fer au tournant du XXe siècle entraîne la disparition progressive des bateaux à vapeur. En conséquence s'amorce le déclin de la fonction commerciale du chemin d'Aylmer.

Tout au long de sa vie, Samuel Stewart occupe diverses fonctions au sein de l'administration publique d'Aylmer. Il est d'abord commissaire d'école pendant plusieurs années et devient ensuite échevin. En 1912, Stewart cède une partie de sa terre au profit de la « Ottawa Racing Association ». Toutefois, il conserve la maison et quatre acres de terrain. La même année, il est élu maire de Hull-Sud, une fonction qu'il occupe jusqu'à son décès survenu en 1919.

La famille Stewart conserve la propriété jusqu'en 1945. Lloyd et Jean Rolston l'acquièrent, la louent et y apportent des modifications intérieures. En 1970, le « Connaught Park Jockey Club » en devient propriétaire. En 1990, une annexe est ajoutée en retour d'équerre à l'arrière de la maison.

La maison Samuel-Stewart est citée en 1997.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Outaouais

MRC :

  • Gatineau

Municipalité :

  • Gatineau

Adresse :

  • 774, chemin d'Aylmer

Lieux-dits :

  • Aylmer

Latitude :

  • 45° 24' 9.0"

Longitude :

  • -75° 47' 56.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 4 344 679

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ALDRED, Diane. Le Chemin d'Aylmer : une histoire illustrée. The Aylmer Road: an illustrated history. Aylmer, Association du patrimoine d'Aylmer, 1994. 256 p.
  • Association du patrimoine d'Aylmer. Étude sur les bâtiments patrimoniaux d'Aylmer. Aylmer, Association du patrimoine d'Aylmer, 1998. s.p.
  • GAFFIELD, Chad et al. Histoire de l'Outaouais. Histoire des régions. Québec, IQRC, 1994. 876 p.
  • Pluram Inc. Préservation et mise en valeur des sites d'intérêt historique. Ville d'Aylmer. Inventaire et analyse du paysage architectural. Aylmer, Ville d'Aylmer, 1985. 92 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013