Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Calvaire

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Calvaire Aubin

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Antoine-de-Tilly

Date :

  • vers 1850 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Calvaires, croix de chemin et chemins de croix)

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Carte

Description

Le calvaire est un ensemble religieux représentant la crucifixion du Christ construit vers 1850. Ce calvaire se compose d'un Christ en croix protégé par un édicule ouvert en bois et entouré d'une clôture. Le Christ en bois sculpté polychrome est vêtu d'un « perizonium » blanc et est retenu à la croix par quatre clous. La croix en bois, peinte en brun, se termine à chaque extrémité par un ornement sculpté. Une inscription apparaît sur une pièce de bois sculptée en forme de parchemin (le « titulus ») posée au-dessus de la tête du Christ. L'édicule en bois de plan octogonal, peint en blanc, est coiffé d'un toit à pans coupés surmonté d'une croix et d'un coq. Le calvaire se situe en milieu rural, en bordure de la route 132, à l'extrémité est de la municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Antoine-de-Tilly) 1993-12-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le calvaire présente un intérêt patrimonial pour sa valeur ethnologique. Le calvaire est une croix de chemin sur laquelle le corps du crucifié se trouve attaché. Il témoigne du courant de dévotion envers les images du Christ souffrant ou mort. L'intérêt grandissant des fidèles pour les expressions dramatiques de la Passion, de la crucifixion, de l'« Ecce homo » et de la « Pietà » suscite l'érection de nombreux calvaires extérieurs. Ceux-ci se substituent aux croix de chemin à partir des années 1850. Le calvaire de Saint-Antoine-de-Tilly est représentatif de ces structures, notamment par la position du Christ (tête penchée sur l'épaule droite, yeux fermés, pieds cloués côte à côte) et par la composition de la croix (extrémités ornées du croisillon, « titulus » portant l'inscription « Jésus de Nazareth, roi des Juifs »). Le toit de l'édicule est surmonté d'un coq, symbole du reniement de saint Pierre. À l'instar des autres calvaires, celui de Saint-Antoine-de-Tilly est un site privilégié pour la prière et le recueillement, en plus d'être utilisé pour certaines fêtes religieuses.

Le calvaire présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. L'oeuvre est un « ex-voto » érigé en action de grâce à la suite d'un naufrage survenu sur le fleuve Saint-Laurent au large de Saint-Nicolas, en 1847. Quelques années plus tard, l'un des rescapés du naufrage procède à l'érection du calvaire. Il choisit un site bien visible et achalandé, le long de l'actuelle route 132, à la jonction d'un chemin conduisant au quai Aubin d'alors. L'emplacement choisi se situe à la limite de Saint-Antoine-de-Tilly et de Saint-Nicolas (aujourd'hui Lévis).

Source : Municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du calvaire liés à ses valeurs ethnologique et historique comprennent, notamment :
- sa situation à l'extrémité est de la municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly, à la limite du secteur Saint-Nicolas de la ville de Lévis, en bordure de la route 132, près d'un chemin menant jadis à un quai;
- sa localisation sur un site achalandé;
- le Christ en croix, plus grand que nature, en bois sculpté et polychrome;
- la position du corps, soit la tête penchée sur l'épaule droite, les yeux fermés, les pieds cloués côte à côte sur le « suppedanum » (support sous les pieds du Christ);
- les clous sculptés à même les membres;
- le traitement du « perizonium » (bande de tissu ajustée à la taille et nouée du côté droit);
- le « titulus » portant l'inscription « Jésus de Nazareth, roi des Juifs », posé sur la partie supérieure de la croix;
- les éléments décoratifs aux trois extrémités de la croix;
- les caractéristiques de l'édicule, dont la toiture galbée de plan octogonal revêtue de tôle à la canadienne, l'épi surplombant la toiture se terminant par une croix en métal surmontée d'une girouette de cuivre en forme de coq et les consoles en bordure de la corniche ceinturant la partie supérieure de l'édicule.

Haut de la page

Informations historiques

Le calvaire est un « ex-voto » érigé vers 1850 à la suite d'un naufrage survenu en 1847. La famille Aubin autorise l'un des rescapés à ériger le calvaire sur leur terre, à l'extrémité est de Saint-Antoine-de-Tilly, à la limite de Saint-Nicolas (aujourd'hui Lévis). L'emplacement choisi borde la route 132 et se situe en face d'un chemin qui donne accès à un quai, alors aménagé à la pointe Aubin, en bordure du fleuve Saint-Laurent. En choisissant ce site, il y a le désir d'attirer la protection de Dieu sur un chemin emprunté à la fois par les maraîchers, les voyageurs et les navigateurs.

Le calvaire se compose d'un Christ en croix protégé par un édicule de plan octogonal. Il témoigne du courant de dévotion envers les images du Christ souffrant ou mort. L'intérêt grandissant des fidèles pour les expressions dramatiques de la Passion, de la crucifixion, de l' « Ecce homo » et de la « Pietà » suscite l'érection de nombreux calvaires extérieurs. Ceux-ci se substituent aux croix de chemin à partir des années 1850.

En 1972, le conseil de fabrique cède le calvaire à la famille Aubin. La même année, il est déplacé à la suite de la réfection de la route 132. Il est installé sur une nouvelle base. Depuis ce temps, le calvaire est entretenu et réparé par la famille Aubin.

Le calvaire est cité en 1993. Il redevient propriété de la fabrique l'année suivante. Le calvaire est restauré en 2002 à l'occasion du tricentenaire de la municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Lotbinière

Municipalité :

  • Saint-Antoine-de-Tilly

Adresse :

  • route Marie-Victorin

Localisation informelle :

Face au 2616, route Marie-Victorin.

Latitude :

  • 46° 40' 57.7"

Longitude :

  • -71° 29' 49.5"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Lotbinière Paroisse de Saint-Antoine Absent 2

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Solange et Lise DROLET-MICHAUD. Et du fleuve jusqu'à la fin des terres, 1702-2002, Saint-Antoine-de-Tilly. Cap Saint-Ignace, Éditions Cap Saint-Ignace, 2002. 600 p.
  • DÉSY, Léopold et John R. PORTER. Calvaires et croix de chemins du Québec. Collection Ethnologie québécoise. Montréal, Hurtubise HMH, 1973. 145 p.
  • MILOT, Jocelyne et Jean SIMARD. Les croix de chemin du Québec : inventaire sélectif et trésor. Collection Patrimoines. Dossier, 10. Québec, Les publications du Québec, 1994. 510 p.
  • SIMARD, Jean. Les arts sacrés au Québec. Boucherville, Éditions de Mortagne, 1989. 319 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013