Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Grange de la Ferme-du-Plateau-de-Coaticook

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ferme-du-Plateau-de-Coaticook

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Coaticook

Date :

  • 1912 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine agricole

Usage :

  • Production et extraction de richesses naturelles (Granges, granges-étables et étables)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Carte

Description

La grange de la Ferme-du-Plateau est un édifice agricole érigé en 1912. Le bâtiment couvert en bardeau de cèdre, de plan rectangulaire et allongé, à deux niveaux, est coiffé d'un toit brisé dit « en dos d'âne ». Sept lanterneaux de ventilation surmontent le faîte du toit. Trois annexes de plan rectangulaire ont été ajoutées à l'arrière et sur un côté du bâtiment. La grange de la Ferme-du-Plateau est située en retrait d'une route rurale, dans un secteur agricole, sur un plateau dominant la ville de Coaticook.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Coaticook) 1999-04-26
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La grange de la Ferme-du-Plateau présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite en 1912, la grange rappelle d'abord un type d'architecture agricole d'inspiration étasunienne. Le développement de ce type est lié à l'accroissement des exploitations agricoles de cette époque. Les granges-étables de la Nouvelle-Angleterre du tournant du XXe siècle sont habituellement des édifices rectangulaires à deux niveaux de grandes dimensions. Elles sont aménagées sur une dénivellation de terrain, permettant un accès direct à l'étable d'un côté et au fenil de l'autre. Le bâtiment est d'habitude coiffé d'un toit brisé dit « en dos d'âne », dégageant ainsi plus d'espace au niveau supérieur. Des lanterneaux sont construits sur le faîte du toit, permettant une meilleure ventilation du bâtiment. Le parement en bardeau de cèdre est couramment peint en rouge et en blanc. La taille des fenêtres est réduite au minimum, afin de diminuer les pertes de chaleur en hiver. L'emploi des portes à glissière plutôt qu'à deux vantaux est aussi généralisé. La grange de la Ferme-du-Plateau est un bel exemple de l'influence de ce type architectural étasunien, entre autres, par ses deux niveaux accessibles directement, son toit dit « en dos d'âne » surmonté de sept lanterneaux de ventilation, son parement en bardeau de bois peint en rouge et ses cinq portes à glissière. La grange de Coaticook se distingue toutefois par sa couverture en tôle en plaque à motif de feuille d'érable embossé, de même que par sa longueur exceptionnelle. Par ailleurs, la grange possède une structure d'acier, ce qui est extrêmement rare pour un bâtiment agricole du début du XXe siècle.

La grange de la Ferme-du-Plateau présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec les éleveurs qui en ont été propriétaires. La grange est bâtie en 1912 pour Eugene Orson Baldwin. Employé du gouvernement fédéral, Baldwin est alors propriétaire d'un troupeau de vaches laitières, l'un des plus grands du Canada à cette époque. En 1940, l'ingénieur forestier Lauréat Lavoie fait l'acquisition de la propriété pour s'y établir avec sa famille. Son fils Bernard prend en charge l'exploitation de la ferme en 1962. Celle-ci acquiert une réputation d'envergure internationale : des animaux sont vendus en Russie, en Espagne et à Cuba. La grange conserve ses fonctions d'origine et sert maintenant d'école pratique pour des élèves en agriculture.

Source : Ville de Coaticook, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la grange de la Ferme-du-Plateau liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation en retrait d'une route rurale, sur un terrain en pente planté d'arbres, dans un secteur agricole de la ville de Coaticook;
- son volume, dont le plan rectangulaire et allongé, l'élévation de deux niveaux, le toit brisé dit « en dos d'âne », les sept lanterneaux de ventilation, le solage dégagé;
- les matériaux, dont la structure d'acier, le parement en bardeau de bois, la couverture en tôle en plaque à motifs de feuille d'érable embossés, le béton des fondations, les éléments de bois (portes, fenêtres, lanterneaux);
- les ouvertures, dont les cinq portes à glissière, les lucarnes à croupe, les fenêtres à petits carreaux, les oculus;
- l'ornementation, dont sa sobriété, les chambranles, les planches cornières, le motif de roue des oculus, les retours d'avant-toit sur les murs pignons;
- les annexes, dont leur implantation perpendiculaire à la grange, leur plan rectangulaire, leur élévation d'un étage, leur toit à deux versants droits;
- les rampes d'accès, aussi appelées « Garnaud », menant aux portes du fenil.

