Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Évêché de Joliette

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Évêché Saint-Charles-Borromée

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Joliette

Date :

  • 1880 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Évêchés)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (6)

Voir la liste

Images

Carte

Description

L'évêché de Joliette est une résidence épiscopale construite en 1880 et agrandie en 1906. L'édifice en pierre, de plan en « L » prolongé par une abside à pans coupés sur le mur sud-est, comporte trois étages et un soubassement surhaussé. Il est coiffé d'un toit à croupes à profil bas. La façade de la section de gauche présente un avant-corps surmonté d'un fronton cintré. L'entrée de la partie droite est encadrée par quatre pilastres surmontés d'une frise et d'un couronnement sculpté. Une annexe en brique de trois étages est greffée à l'arrière du bâtiment. L'évêché de Joliette s'élève au coeur d'un ensemble religieux catholique comprenant aussi la cathédrale Saint-Charles-Borromée, l'ancien séminaire diocésain et l'ancien noviciat des Clercs de Saint-Viateur. Il se situe en retrait de la voie publique, à proximité de la rivière L'Assomption, au centre de la ville de Joliette.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment et au terrain.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Joliette) 2016-04-18
 
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Joliette) 1999-08-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

"L'actuel évêché de Joliette fut construit en 1880, dans le but premier d'y accueillir un nouveau presbytère. Cependant, avec un accroissement rapide de la population, l'Église force le morcellement du diocèse de Montréal et la ville de Joliette devient donc le siège épiscopal pour la région de Lanaudière. Le diocèse de Joliette est érigé le 27 janvier 1904. La même année, le presbytère de l'église Saint-Charles-Borromée se transforme en évêché.

En 1906, Alphonse Durand, réputé architecte de l'époque, agrandit l'évêché en y construisant une nouvelle partie à gauche de la section existante. Pour célébrer le cinquantième anniversaire de la création du diocèse de Joliette, les architectes René et Gérard Charbonneau accompagnés de Wilfrid Corbeil procèdent à la réfection de la façade de l'évêché en 1953 et 1954. Ils en profitent du même coup pour procéder à l'ajout d'une annexe à l'arrière.

L'évêché de Joliette présente un volume intéressant, dont son plan en «L» prolongé par une abside à pans coupés sur le mur sud-est, le soubassement surhaussé et l'avant-corps central de la section de gauche coiffé d'un fronton cintré à base interrompue. Les ouvertures sont disposées de façon régulière : des fenêtres cintrées, rectangulaires ou en arc surbaissé, à battants et à carreaux et une porte vitrée à double vantail et à imposte dotée d'une fermeture en métal. Les matériaux, dont les murs en pierre à bossage, le soubassement en pierre à bossage plus grossière, les éléments ornementaux et architecturaux en pierre de taille lisse, en bois et en métal ainsi que la couverture en tôle, sont typiques d'une architecture classique religieuse. Plusieurs éléments ornementaux, dont le fronton cintré à base interrompue, les pilastres monumentaux, la frise portant l'inscription « MCMIV ANNO IVBILAEI MCMLIV », le couronnement sculpté, la corniche moulurée, les balconnets, les chaînes d'angle et le bandeau du soubassement donnent plus de prestige au bâtiment."

Source: Ville de Joliette, 2016.

Haut de la page

Informations historiques

L'évêché de Joliette, connu aussi comme l'ancien presbytère de l'église Saint-Charles-Borromée, se situe sur le territoire de l'ancienne seigneurie de Lavaltrie. C'est le seigneur Barthélemy Joliette (1789-1850) qui fonde, vers 1823, le village de L'Industrie (renommé Joliette en 1864). Ce dernier y fait élever une première église en 1842. L'année suivante, la paroisse est érigée canoniquement et le seigneur commande la construction d'un presbytère, situé à proximité du lieu de culte. En 1850, peu avant sa mort, Barthélemy Joliette lègue, à la corporation épiscopale de Montréal, l'église, ses dépendances et les terrains attenants où se trouve la résidence curiale. En 1880, un nouveau presbytère, correspondant à la partie droite de l'édifice actuel, est construit. C'est vraisemblablement Joseph Michaud (1822-1902), clerc de Saint-Viateur et professeur d'architecture au Collège de Joliette, qui en dresse les plans. Ce dernier est principalement connu pour sa participation à la construction de la cathédrale-basilique Marie-Reine-du-Monde à Montréal.

Au cours de la seconde moitié du XIXe, l'accroissement de la population force l'Église à morceler le diocèse de Montréal pour faciliter la gestion des différentes paroisses. Dans la région de Lanaudière, les administrations des villes de Joliette et de L'Assomption aspirent à l'obtention d'un siège épiscopal; ils présentent plusieurs mémoires à cet effet. La première ville est finalement retenue et le diocèse de Joliette est érigé canoniquement le 27 janvier 1904. Mgr Joseph-Alfred Archambault (1859-1913) est sacré évêque dans la nouvelle cathédrale le 24 août de la même année; le presbytère de l'église Saint-Charles-Borromée devient évêché. Le collège de Joliette est élevé au rang de séminaire diocésain. La ville de Joliette bénéficie alors d'un nouveau statut prestigieux qui favorise l'essor économique et démographique de la ville.

En 1906, l'architecte et sculpteur joliettain, Alphonse Durand (1858-1937), agrandit l'évêché en construisant une nouvelle section dotée d'un avant-corps à gauche du presbytère. Il ajoute à la partie ancienne un balcon supporté par des colonnes monumentales ainsi qu'un dôme en pavillon. Pour souligner le cinquantième anniversaire de la création du diocèse, Wilfrid Corbeil (1893-1979) ainsi que les architectes René et Gérard Charbonneau modifient de nouveau l'édifice en 1953 et 1954. Le père Corbeil, aussi membre de l'ordre des Clercs de Saint-Viateur, est une figure locale importante et participe, entre autres, à la fondation et à la conception du Musée d'art de Joliette. Les trois hommes suppriment le dôme et remplacent le balcon et les colonnes par quatre pilastres monumentaux supportant une frise gravée d'une inscription soulignant le jubilé du diocèse. Un couronnement sculpté représentant les armes de Mgr Joseph-Arthur Papineau (1875-1970), troisième évêque de Joliette, est placé au-dessus. L'escalier est élargi et des éléments en fer forgé sont installés devant la porte principale. C'est à la même époque que l'annexe en brique est ajoutée à l'arrière de l'édifice.

L'évêché de Joliette est cité en 1999 et en 2016.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • Joliette

Municipalité :

  • Joliette

Adresse :

  • 2, rue Saint-Charles-Borromée Nord

Latitude :

  • 46° 1' 37.0"

Longitude :

  • -73° 26' 16.7"

Désignation cadastrale :

  • Lot 5 303 671

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LANOUE, François. Regards sur la paroisse cathédrale et le diocèse de Joliette. Joliette, Évêché de Joliette, 1996. 222 p.
  • LEMYRE, Patrick et Denise ROY. Circuit patrimonial : le Joliette des Clercs. Joliette, Musée d'art de Joliette, 1997. 6 p.
  • s.a. « Joliette ». DAUTH, Gaspard. Le diocèse de Montréal à la fin du dix-neuvième siècle. Montréal, Eusèbe Senécal et Cie., 1900, p. 700-715.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013