Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Cinéma Corona

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Family Theatre
  • Théâtre Corona

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1912 – 1913 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Cinémas)

Éléments associés

Groupes associés (3)

Personnes associées (4)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le cinéma Corona est un lieu de divertissement populaire érigé en 1912. Il s'agit d'un bâtiment en brique de plan rectangulaire plus profond que large. Coiffé d'un toit plat, il comporte deux niveaux d'inégale hauteur. Sa façade est traitée en trois registres. Le premier (niveau piéton) présente un entablement en pierre et une série de portes. Le deuxième, encadré par un bandeau continu, comprend une verrière inscrite dans un arc monumental en plein cintre de type roman et des motifs cruciformes en terre cuite vernissée. Le dernier est de facture dépouillée. Le cinéma Corona est situé dans un milieu urbain densément construit de l'arrondissement municipal du Sud-Ouest de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

2

Groupement :

En rangée

Structure :

  • Béton, ossature en béton armé
  • Bois, ossature en bois
  • Composite
  • Métal, ossature métallique

Saillies :

  • Entrée de cave
  • Galerie
  • Marquise
  • Vestibule

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade est : Brique
  • Façade ouest : Brique
  • Façade nord : Pierre, Brique
  • Façade sud : Composite (Enduit et crépi), Brique

Toit :

  • Forme : Plat
    Matériau : Composite, multicouche
  • Forme : Plat
    Matériau : Composite, multicouche

Porte principale :

  • métallique, à imposte

Autre(s) porte(s) :

  • métallique, à battants
  • métallique, à battants

Fenêtre(s) :

  • carrée, Fixe
  • cintrée, Fixe
  • Rectangulaire, Fixe

Éléments architecturaux :

  • Bandeau
  • Chambranle
  • Entablement
  • Jeu de briques
  • Parapet
  • Pilastre
  • Portail

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 2001-02-22
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le cinéma Corona présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa représentativité par rapport aux théâtres cinématographiques et aux palaces cinématographiques. L'architecture des cinémas antérieurs à 1940 se divise en trois périodes : les scopes et les théâtres cinématographiques (salles adaptées au cinéma comme genre mineur, 1895-1915), les super palaces et les palaces de quartier (palaces cinématographiques, 1915-1930) et les salles des années 1930 (standardisation, 1930-1940). Les scopes et les théâtres cinématographiques sont des lieux de divertissement mixtes qui combinent le cinéma et les arts de la scène. Les films sont projetés en complément de programme ou à titre d'intermèdes. Contrairement au théâtre et à l'opéra, plus élitistes, le cinéma est alors perçu comme la récréation des classes populaires. Construit en 1912, le cinéma Corona, d'abord appelé « Family Theatre », présente dans un premier temps des vaudevilles et des pièces filmées. À partir de 1915, la projection des films devient le programme principal. C'est l'époque durant laquelle l'industrie cinématographique s'affirme et cherche à attirer les classes privilégiées. On assiste à la création d'un type architectural propre aux représentations cinématographiques, et les palaces de quartier se multiplient dans les centres urbains et les banlieues. En 1923, la compagnie United Amusement réaménage d'ailleurs le cinéma Corona dans l'esprit des palaces de quartier et y présente des films muets. Le cinéma Corona est donc un exemple représentatif à la fois des théâtres cinématographiques (extérieur) et des palaces cinématographiques (intérieur).

Le cinéma Corona présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa représentativité par rapport aux théâtres construits avant la Première Guerre mondiale.. Ce cinéma est conçu pour la Duchess Amusement Co. en 1912, par les architectes montréalais Joseph-Cajetan Dufort (1868-1936) et Louis-Théophile Décary (1882-1952). Sa façade est inspirée de celle de la National Farmer's Bank, érigée en 1907 et 1908 à Owatonna (État du Minnesota, États-Unis) selon les plans de l'illustre architecte américain Louis Henry Sullivan (1856-1924). Elle est traitée en trois registres. Le premier (niveau piéton) présente un entablement en pierre et une série de portes. Le deuxième, encadré par un bandeau, comprend une verrière inscrite dans un arc monumental en plein cintre de type roman et des motifs cruciformes en terre cuite vernissée. Le dernier est de facture dépouillée. Par son arc monumental, la façade du cinéma Corona est typique des nombreux théâtres cinématographiques construits avant la Première Guerre mondiale en Europe et en Amérique du Nord.

