Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien presbytère de Sainte-Flavie

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Vieux presbytère

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Sainte-Flavie

Date :

  • 1853 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'ancien presbytère de Sainte-Flavie est une résidence à caractère religieux érigée en 1853. S'inscrivant dans le courant de la maison québécoise d'inspiration néoclassique, l'édifice en bois de plan rectangulaire, à deux étages et demi, est surmonté d'une toiture à deux versants à larmiers retroussés. Des galeries superposées ceinturent le bâtiment sur trois côtés. Un grand escalier central permet d'accéder directement au deuxième étage. L'ancien presbytère se situe face au fleuve Saint-Laurent, sur un terrain à faible pente, en retrait par rapport à la rue principale de la municipalité de Sainte-Flavie.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment. L'ancien presbytère de Sainte-Flavie est également compris dans un site patrimonial cité.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Sainte-Flavie) 1993-08-02
 
Citation Situé dans un site patrimonial Municipalité (Sainte-Flavie) 2008-03-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien presbytère de Sainte-Flavie présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La paroisse de Sainte-Flavie est érigée canoniquement en 1829 et civilement en 1835. Elle est l'une des premières paroisses catholiques créées à l'est de Rimouski. Une première église en bois est érigée en 1850, puis vendue et déménagée à Mont-Joli. En 1884, une nouvelle église en pierre la remplace. Un incendie détruit cette dernière. Le presbytère, quant à lui, est construit en 1853. Il a hébergé 17 curés et vicaires au cours de ses 150 ans d'histoire. L'ancien presbytère de Sainte-Flavie est le plus vieux bâtiment institutionnel qui subsiste dans la municipalité. Il est également l'un des plus anciens de la région du Bas-Saint-Laurent.

L'ancien presbytère de Sainte-Flavie présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il est un exemple représentatif de maison québécoise d'inspiration néoclassique. Ce type d'habitation fait la synthèse de l'architecture résidentielle du XVIIIe siècle, de l'apport britannique et d'une nouvelle manière de se loger. Il domine le paysage bâti des campagnes et des villages au XIXe siècle. L'ancien presbytère de Sainte-Flavie illustre ce type par son solage légèrement exhaussé, son toit à deux versants retroussés, l'ordonnance régulière de ses ouvertures ainsi que sa galerie couverte. Plusieurs éléments traduisent toutefois une recherche de monumentalité et témoignent du caractère prestigieux du bâtiment. Ainsi, les galeries superposées sur deux niveaux ceinturant le presbytère sur trois côtés offrent des points de vue exceptionnels sur le paysage marin. C'est une caractéristique souvent associée à l'architecture de villégiature. Le grand escalier central permet d'accéder directement au deuxième étage, laissant libre le rez-de-chaussée pour les fonctions de services.

Source : Municipalité de Sainte-Flavie, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien presbytère de Sainte-Flavie liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un vaste terrain gazonné à pente légère avec sa façade orientée vers le fleuve Saint-Laurent;
- sa localisation dans le noyau paroissial et dans un site patrimonial cité;
-son volume, dont le plan rectangulaire, le solage dégagé, l'élévation de deux étages et demi, le toit à deux versants à larmiers retroussés, les galeries superposées ceinturant le bâtiment sur trois côtés et l'escalier central menant au deuxième étage;
- les matériaux, dont le solage en pierre, le parement en bardeau de bois, la couverture en bardeau de cèdre et les éléments architecturaux (ornements, ouvertures) en bois;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique, le portail encadré de baies latérales, les fenêtres à battants à grands carreaux (une à quatre baies) et les lucarnes à pignon (deux à quatre baies);
- l'ornementation, dont les balustrades à poteaux tournés, les frises des lucarnes, les aisseliers, les chambranles de facture sobre;
- les souches de cheminée disposées aux extrémités du toit.

Haut de la page

Informations historiques

La municipalité de Sainte-Flavie, surnommée « Porte de la Gaspésie », se situe à 32 kilomètres à l'est de Rimouski, en bordure du fleuve Saint-Laurent. Les sieurs Louis Lepage et Gabriel Thibierge, auxquels le territoire est concédé en 1696, manifestent peu d'intérêt pour l'exploitation de leur seigneurie. Celle-ci est vendue en 1790 à Joseph Drapeau (1752-1810), marchand prospère de Québec et entrepreneur dans la construction navale. C'est sous son impulsion que s'amorce sa mise en valeur.

Les habitants réclament l'érection d'une paroisse, car les distances à parcourir pour atteindre Sainte-Luce sont importantes. La paroisse est érigée canoniquement en 1829, et civilement en 1835. Elle est désignée sous l'appellation de Sainte-Flavie en l'honneur de Flavie Drapeau, fille de Joseph Drapeau, et à la mémoire de Flavia Domitilla, une martyre romaine du premier siècle. Les paroissiens doivent toutefois attendre en 1850 avant de voir l'érection d'une première église en bois à Sainte-Flavie. La famille Drapeau donne le terrain à la fabrique.

L'ancien presbytère de Sainte-Flavie est construit en 1853, selon la volonté du premier curé résident, l'abbé Moïse Duguay. Ce dernier laisse de nombreux écrits relatant les faits et gestes de ses ouailles, et les problèmes liés au prélèvement de la dîme. Le presbytère est une maison québécoise d'inspiration néoclassique qui reflète le prestige du curé et de l'Église.

La première église de 1850 est vendue et déménagée à Mont-Joli. Une deuxième, en pierre, est inaugurée en 1884, mais un incendie la détruit en 1948.

L'ancien presbytère de Sainte-Flavie constitue maintenant le plus vieux bâtiment institutionnel de la municipalité. Il est aussi l'un des plus anciens de la région du Bas-Saint-Laurent. Pendant près de 150 ans, l'Église joue un rôle déterminant au sein de la communauté. Au cours de cette période, le presbytère héberge 17 curés et vicaires.

Sauvegardée « in extremis », la grange à dîme est déplacée derrière l'ancien presbytère. Elle rappelle que les paroissiens devaient subvenir aux besoins du curé et acquitter une dîme en céréales ou en denrées.

Acquis par la municipalité en 1992, l'ancien presbytère de Sainte-Flavie est transformé en centre culturel. Une bibliothèque ainsi qu'une galerie d'art y sont aménagées. Le bâtiment est cité en 1993. Il fait maintenant partie d'un parcours culturel et historique. L'ancien presbytère de Sainte-Flavie est compris dans le site patrimonial Flavie-Drapeau depuis 2008.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • La Mitis

Municipalité :

  • Sainte-Flavie

Adresse :

  • 505, route de la Mer

Latitude :

  • 48° 36' 39.3"

Longitude :

  • -68° 13' 45.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Rimouski Paroisse de Sainte-Flavie Absent 71
71-31

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BOIVIN, Julie. « La grange à dîme de Sainte-Flavie : vestige d'une paroisse agricole ». Histoire du Québec. Vol. 7, no 2 (2001), s.p.
  • TREMBLAY, Ghislain. 150e anniversaire de Sainte-Flavie. Sainte-Flavie (Québec), Comité de l'album souvenir, 1979. 683 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013