Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

École Milby

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • École de rang Little Hyatt

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Waterville

Date :

  • 1825 – (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Écoles de rang)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Carte

Description

L'école Milby est un établissement scolaire construit en 1825. Le bâtiment en bois, de plan rectangulaire à un étage, est coiffé d'un toit à deux versants droits. Un porche est aménagé sur l'une des façades et une annexe est accolée latéralement. L'école Milby est située légèrement en retrait de la route, sur un terrain dégagé, dans la municipalité de Waterville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Waterville) 1992-12-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'école Milby présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin ancien de l'existence des écoles de rang. Ces petits établissements scolaires possèdent souvent une seule pièce. Les écoles sont construites tous les deux ou trois kilomètres et sont destinées à l'instruction des enfants des environs. Dans les premières années de la colonisation du hameau de Milby, les cours sont donnés dans des résidences privées. À partir de 1820, le nombre d'élèves est suffisant et un instituteur est engagé, puis un autre prend la relève de 1822 à 1825. En 1825, des habitants de la région envoient une pétition au lieutenant-gouverneur. Ceux-ci réclament la construction d'une école. Grâce à la contribution de la Royal Institution for the Advancement of Learning, elle est implantée la même année. En 1829, le gouvernement du Bas-Canada promulgue la Loi des écoles de syndics. Cette loi permet d'élire des commissaires chargés de l'administration des écoles et d'accorder des subventions pour payer le salaire des maîtres. L'établissement de Milby profite de cette mesure. L'école élémentaire accueille des élèves jusqu'à la fin des années 1940. Ensuite, un système d'éducation centralisé est instauré, et le transport des jeunes est facilité. Il s'agit d'une des rares écoles rurales construites avant 1829 subsistant sur le territoire québécois.

L'école Milby présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin important du peuplement du sud des Cantons-de-l'Est. Comme de nombreux villages de la région, le hameau de Milby est fondé par des personnes originaires de la Nouvelle-Angleterre. Les frères Cornelius et Abraham Hyatt arrivent en 1793 et 1795, puis des familles en provenance du Vermont s'y installent au tournant du XIXe siècle. La majorité des colons en provenance du nord-est des États-Unis sont de tradition protestante. Ils accordent une grande importance à l'alphabétisation des enfants dans le but de lire la Bible. Cette école constitue probablement l'un des plus anciens vestiges du hameau de Milby.

L'école Milby présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle témoigne de l'influence de l'architecture domestique vernaculaire de la Nouvelle-Angleterre au début du XIXe siècle. L'architecture vernaculaire est celle propre à une région, réalisée avec les ressources locales et perpétuant les modes de construction traditionnels. Celle du début du XIXe siècle, dans le nord-est des États-Unis, est influencée par le courant néoclassique. Toutefois, les constructions modestes réduisent ce style en gardant essentiellement le plan rectangulaire et la symétrie de la composition. L'école Milby, datant de 1825, s'inscrit dans ce courant vernaculaire avec son plan rectangulaire, son toit à deux versants droits et la disposition symétrique des fenêtres à guillotine. La simplicité des lignes et le dépouillement d'ornementation caractérisent également cette architecture. Le bâtiment possède pour seuls ornements des chambranles, une corniche et des planches cornières. De plus, il est recouvert de planches à clins, un parement largement utilisé au début du XIXe siècle en Nouvelle-Angleterre. L'architecture modeste de l'école Milby témoigne du milieu rural dans lequel elle est implantée.

Source : Ville de Waterville, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'école Milby liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage ainsi que le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont le parement de planches à clins ainsi que la couverture en bardeaux de bois;
- les ouvertures, dont l'ordonnance et la disposition symétrique des fenêtres rectangulaires à guillotine et à petits carreaux, les petites baies rectangulaires, les portes à panneaux ainsi que les chambranles;
- le porche, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits et le portail à arc en mitre;
- l'ornementation simple, dont les planches cornières et la corniche;
- la souche de cheminée en brique;
- l'annexe latérale, dont le plan rectangulaire ainsi que le toit à deux versants droits;
- la localisation en milieu rural sur une légère dénivellation d'un terrain dégagé, à proximité d'une route régionale importante.

Haut de la page

Informations historiques

L'école Milby est construite dans le lieu-dit de Milby. Ce hameau est colonisé par un groupe de personnes venues de Nouvelle-Angleterre à la fin du XVIIIe siècle. En 1793 et 1795, les frères Cornélius et Abraham Hyatt s'y installent. Ils sont suivis d'Austin Moe et de familles originaires du Vermont. L'emplacement est connu successivement sous les noms de Hyatt's Mills, Edgell's Mills, Wilson's Mills et Milby. L'alphabétisation des enfants est très importante pour la population locale de tradition protestante. Des instituteurs sont engagés à partir de 1820. En 1825, les habitants du hameau envoient une pétition au lieutenant-gouverneur pour exiger la construction d'une école. Elle est implantée la même année grâce à une contribution de la Royal Institution for the Advancement of Learning. L'école Milby est vraisemblablement construite par corvées populaires, et selon l'influence de l'architecture domestique vernaculaire de la Nouvelle-Angleterre.

En 1829, le gouvernement du Bas-Canada promulgue la Loi des écoles de syndics. Cette loi permet d'élire des commissaires chargés de l'administration des écoles et d'accorder des subventions pour payer le salaire des maîtres; une mesure dont profite l'établissement de Milby. L'école élémentaire est fréquentée par les enfants du village jusque vers 1946. Ensuite, un système scolaire centralisé est instauré dans la province et le transport des écoliers se fait plus facilement grâce aux autobus. La section locale du Women's Institute occupe les locaux à partir des années 1950 et jusqu'en 1988, puis la Société d'histoire de Lennoxville-Ascot en devient propriétaire.

L'école Milby est citée en 1992. Le bâtiment est déménagé en 1996 sur de nouvelles fondations une centaine de mètres plus loin. D'importants travaux de restauration sont alors effectués. En 2002, le bâtiment est à nouveau ouvert à des fins communautaires.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Coaticook

Municipalité :

  • Waterville

Adresse :

  • 2120, chemin McVety

Lieux-dits :

  • Milby

Latitude :

  • 45° 18' 47.3"

Longitude :

  • -71° 49' 33.3"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 129 451

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAPERRIÈRE, Hélène, dir. Promenades estriennes. Montréal, Éditions de l'Homme, 2005. 381 p.
  • Lennoxville-Ascot Historical and Museum Society. An Historical tour of Milby / Une visite historique de Milby. Lennoxville, Lennoxville-Ascot Historical and Museum Society, 1990. s.p.
  • MARTIN, Laura. « Un joyau ancestral inauguré ». La Tribune, 25 juin 2002, s.p.
  • s.a. « L'école Hyatt déménage sur un terrain plus sûr ». La Tribune, 23 septembre 1996, p. B5.
  • s.a. « Local Loyalists Battling Time to Save Historic Milby Schoolhouse ». The Stanstead Journal, 20 juillet 2004, p. 6.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013