Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Théâtre Séville

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1928 (Construction)
  • 2010 – (Démolition)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Théâtres)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Images

Carte

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Montréal) 1990-11-26
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le théâtre Séville présente un intérête patrimonial pour sa valeur architecturale. Il est représentatif des « palaces de quartier » construits entre 1915 et 1930 en périphérie du centre-ville de Montréal. Leurs façades ont généralement une apparence unique et instantanément reconnaissable, grâce à l'excentricité et à la monumentalité qui s'en dégagent. Plus particulièrement, les façades des cinémas érigés entre 1925 et 1930 présentent une composition équilibrée qui regroupe, dans un agencement fantaisiste, des éléments classiques. À ce titre, l'architecture imposante de la façade du théâtre Séville est caractéristique des « palaces de quartier » construits à cette époque par sa composition rigoureuse et symétrique divisée en trois travées. En effet, toute la partie supérieure de la façade, qui correspond aux deux tiers de sa hauteur, est agrémentée d'éléments décoratifs d'inspiration classique en pierre artificielle beige qui contrastent avec le revêtement en brique brune. De plus, elle est couronnée d'une corniche moulurée en tôle. Ces éléments agencés de façon fantaisiste, selon des proportions inhabituelles, créent une façade monumentale qui se démarque, par son gabarit et son traitement architectural, des édifices commerciaux et résidentiels voisins. Conçue afin de créer l'image d'un lieu magique et luxueux, la façade du théâtre Séville a conservé son architecture originale et distinctive.

Le théâtre Séville présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur la notoriété de son architecte. Né à Montréal, Joseph-Cajetan Dufort (1868-1936) étudie l'architecture au Massachusetts Institute of Technology à Boston de 1889 à 1893 et ouvre son propre bureau en 1895. Il est reconnu notamment pour la réalisation de l'hôtel de ville de Sainte-Cunégonde (1904), de celui de Maisonneuve (1910-1911) ainsi que de plusieurs édifices commerciaux, immeubles de rapport et résidences privées. En plus du Séville, Dufort conçoit en 1912 un autre théâtre cinématographique à Montréal, le théâtre Corona, en association avec l'architecte Louis-Joseph-Théophile Décary (1882-1952). Aussi, le théâtre Séville constitue une oeuvre importante et assez unique dans la production de cet architecte.

Source : Ville de Montréal, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du théâtre Séville liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume simple, dont le plan rectangulaire;
- ses matériaux en façade, dont le parement de brique brune et les ornements en pierre artificielle beige;
- sa composition en façade, dont la symétrie rigoureuse marquée par la division en trois travées et les deux niveaux, la partie supérieure correspondant aux deux tiers de sa hauteur;
- son décor architectural, dont les pilastres aux chapiteaux stylisés, la corniche moulurée en tôle ornant l'imposant parapet en brique dans le couronnement de la façade et les ouvertures, parmi lesquelles les arcs surbaissés, les fenêtres jumelées des travées latérales et la triple baie centrale surmontant l'entrée principale du cinéma.

Haut de la page

Informations historiques

Le théâtre Séville est érigé en 1928 sur le site de l'ancienne église méthodiste Douglas, selon les plans de l'architecte Joseph-Cajetan Dufort (1868-1936). Après avoir étudié l'architecture au Massachusetts Institute of Technology à Boston de 1889 à 1893, Dufort ouvre son propre bureau en 1895. Parmi ses réalisations les plus importantes à Montréal figurent l'hôtel de ville de Sainte-Cunégonde (1904), exécuté en collaboration avec Alphonse Piché, celui de Maisonneuve (1910-1911) et le marché Maisonneuve (1914). En 1912, il conçoit le théâtre Corona en association avec l'architecte Louis-Joseph-Théophile Décary (1882-1952). À Montréal, Dufort érige également plusieurs édifices commerciaux, des immeubles de rapport et des résidences privées.

À l'origine, le théâtre Séville possède, avec les cinémas Monkland et Granada, l'une des trois salles de style « atmosphérique » de Montréal. Ce type de décor popularisé aux États-Unis dans les années 1920 représente l'architecture et les paysages d'un lieu exotique à ciel ouvert. Démantelé en 1950, le décor fantaisiste du théâtre Séville évoquait, à l'aide de peintures murales en trompe l'oeil, une architecture d'inspiration espagnole et comprenait un plafond peint représentant un ciel étoilé. Ce décor est conçu par le prolifique décorateur Emmanuel Briffa (1875-1955). Né à Malte, il s'établit à Montréal en 1924, où il crée le décor intérieur d'un grand nombre de cinémas, dont le cinéma Rialto (1923), le théâtre Empress (1927), le théâtre Outremont (1928), le cinéma Le Château (1931) et le York, aujourd'hui démoli, ainsi que de plusieurs autres cinémas au Canada et aux États-Unis.

Le théâtre Séville est érigé pour Benjamin Isaacs dont la famille en est demeurée propriétaire jusqu'en 1973. Le cinéma est exploité par la chaîne de distribution cinématographique United Amusement Corporation Limited, qui devient la société Famous Players à la fin des années 1930. Cette chaîne exploite plusieurs autres cinémas, dont le Regent, le Papineau, le Rialto, le Rivoli et le York, au centre-ville et dans les nouveaux quartiers de Montréal.

À ses débuts, le théâtre Séville offre à la fois des représentations théâtrales et des projections cinématographiques. À la fin des années 1940, il accueille des spectacles de musique populaire, pour ensuite ne projeter que des films. En 1950, la salle est remodelée par le décorateur d'origine belge Oscar Glas. Un incendie survenu en 1968 cause d'importants dommages à l'édifice. En 1973, la chaîne de distribution Famous Players se départit du théâtre Séville qui devient alors un cinéma de répertoire jusqu'à ce qu'il ferme ses portes en 1985. La marquise érigée en 1950 est jugée dangereuse pour les piétons et est démolie en 1990.

Le théâtre Séville est cité en 1990. Il est détruit en 2010.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 2153, rue Sainte-Catherine Ouest
  • 2159, rue Sainte-Catherine Ouest

Latitude :

  • 45° 29' 27.0"

Longitude :

  • -73° 34' 57.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Cité de Montréal (quartier Saint-Antoine) Absent 1654-69-14

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Communauté urbaine de Montréal. Architecture commerciale III : les magasins, les cinémas. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal, 9. Montréal, Communauté urbaine de Montréal, Service de la planification du territoire, 1985. 413 p.
  • LANKEN, Dane. Montreal Movie Palaces, Great Theatres of the Golden Era 1884-1938. Waterloo (Ontario), Archives of Canadian Art and Penumbra Press, 1993. 190 p.
  • MARTINEAU, Jocelyne. Cinémas et patrimoine à l'affiche. Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1988. 50 p.
  • MARTINEAU, Jocelyne. Les salles de cinéma construites avant 1940 sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal. Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1988. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013