Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Sainte-Agathe

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Sainte-Agathe-des-Monts

Date :

  • 1905 – 1907 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Groupes associés (3)

Voir la liste

Personnes associées (9)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'église de Sainte-Agathe est un lieu de culte de tradition catholique érigé de 1905 à 1907. L'église en pierre comporte une nef, un transept peu saillant et se termine par un chevet plat. Une sacristie de plan rectangulaire à un étage et demi est implantée dans le prolongement du chevet. L'église et la sacristie sont coiffées de toits à versants droits. La façade percée de trois portails est flanquée de deux tours-clochers symétriques. L'église de Sainte-Agathe est située sur un léger promontoire au coeur de la ville de Sainte-Agathe-des-Monts, à proximité du presbytère et du charnier.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Sainte-Agathe-des-Monts) 1993-02-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Sainte-Agathe présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. En 1904, les autorités religieuses de Sainte-Agathe décident de remplacer l'église en bois devenue exiguë à la suite de l'augmentation rapide de la population. Des rumeurs circulent quant à la création d'un nouveau diocèse dans cette partie des Laurentides qui relève de l'évêché d'Ottawa depuis 1889. L'élite locale et les autorités religieuses souhaitent voir leur paroisse devenir le siège épiscopal du diocèse. Aussi l'architecture et les dimensions de la nouvelle église sont choisies en fonction d'en faire une cathédrale. Sainte-Agathe-des-Monts n'est finalement pas retenue comme siège épiscopal lors de la création du diocèse de Mont-Laurier en 1913. L'aspect monumental de son église paroissiale témoigne néanmoins de ces ambitions et évoque le contexte de sa construction.

L'église de Sainte-Agathe présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Bâtie de 1905 à 1907, l'église de Sainte-Agathe s'inscrit dans le courant de l'architecture éclectique. En vogue au Québec entre 1880 et 1910, l'éclectisme puise librement à différentes sources stylistiques. Il les réinterprète en les libérant de leurs cadres formels originaux. L'architecture éclectique intègre également les nouveaux matériaux et les récentes technologies, qui font leur apparition au tournant du XXe siècle. Ceux-ci permettent des constructions plus monumentales aux proportions nouvelles. Par ailleurs, les architectes de cette époque sont mieux formés que leurs prédécesseurs. Ils s'accaparent une part importante de la construction des édifices institutionnels et religieux. Il en résulte une production riche et très variée d'églises au tournant du XXe siècle. L'église de Sainte-Agathe est caractéristique de l'architecture éclectique notamment par ses grandes dimensions, par ses emprunts à l'architecture romane en ce qui a trait aux ouvertures cintrées et par sa façade très animée obtenue grâce aux jeux de textures et de couleurs de la pierre.

L'église de Sainte-Agathe présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec les architectes montréalais Louis-Zéphirin Gauthier (1842-1922) et Joseph-Égide-Césaire Daoust (1881-1946). Né à Saint-Hyacinthe, Gauthier est le fils d'un artisan du bois qui travaille dans l'atelier de Louis Quévillon (1749-1823). À la mort de son père en 1873, il reprend l'atelier familial et exerce son métier dans sa région d'origine. Il conçoit notamment les plans de la cathédrale de Saint-Hyacinthe et de nombreuses églises paroissiales de ce diocèse. Après 1890, il s'installe à Montréal et s'associe alors avec l'architecte Victor Roy (1837-1902) pour la construction de résidences et de plusieurs églises du diocèse d'Ottawa. À la suite du décès de Roy, Gauthier forme une nouvelle association avec Joseph-Égide-Césaire Daoust avec lequel il travaille jusqu'à sa mort en 1922. Leurs réalisations les plus marquantes sont l'église Saint-Viateur à Outremont et l'École des hautes études commerciales de Montréal. La construction de l'église de Sainte-Agathe leur permet de se hisser en première place auprès d'une clientèle avertie qui influence l'architecture des édifices religieux.

Source : Ville de Sainte-Agathe-des-Monts, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Sainte-Agathe liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation sur un léger promontoire dominant la ville;
- la proximité du presbytère et du charnier de Sainte-Agathe-des-Monts;
- son volume, dont le plan en croix latine, la nef large et longue se terminant par un chevet plat, le transept étroit et peu saillant et le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont la maçonnerie en moellons des longs pans et du chevet, la maçonnerie en pierre à bossage de la façade, la maçonnerie en pierre taillée de l'ornementation et des ouvertures, la couverture en tôle galvanisée posée à la canadienne, ainsi que le bois des ouvertures;
- la façade, dont les trois portails au rez-de-chaussée, les cinq baies de l'étage et l'oculus du pignon et les deux tours-clochers encadrant la façade;
- ses ouvertures, dont les trois entrées à double vantail surmontées d'un tympan cintré et vitré en façade, les baies élancées et cintrées et les oculus;
- les tours carrées symétriques, dont les contreforts d'angle au premier niveau, les fenêtres élancées du deuxième niveau, les oculus et les chambres des cloches couronnées de créneaux;
- l'ornementation, dont les chaînes d'angle, les bandeaux marquant les étages en façade, les créneaux et les contreforts des tours, ainsi que les chambranles animant la maçonnerie de moellons des murs latéraux et arrière;
- la sacristie, dont son implantation dans le prolongement du chevet, le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi et la maçonnerie en moellons.

