Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Saint-Jérôme

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Évêché de Saint-Jérôme

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Saint-Jérôme

Date :

  • 1895 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Évêchés)
  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Voir la liste

Personnes associées (1)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le presbytère de Saint-Jérôme est une maison curiale construite en 1895 et agrandie en 1954 pour servir d'évêché. Le bâtiment en pierre est composé d'un corps principal à trois étages reposant sur un soubassement. Il est surmonté d'un toit plat. Un avant-corps doté d'un portail couronné d'une large fenêtre en plein cintre complète la façade principale. Un second portail est aménagé sur le corps latéral droit. Une annexe à trois étages, construite à l'arrière et à gauche du corps principal, relie l'édifice à la cathédrale de Saint-Jérôme. Le presbytère est implanté sur un terrain paysager situé à une intersection, à proximité de la rivière du Nord, dans le noyau institutionnel historique de la ville de Saint-Jérôme.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Jérôme) 2005-04-19

Statuts antérieurs

  • Abrogation de règlement, 2005-04-19
  • Citation, 1999-07-12
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Saint-Jérôme présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il témoigne de l'importance de Saint-Jérôme comme centre régional depuis le XIXe siècle. Le territoire est ouvert à la colonisation à la fin du XVIIIe siècle. L'agriculture demeure longtemps la principale activité économique des environs. En 1863, un marché public est établi afin de permettre aux agriculteurs et aux artisans de vendre leurs produits. Saint-Jérôme s'impose alors comme centre d'affaires. Le passage du chemin de fer à partir de 1876 et l'implantation de plusieurs industries contribuent au rayonnement de la localité, qui croît rapidement. À la fin du XIXe siècle, l'église paroissiale devenue trop petite doit être remplacée. La fabrique décide de construire aussi un nouveau presbytère, plus grand et plus moderne, en 1895. Les entrepreneurs Boileau et Frères, de Montréal, exécutent les plans conçus par l'architecte Casimir Saint-Jean. La ville de Saint-Jérôme voit son statut de centre régional confirmé en 1951, alors qu'elle devient le siège d'un nouveau diocèse. Le presbytère est modifié en 1954 afin de répondre aux besoins créés par son utilisation comme évêché. L'édifice rappelle donc l'histoire du développement de Saint-Jérôme et son rayonnement régional.

Le presbytère de Saint-Jérôme présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice est composé d'un corps principal de plan rectangulaire à trois étages. Le soubassement en moellon plus grossier est marqué par un bandeau. Un autre bandeau orne la partie supérieure des murs. L'avant-corps central est doté d'un portail surmonté d'une vaste fenêtre en plein cintre divisée en plusieurs sections rectangulaires. Un autre portail encadré de colonnes engagées monumentales sans chapiteau orne le corps latéral droit. L'emploi de la brique et de différentes textures de pierre permet de créer des contrastes et des motifs constituant l'essentiel de son ornementation. En outre, le caractère moderne du bâtiment est accentué par son toit plat. Le presbytère de Saint-Jérôme, par son parement en pierre et ses grandes dimensions, témoigne de l'effet monumental recherché par l'Église catholique pour la construction d'édifices religieux à la fin du XIXe siècle. Il rappelle également l'évolution du bâtiment jusqu'au milieu du siècle suivant.

Le presbytère de Saint-Jérôme présente aussi un intérêt pour sa valeur historique et architecturale reposant sur sa représentativité par rapport à un type d'édifice religieux, soit l'évêché. Il tient lieu à la fois de siège administratif du diocèse et de résidence pour les membres du clergé desservant la cathédrale, notamment l'évêque. Le caractère public du presbytère de Saint-Jérôme est mis en évidence par les vastes portails marquant les deux murs donnant sur la voie publique. Les liens étroits entre le bâtiment et la cathédrale sont par ailleurs soulignés par l'annexe reliant les deux édifices.

Source : Ville de Saint-Jérôme, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Saint-Jérôme liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation à proximité de la cathédrale;
- sa situation sur un terrain paysager, à une intersection, près de la rivière du Nord, dans le noyau institutionnel historique;
- son volume, dont le corps de logis principal de plan carré, l'élévation de trois étages, le soubassement surhaussé, le toit plat, l'avant-corps central, le corps latéral droit ainsi que l'annexe arrière se prolongeant sur le côté gauche du corps principal, reliant le presbytère à la cathédrale;
- les matériaux, dont le parement en pierre à bossage ainsi que les éléments ornementaux et architecturaux en pierre de taille lisse et en bois;
- les ouvertures, dont les portails composés d'une porte (une en bois à double vantail ornée d'éléments métalliques) surmontée d'une vaste fenêtre en plein cintre divisée en sections rectangulaires, les fenêtres rectangulaires de dimensions variées (certaines jumelées ou groupées) et les soupiraux;
- l'ornementation, dont les contrastes entre les différentes surfaces de la pierre, les motifs créés par l'appareillage de la brique, les colonnes engagées monumentales sans chapiteau et les chaînes d'angle.

Haut de la page

Informations historiques

Le presbytère de Saint-Jérôme est implanté dans une région ouverte à la colonisation à la fin du XVIIIe siècle. La paroisse est érigée canoniquement en 1834. La première chapelle est remplacée par une autre église en 1837 et un premier presbytère est construit à la même époque. L'agriculture demeure longtemps la principale activité économique des environs. En 1863, un marché public est établi afin de permettre aux agriculteurs et aux artisans de vendre leurs produits. Saint-Jérôme s'impose alors comme centre régional des affaires. Le passage du chemin de fer à partir de 1876 et l'implantation de plusieurs industries contribuent au rayonnement de la localité, qui croît rapidement.

À la fin du XIXe siècle, l'église paroissiale devenue trop petite doit être remplacée. La fabrique décide de construire aussi un nouveau presbytère, plus grand et plus moderne, en 1895. Les entrepreneurs Boileau et Frères de Montréal exécutent les plans conçus par l'architecte Casimir Saint-Jean.

La ville de Saint-Jérôme voit son statut de centre régional confirmé en 1951, alors qu'elle devient le siège d'un nouveau diocèse. Le presbytère est modifié en 1954 afin de répondre aux besoins créés par son utilisation comme évêché. Il est alors agrandi vers l'arrière et est relié à la cathédrale par une annexe latérale. Le toit en pavillon du corps de logis principal est remplacé par un toit plat.

Le presbytère de Saint-Jérôme est cité en 1999. La citation est reprise en 2005.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • La Rivière-du-Nord

Municipalité :

  • Saint-Jérôme

Adresse :

  • 355, place du Curé-Labelle

Latitude :

  • 45° 46' 39.4"

Longitude :

  • -74° 0' 9.8"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Terrebonne Village de Saint-Jérôme Absent 216 ptie
216A ptie
217 ptie
218 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GERMAIN, Yvan. La cathédrale de Saint-Jérôme, 100 ans. Saint-Jérôme, s.n., 2000. 24 p.
  • LAJEUNESSE, Gérard, dir. Une Église se raconte: Saint-Jérôme, 1951-2001. Outremont, Carte blanche, 2001. 427 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013