Haut de la page

Informations historiques

La grange de la Ferme-du-Plateau est bâtie en 1912 pour l'éleveur Eugene Orson Baldwin, qui possède l'un des plus gros troupeaux de vaches laitières Jersey au Canada. Le bâtiment s'apparente à un type de grange étasunien largement répandu au tournant du XXe siècle. Les édifices agricoles étasuniens de l'époque sont généralement de plan rectangulaire, à deux niveaux. Souvent construite sur une dénivellation de terrain, l'étable est accessible directement d'un côté. De l'autre côté du bâtiment, des rampes mènent aux portes du fenil, au second niveau. Les granges sont généralement coiffées d'un toit en dos d'âne, ce qui dégage plus d'espace au niveau supérieur, et le toit est surmonté de lanterneaux de ventilation. Le revêtement en bardeau de cèdre, réputé imputrescible, est couramment peint en rouge et en blanc. Les portes à deux vantaux sont remplacées par des portes à glissière, et la taille des fenêtres est réduite au minimum.

La grange de Coaticook possède toutefois des particularités. Elle est d'abord construite avec une charpente d'acier, fait extrêmement rare pour un bâtiment agricole à l'époque. Cette technique constructive est alors plutôt utilisée pour les constructions industrielles et commerciales. La grange est également plus étirée que les autres granges-étables de l'époque. Le bâtiment, qui mesure initialement 85 mètres de façade, serait la plus longue grange à l'époque. Elle est allongée de 18 mètres vers 1916. Par ailleurs, l'utilisation de tôle en plaque à motifs de feuille d'érable embossés pour la couverture est inusitée.

En 1919, l'exploitation agricole de Baldwin fait faillite. La grange est vendue l'année suivante. Plusieurs propriétaires se succèdent.

En 1940, Lauréat Lavoie, un ingénieur forestier, fait l'acquisition de la grange de Coaticook. En 1962, son fils Bernard prend en charge l'exploitation agricole. Durant les années 1960, la ferme Lavoie devient un élevage de très bonne réputation et ses animaux sont vendus en Russie, à Cuba et en Espagne.

En 1989, la grange est achetée par la Ville de Coaticook. On lui donne alors le nom de Ferme-du-Plateau, car le lieu surplombe la ville et ses environs. En 1992, elle est vendue au Centre d'initiatives en agriculture de la région de Coaticook (CIARC). Une ferme-école, le Centre régional d'initiatives et de formation en agriculture (CRIFA), y ouvre ses portes en 1994.

La grange de la Ferme-du-Plateau est citée en 1999.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Coaticook

Municipalité :

  • Coaticook

Adresse :

  • 129, rue Morgan

Latitude :

  • 45° 8' 20.2"

Longitude :

  • -71° 49' 9.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Coaticook Village de Coaticook Absent 245-1-6
245-3-Partie
451-3
734-10-Partie
734-11
734-12-Partie
734-5-Partie

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BAILLIE, Ray et Diana BAILLIE. Imprints II: Discovering the Historic Face of English Quebec. Montréal, Price-Patterson, 2003. s.p.
  • DANDENAULT, Roch. Histoire de Coaticook (1818-1976). Sherbrooke, Éd. Sherbrooke, 1976. 726 p.
  • LAPERRIÈRE, Hélène, dir. Promenades estriennes. Montréal, Éditions de l'Homme, 2005. 381 p.
  • PAULETTE, Robert E. The Eastern Townships / Les Cantons de l'Est. Sherbrooke, REProductions, 2006. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013