Haut de la page

Informations historiques

La colonisation de la région de Sainte-Agathe-des-Monts s'amorce en 1849 avec l'arrivée des frères Narcisse et Olivier Ménard ainsi que de Jean-Baptiste Dufresne. Ce n'est toutefois qu'en 1861 que les colons ont un curé résidant. Un presbytère-chapelle est construit; le rez-de-chaussée accueille la chapelle, l'étage sert de presbytère. Cette pratique est fréquente dans les nouvelles paroisses. Vers 1865, une première véritable église voit le jour.

Au tournant du XXe siècle, la municipalité de Sainte-Agathe-des-Monts connaît un essor remarquable grâce à la présence d'un chemin de fer depuis 1892. À cette époque, la paroisse relève du diocèse d'Ottawa. Depuis longtemps, il est question de la création d'un nouveau diocèse pour cette partie des Laurentides. L'élite locale et les autorités religieuses souhaitent obtenir le siège du futur évêché. Ce projet a vraisemblablement influencé la décision de rebâtir l'église jugée trop exiguë.

Les plans de la nouvelle église sont confiés, en juin 1904, aux architectes montréalais Louis-Zéphirin Gauthier (1842-1922) et Joseph-Égide-Césaire Daoust (1881-1946). Né à Saint-Hyacinthe, Gauthier est fils d'un artisan du bois qui travaille dans l'atelier de Louis Quévillon (1749-1823). À la mort de son père en 1873, il reprend l'atelier familial. Il réalise les plans de la cathédrale de Saint-Hyacinthe et de plusieurs églises de ce diocèse. Après 1890, il s'installe à Montréal et s'associe avec l'architecte Victor Roy (1837-1902). Les deux architectes conçoivent des résidences privées et plusieurs églises du diocèse d'Ottawa. Au décès de Roy, Gauthier s'associe à nouveau avec Daoust. Ceux-ci travaillent ensemble jusqu'en 1922. Leurs réalisations les plus marquantes demeurent l'église Saint-Viateur à Outremont et l'École des hautes études commerciales de Montréal.

La construction de l'église de Sainte-Agathe commence en 1905 sous la direction de l'entrepreneur Siméon Monette qui fait la charpenterie et la maçonnerie. La nouvelle église, qui s'inscrit dans le courant de l'architecture éclectique, est érigée sur le site du cimetière, juste à côté de l'ancienne église. L'entrepreneur Jean-Baptiste Reid exécute la menuiserie intérieure. Le décor peint est confié à Toussaint Xénophon Renaud (1860-1946) et la réalisation des bancs aux menuisiers Lafleur et Paré. L'église est bénie en août 1907. Sainte-Agathe-des-Monts n'est pas choisie comme siège de l'évêché lors de la création du nouveau diocèse en 1913. Elle est exclue malgré ses 3000 habitants, son rôle prépondérant à l'échelle régionale et son temple aux allures de cathédrale.

En 1930, deux orgues fabriqués par Casavant Frères sont installés, un premier sur la tribune supérieure à l'arrière de l'église, et l'autre, plus petit, dans le sanctuaire. Les deux instruments seront restaurés en 1980. Les deux tours-clochers montrent des signes d'affaiblissement dans leur partie supérieure. En 1957, l'architecte Jean-Guy Clément est mandaté pour fournir des plans. Une section de 5,47 mètres est enlevée et l'intérieur est refait en acier. De nouvelles cloches sont alors installées; elles proviennent de la maison Paccard, en France. Les cloches sont bénies le 15 août 1958 par Mgr Joseph-Eugène Limoges, évêque de Mont-Laurier.

Des travaux de réfection sont effectués en 1968 pour répondre à la nouvelle liturgie de Vatican II. Les grandes arcades du choeur sont alors fermées. Le maître-autel, les autels latéraux, la chaire avec son abat-voix et la balustrade sont retirés. Du plâtre recouvre le décor peint. Un nouvel autel est placé au centre du choeur. Une tapisserie de Frédéric Back remplace le tableau représentant sainte Agathe, auparavant suspendu au fond du sanctuaire. En 1990, des travaux de dorures sont faits sur les chapiteaux et les moulures. Les stalles sont restaurées de même que les boiseries du choeur et les bancs de la nef.

L'église de Sainte-Agathe est citée en 1993. Elle sert toujours au culte.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • Les Laurentides

Municipalité :

  • Sainte-Agathe-des-Monts

Adresse :

  • 37, rue Principale Est

Localisation informelle :

L'église est située entre les rues de l'Hôtel-de-Ville, Laroque Est et l'avenue Nantel.

Latitude :

  • 46° 2' 45.2"

Longitude :

  • -74° 17' 6.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Terrebonne Paroisse de Sainte-Agathe-des-Monts Absent 11-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • COURSOL, Luc. Un diocèse dans les cantons du Nord. Histoire du diocèse de Mont-Laurier. Mont-Laurier, Évêché de Mont-Laurier, 1988. 482 p.
  • GAUTHIER, Raymonde. Construire une église au Québec. L'architecture religieuse avant 1939. Montréal, Libre Expression, 1994. 245 p.
  • GAUTHIER, Raymonde. « Louis-Zéphirin Gauthier ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • LAURIN, Serge. Sainte-Agathe-des-Monts : un siècle et demi d'histoire. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2002. 336 p.
  • TRÉPANIER, Paul. L'éclectisme dans l'architecture des églises québécoises [En Ligne]. http://www.patrimoine-religieux.qc.ca/architecture/eclectisme1_f.htm

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013