Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Petit

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Carte

Description

La maison Petit est une résidence québécoise d'inspiration néoclassique construite dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cette demeure en bois, à un étage et demi et à plan rectangulaire, est coiffée d'une toiture à deux versants dont les extrémités sont légèrement retroussées. La désignation inclut les anciennes dépendances construites sur le terrain ainsi que l'aménagement paysager. La maison Petit est située sur un terrain boisé, dans l'arrondissement municipal de Chicoutimi de la ville de Saguenay.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saguenay) 1992-01-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Petit présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec la famille Petit. La demeure est construite pour cette famille au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle est plus particulièrement associée à deux membres de cette famille : Jean-Baptiste (1845-1916) et Honoré (1847-1922). Jean-Baptiste Petit et David Tessier fondent la maison de commerce « Tessier et Petit » en 1866. En 1873, ils installent leur commerce dans le secteur commercial du village de Chicoutimi, non loin du quartier du Bassin. À partir de ce moment, la maison de commerce « Tessier et Petit » connaît un essor fulgurant. En 1880, Jean-Baptiste Petit est nommé vérificateur des balances pour le gouvernement de la province de Québec. Quant à son frère, Honoré Petit, il est député conservateur et libéral des circonscriptions de Chicoutimi-Saguenay et de Chicoutimi à l'Assemblée législative de la province de Québec entre 1892 et 1919. Il demeure aussi pendant 26 ans à l'emploi de la famille Price, dont le marchand William Price (1789-1867) érige plusieurs scieries à l'embouchure des principaux affluents de la rivière Saguenay. Ainsi, la construction de la maison Petit est redevable à une famille qui s'est illustrée dans l'histoire et le développement de Chicoutimi.

La maison Petit présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La demeure est d'abord représentative par rapport à la maison québécoise d'inspiration néoclassique qui domine le paysage bâti québécois dans la seconde moitié du XIXe siècle. La maison québécoise d'inspiration néoclassique fait la synthèse de l'habitation d'inspiration française héritée du XVIIIe siècle, d'apports formels d'origine britannique et d'une nouvelle manière d'habiter qui se développe au début du XIXe siècle. La maison Petit est caractéristique de cette architecture notamment par son corps de logis légèrement dégagé du sol et sa toiture à deux versants aux extrémités recourbées. L'influence du néoclassicisme est perceptible également dans la disposition symétrique des ouvertures et la présence de la lucarne centrale surdimensionnée qui marque l'axe dominant de la composition. Par ailleurs, la galerie couverte qui ceinture la maison constitue une influence du courant pittoresque. Celui-ci, en ouvrant la maison sur la nature, marque l'architecture de la fin du XIXe siècle. Il est répandu que des maisons traditionnelles québécoises subissent cette influence. Ainsi, la maison Petit est un exemple représentatif de la maison québécoise d'inspiration néoclassique, en milieu rural.

Source : Ville de Saguenay, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Petit liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la route, sur une grande propriété en marge du noyau villageois, dans l'arrondissement municipal de Chicoutimi de la ville de Saguenay;
- sa position sur un terrain dégagé et boisé, en bas d'un cap;
- la présence, derrière la maison, d'anciennes dépendances agricoles;
- son volume, dont le corps de logis légèrement surhaussé, le plan rectangulaire à un étage et demi, le toit à deux versants recourbés et la galerie couverte ceinturant la maison;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique, les fenêtres à grands carreaux, les lucarnes à pignon, la lucarne centrale surdimensionnée et l'oculus pratiqué sur l'un des murs-pignons;
- le volume annexe prolongeant le corps de logis principal vers l'arrière.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Petit est construite au cours de la seconde moitié du XIXe siècle pour la famille Petit.

En 1866, Jean-Baptiste Petit (1845-1916) et David Tessier s'associent pour fonder une maison de commerce sous la raison sociale de « Tessier et Petit ». Le commerce est aménagé au rez-de-chaussée de la propriété de David Tessier. En 1873, les deux hommes entreprennent de déménager leur négoce dans le secteur commercial du village de Chicoutimi, non loin du quartier du Bassin, à l'intérieur du quadrilatère formé par les rues Tessier, Morin, Jacques-Cartier et Racine. À partir de ce moment, leur commerce connaît un essor fulgurant. En 1880, fort de son dur labeur et de son allégeance politique conservatrice, Jean-Baptiste Petit se voit confier la tâche, à la fois lucrative et honorifique, de vérificateur des balances pour le gouvernement de la province de Québec. Dans le cadre de ses fonctions, Petit doit visiter tous les commerces de la région, et ce, à raison de deux fois par année. Ces voyages de routine lui permettent de diversifier les activités de son entreprise. En effet, il ajoute aux activités déjà existantes de sa société l'industrie hôtelière et touristique ainsi que le commerce des fourrures, des bleuets et du bois.

Quant à son frère, Honoré Petit (1847-1922), il demeure pendant 26 ans à l'emploi de la famille Price dont le marchand William Price (1789-1867) érige plusieurs scieries à l'embouchure des principaux affluents de la rivière Saguenay. Par la suite, Honoré Petit exerce le métier de cultivateur, en plus de s'occuper de l'industrie du bois de fuseau. De 1879 à 1881 et de 1885 à 1891, il est Préfet du comté de Chicoutimi, puis il est élu député conservateur de Chicoutimi-Saguenay à l'Assemblée législative de la province de Québec en 1892 et 1897. En 1900, 1904 et 1908, il est élu député libéral dans la même circonscription, puis dans Chicoutimi en 1912 et 1916.

La maison Petit est citée en 1992.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Chicoutimi

Adresse :

  • 1000, boulevard Sainte-Geneviève

Latitude :

  • 48° 27' 3.5"

Longitude :

  • -71° 5' 19.5"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Chicoutimi Canton de Tremblay Absent 33-B rang 1

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BOUCHARD, Russel. La vie quotidienne à Chicoutimi au temps des fondateurs : Extraits des mémoires de la famille Petit, 1888-1891. Montréal, AGMV Marquis, 2000. s.p.
  • DIEUDONNÉ, Patrick, Lucie K. MORISSET et Luc NOPPEN. Patrimoines modernes : l'architecture du vingtième siècle à Chicoutimi. Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec, 2004. 191 p.
  • GAUDREAULT, Sylvain. La vie parlementaire d'un député du Saguenay au début du XXe siècle : le cas d'Honoré Petit. Université du Québec à Chicoutimi, 1993. s.p.
  • LAFRAMBOISE, Yves. La maison au Québec : de la colonie française au XXe siècle. Montréal, Les Éditions de l'Homme, 2001. s.p.
  • MARTIN, Paul-Louis. À la façon du temps présent : trois siècles d'architecture populaire au Québec. Québec, Presses de l'Université Laval, 1999. s.p.
  • ROBITAILLE, Lynda. Chicoutimi au XIXe siècle et XXe siècle (1842-1914) : Évolution urbaine et analyse architecturale. Université Laval, 1985. 114 p.
  • SÉGUIN, Robert-Lionel. La civilisation traditionnelle de l'habitant aux 17e et 18e siècles. Fonds matériel. Montréal, Fides, 1973. 701 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013