Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Sainte-Agathe

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Sainte-Agathe-des-Monts

Date :

  • 1928 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Personnes associées (4)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

Le presbytère de Sainte-Agathe est une maison curiale érigée en 1928. Composé de volumes simples, cet édifice en brique s'élève sur deux étages. Il est coiffé d'un toit plat bordé d'un parapet et d'une corniche moulurée. L'entrée est formée d'une arcade, ornée de gargouilles et surmontée d'une véranda. Le bâtiment présente également une galerie couverte, une tourelle ainsi qu'une autre véranda aménagée sur deux étages. Le presbytère de Sainte-Agathe se situe sur un grand terrain paysager, à côté de l'église et du cimetière, au coeur de la municipalité de Sainte-Agathe-des-Monts.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Sainte-Agathe-des-Monts) 1993-02-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Sainte-Agathe présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice représente différentes influences architecturales du début du XXe siècle. Le presbytère, inauguré en 1928, est un imposant bâtiment en brique s'élevant sur deux étages. Ses volumes simples et son toit plat orné d'un parapet rappellent des formes courantes au cours des années 1910 à 1930. L'architecte Joseph-Elgide-Césaire Daoust (1881-1946) conçoit une architecture élaborée dont l'ornementation s'inspire de courants variés. La maison curiale présente notamment une corniche, des chaînes d'angle, des moulures, des clés décoratives au-dessus des ouvertures ainsi que des gargouilles. L'accent porté à l'entrée principale, notamment par le volume en saillie, l'arcade et la véranda, ajoute au caractère imposant de l'édifice. La monumentalité du bâtiment symbolise l'importance de l'Église et du curé au sein de l'organisation sociale. Le presbytère de Sainte-Agathe témoigne de la prédominance de l'Église au Québec au début du XXe siècle.

Le presbytère de Sainte-Agathe présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. L'édifice témoigne de la prospérité économique du village de Sainte-Agathe-des-Monts au tournant du XXe siècle. D'abord, l'industrie du bois, puis le tourisme et la présence de plusieurs centres de services, notamment pour la lutte contre la tuberculose, contribuent à son développement. Dès le dernier quart du XIXe siècle, Sainte-Agathe-des-Monts est le siège d'une agence des terres et le lieu d'arrivée du courrier pour les Hautes-Laurentides. Le passage du chemin de fer à partir de 1891 entraîne une très forte croissance démographique et économique en plus de conduire les touristes et les skieurs. De nouveaux quartiers émergent et de nombreux édifices publics sont construits pour desservir la population grandissante. Le presbytère de Sainte-Agathe est construit à l'endroit où se situe le noyau religieux depuis son érection. Son implantation est typique des agglomérations québécoises, où l'habitation curiale est située à proximité du cimetière et de l'église formant le coeur du village. Son aspect imposant reflète la population de la paroisse, notamment les riches villégiateurs. Le presbytère constitue l'un des derniers témoins de ce début de siècle prospère.

Source : Ville de Sainte-Agathe-des-Monts, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Sainte-Agathe liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation au coeur du noyau religieux, à proximité de l'église et du cimetière;
- son implantation en retrait de la voie publique, sur un grand terrain, à proximité du lac, au coeur de la municipalité;
- son volume, dont les volumes simples, l'élévation sur deux étages, le toit plat, le portique d'entrée formé d'arcades et surmonté d'une véranda, la galerie couverte, la tourelle ainsi que la véranda sur deux étages;
- ses matériaux, dont la brique, le solage en béton ainsi que les éléments ornementaux et architecturaux en bois, en pierre ou en métal;
- ses ouvertures, dont les portes semi-vitrées (certaines à double vantail), les impostes, les fenêtres rectangulaires, les fenêtres à guillotine (certaines à petits carreaux), les soupiraux et les vitraux;
- ses ornements, dont les colonnes doriques, la balustrade, la corniche moulurée, les frontons, le parapet ouvragé, les chevrons apparents, les moulures, les linteaux, les plates-bandes, les chaînes d'angle, les clés décoratives, les jeux de brique, les appliques sculptées, le garde-corps en fer forgé ainsi que les gargouilles;
- les souches de cheminées.

Haut de la page

Informations historiques

Le presbytère de Sainte-Agathe est le troisième presbytère érigé sur ce site. Lors de la création de la paroisse en 1861, une chapelle est bâtie dont l'étage supérieur sert de presbytère. Dès 1865, une première maison curiale est construite de même qu'une église plus adéquate en bois. Sainte-Agathe est érigée canoniquement en 1875. En 1888, le presbytère est la proie des flammes. Le curé Théophile Thibodeau est blessé mortellement lors de cet événement. La reconstruction est supervisée par l'entrepreneur François Chartrand. Dès le dernier quart du XIXe siècle, Sainte-Agathe-des-Monts est le siège d'une agence des terres et le lieu d'arrivée du courrier pour les Hautes-Laurentides. L'industrie du bois, puis le tourisme et la présence de plusieurs centres de services, notamment pour la lutte contre la tuberculose, contribuent également au développement économique et à la croissance démographique du village. Le passage du chemin de fer à partir de 1891 facilite le transport des marchandises en plus de conduire les touristes et les skieurs. De nouveaux quartiers émergent et de nombreux édifices publics sont construits pour desservir la population grandissante. Cette effervescence fait miroiter la possibilité d'établir un siège épiscopal à Sainte-Agathe motivant ainsi la construction d'une nouvelle église plus monumentale de 1905 à 1907. Le nouveau diocèse créé en 1913 s'établit plutôt à Mont-Laurier.

Dans les années 1920, le deuxième presbytère est à son tour détruit par un incendie. Le curé d'alors, Jean-Baptiste Bazinet, décide de remplacer l'ancien presbytère en bois par un en brique. Il est construit à l'endroit où se situe le noyau religieux depuis son érection. Les plans et devis sont effectués par l'architecte Joseph-Elgide-Césaire Daoust (1881-1946). L'entrepreneur des travaux est Alfred Charbonneau de Sainte-Agathe-des-Monts. La maison curiale est imposante, à l'image du lieu de culte voisin. Elle est bénite le 12 juin 1928 par Mgr Andreas Cassulo. Depuis sa construction, quelques éléments ont été ajoutés, dont la véranda surmontant l'arcade.

Le presbytère de Sainte-Agathe est cité en 1993, en même temps d'ailleurs que l'église et le charnier du cimetière. Sa maçonnerie et ses boiseries ont été restaurées au début des années 2000.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • Les Laurentides

Municipalité :

  • Sainte-Agathe-des-Monts

Adresse :

  • 37, rue Principale Est

Latitude :

  • 46° 2' 48.0"

Longitude :

  • -74° 17' 9.1"

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec [En Ligne]. http://www.memoireduquebec.com/
  • COURSOL, Luc. Un diocèse dans les cantons du Nord. Histoire du diocèse de Mont-Laurier. Mont-Laurier, Évêché de Mont-Laurier, 1988. 482 p.
  • GRIGNON, Edmond. Fête du cinquantenaire de la paroisse de Sainte-Agathe-des-Monts, 1861-1911. Québec (province), 1912. 232 p.
  • LAURIN, Serge. Sainte-Agathe-des-Monts : un siècle et demi d'histoire. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2002. 336 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013