Le cinéma Corona présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à son aménagement intérieur. Réaménagé en 1923 par l'architecte Daniel John Crighton (1868-1946), concepteur de plusieurs cinémas à Montréal pour la compagnie United Amusement, l'espace intérieur est particulièrement rationnel. La salle de spectacles, de plan rectangulaire, dispose d'un promenoir qui permet d'accéder au parterre et aux escaliers menant au balcon en demi-cercle avec une pente abrupte. Deux niveaux de loges placées à angle s'inscrivent entre la scène et le balcon. La partie avant de l'édifice loge le hall où se trouve la billetterie en bois, seul exemple à subsister à Montréal. Quant au décor intérieur, il a été réalisé la même année par Emmanuel Briffa (1875-1955), auteur de la décoration de plus de 200 salles de cinéma en Amérique du Nord. De style classique, il comprend des colonnes corinthiennes, des arcs latéraux, des peintures allégoriques, des motifs peints au pochoir, des boiseries, des plâtres et le rideau de scène original. Ce décor caractéristique des « movie palaces » se démarque ainsi de ceux plutôt sobres des théâtres cinématographiques.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du cinéma Corona liés à sa valeur architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, les deux niveaux d'inégale hauteur et le toit plat;
- ses matériaux, dont la maçonnerie de brique;
- les murs aveugles à l'exception de la façade;
- la composition de la façade, dont le traitement en trois registres distincts, le premier présentant un entablement en pierre, le deuxième encadré par un bandeau continu comprenant un arc monumental en plein cintre de type roman en pierre et des motifs cruciformes en terre cuite vernissée, ainsi que le dernier de facture dépouillée;
- ses ouvertures, dont les portes du premier registre, la verrière, les deux fenêtres surmontées d'un fronton triangulaire en pierre et les fenêtres hautes et étroites du deuxième registre, ainsi que les petites fenêtres du niveau supérieur;
- la marquise;
- la partie avant comprenant le hall et la billetterie en bois;
- la salle de spectacles, de plan rectangulaire, comprenant le promenoir, le parterre, les escaliers, le balcon en demi-cercle de pente abrupte, les deux niveaux de loges placées à angle, la petite scène et la fosse d'orchestre;
- les loges d'artistes sous la scène;
- les caractéristiques du décor, dont les motifs classiques, les colonnes corinthiennes, les arcs latéraux, les peintures allégoriques, les motifs peints au pochoir, les boiseries, les plâtres et le rideau de scène original.

Haut de la page

Informations historiques

En 1912, le cinéma Corona, alors appelé « Family Theatre », est construit pour la Duchess Amusement Co. Le bâtiment est l'oeuvre des architectes montréalais Joseph-Cajetan Dufort (1868-1936) et Louis-Théophile Décary (1882-1952), qui ont étudié au Massachusetts Institute of Technology. Sa façade est inspirée de celle de la National Farmer's Bank, érigée en 1907 et 1908 à Owatonna (État du Minnesota, États-Unis) selon les plans de l'illustre architecte américain Louis Henry Sullivan (1856-1924).

Le Corona est à l'origine un théâtre cinématographique qui présente des vaudevilles et des pièces filmées. Les théâtres cinématographiques sont des lieux de divertissement mixtes combinant le cinéma et les arts de la scène. Les films sont projetés en complément de programme ou à titre d'intermèdes. Contrairement au théâtre et à l'opéra, plus élitistes, le cinéma est d'abord perçu comme la récréation des classes populaires. La façade du cinéma Corona, par son arc monumental, est typique des nombreux théâtres cinématographiques construits avant la Première Guerre mondiale en Europe et en Amérique du Nord.

À partir de 1915, la projection de films devient le programme principal du Family Theatre. C'est l'époque durant laquelle l'industrie cinématographique s'affirme et cherche à attirer les classes privilégiées. On assiste à la création d'un type architectural propre aux représentations cinématographiques, et les palaces de quartier se multiplient dans les centres urbains et les banlieues.

En 1923, le « Family Theatre » passe à la United Amusement. Il est renommé « cinéma Corona » et réaménagé dans l'esprit des palaces de quartier pour présenter des films muets. Le maître d'oeuvre de cette transformation est l'architecte Daniel John Crighton (1868-1946), concepteur de plusieurs cinémas à Montréal pour cette compagnie. Quant au décor intérieur, il est réalisé la même année par Emmanuel Briffa (1875-1955), auteur de la décoration de plus de 200 salles de cinéma en Amérique du Nord.

Au début des années 1960, le cinéma Corona ferme ses portes. Sept ans plus tard, il est acheté par la Ville de Montréal. À la fin des années 1980, des scènes du film « Une histoire inventée » d'André Forcier (né en 1947) puis de « Nénette » de Jean Beaudin (né en 1939) y sont tournées. En 1997, l'Institut des arts de la scène, un organisme sans but lucratif, acquiert l'édifice. Celui-ci est restauré en différentes phases entre 1997 et 2004.

En 2001, le cinéma Corona est reconnu. Il est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012. De nos jours, il loge une salle de spectacle connue sous le nom de Théâtre Corona.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Le Sud-Ouest

Adresse :

  • 2490, rue Notre-Dame Ouest

Latitude :

  • 45° 28' 58.127"

Longitude :

  • -73° 34' 30.047"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Municipalité de la paroisse de Montréal Absent 2384
2385
2386 ptie

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Claude. Architectures du XXe siècle au Québec. Montréal / Québec, Les Éditions du Méridien / Musée de la civilisation, 1989. 271 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • Communauté urbaine de Montréal. Architecture commerciale III : les magasins, les cinémas. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal, 9. Montréal, Communauté urbaine de Montréal, Service de la planification du territoire, 1985. 413 p.
  • MARTINEAU, Jocelyne. Cinémas et patrimoine à l'affiche. Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1988. 50 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013