Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Édifice de la Banque-de-Montréal

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Banque de Montréal

Région administrative :

  • Outaouais

Municipalité :

  • Gatineau

Date :

  • 1907 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Banques)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'édifice de la Banque-de-Montréal est une succursale bancaire de style Beaux-Arts bâtie en 1907. Cet édifice en brique et en pierre de plan rectangulaire, à un étage et demi, possède une façade arrondie et est coiffé d'un toit à croupes dissimulé derrière un parapet. L'édifice de la Banque-de-Montréal est situé à l'intersection de la rue Eddy et de la promenade du Portage, dans le centre-ville du secteur de Hull de la ville de Gatineau.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment. L'édifice de la Banque-de-Montréal est inclus dans le site du patrimoine du Portage, cité site patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Autre

Annexes :

  • Autre

Élévations :

  • Toutes les façades : Brique

Toit :

  • Forme : En pavillon

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, Contemporaine

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Amortissement
  • Cartouche
  • Colonne
  • Corniche moulurée

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Gatineau) 1989-09-19
 
Citation Situé dans un site patrimonial Municipalité (Gatineau) 1998-06-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La valeur patrimoniale de l'édifice de la Banque-de-Montréal repose sur sa représentativité par rapport à la typologie des succursales bancaires construites au tournant du XXe siècle. Contrairement au siège social, qui adopte une architecture monumentale très ornementée, la succursale bancaire de style Beaux-Arts se caractérise par une volumétrie plus modeste et un décor moins élaboré. La succursale doit néanmoins représenter le prestige et la solvabilité de l'institution tout en demeurant plus discrète que le siège social. Elle est une occasion de créer une atmosphère plus intime où certaines affaires courantes peuvent être traitées discrètement. La succursale bancaire de cette époque recherche une bonne visibilité. Elle est donc habituellement située à une intersection ou sur une artère principale. Cette attitude ouverte vis-à-vis d'un plus grand public ne l'empêche pas de conserver une certaine distinction dans son architecture. Ainsi, par ses caractéristiques architecturales, l'édifice de la Banque-de-Montréal adopte une typologie propre aux succursales bancaires construites à la même époque. D'ailleurs, elle reprend en tous points le plan de la succursale de Westmount préparé en 1904 pour cette institution. Ce plan a été conçu par les architectes Edward (1867-1923) et William Sutherland Maxwell (1874-1952).

La valeur patrimoniale de l'édifice de la Banque-de-Montréal repose également sur son intérêt historique. Elle témoigne de la reconstruction du centre-ville de Hull après le Grand Feu de 1900, qui a détruit la majorité des bâtiments. Elle est implantée au coin des deux principales artères commerciales et industrielles de la ville, la rue Main (l'actuelle promenade du Portage) et la rue Bridge (l'actuelle rue Eddy). La succursale de la Banque de Montréal rend compte du redressement économique de la ville de Hull dès la première décennie du XXe siècle. La proximité des installations des compagnies Eddy et Booth, employant chacune des centaines d'employés, et du lieu de correspondance des transports publics, a certes contribué au développement de la clientèle de la nouvelle succursale.

La valeur patrimoniale de l'édifice de la Banque-de-Montréal repose aussi sur son intérêt architectural. Il s'agit d'un bâtiment construit d'après les plans d'Arthur Weekes et d'Allan Keefer (1883-1952) et dont l'architecture porte l'influence du courant Beaux-Arts. Ce courant apparaît à la fin du XIXe siècle. Il est en vogue jusque vers 1930, principalement dans la construction d'édifices publics et institutionnels. Il fait une utilisation abondante du vocabulaire classique et affirme un intérêt particulier pour la modernité. Celle-ci se traduit, notamment, dans les matériaux utilisés et le mode de construction. Les principes de base défendus par l'architecture Beaux-Arts sont la clarté du plan, l'équilibre des proportions et la représentation de la fonction et de l'importance du bâtiment dans son environnement. L'édifice de la Banque-de-Montréal est caractéristique de cette architecture notamment par son implantation en tête d'îlot, son volume rectangulaire reposant sur un soubassement en pierre de taille, sa façade arrondie, ses lucarnes à frontons, son imposante corniche en pierre, son porche d'entrée flanqué de deux colonnes doriques ainsi que ses fausses clés de voûte et ses bas-reliefs en pierre. Bien que modeste, l'édifice de la Banque-de-Montréal situé dans le secteur de Hull témoigne éloquemment de l'influence de l'architecture Beaux-Arts.

Source : Ville de Gatineau, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'édifice de la Banque-de-Montréal liés à la typologie des succursales bancaires du début du XXe siècle comprennent, notamment :
- le volume rectangulaire de petites dimensions à un étage et demi coiffé d'un toit à croupes;
- la position de l'entrée principale, sur l'angle arrondi du bâtiment;
- l'accent mis sur le décor architectural rappelant l'appartenance de la succursale à une importante institution financière.

Les éléments clés de l'édifice de la Banque-de-Montréal liés à sa valeur historique comprennent, notamment :
- sa situation en tête d'îlot, en bordure du trottoir, à l'angle de la rue Eddy et de la promenade du Portage, dans le centre-ville du secteur de Hull de la ville de Gatineau.

Les éléments clés de l'édifice de la Banque-de-Montréal liés à son architecture Beaux-Arts comprennent, notamment :
- l'agencement de façade avec son soubassement massif, son étage noble et son couronnement;
- le couronnement composé de la corniche en pierre, de la lucarne à fronton et de la grande lucarne à fronton brisé arrondi;
- le porche d'entrée en alcôve situé dans l'angle arrondi et encadré de colonnes doriques ainsi que son escalier semi-circulaire;
- les matériaux, dont la pierre pour le soubassement et les éléments décoratifs ainsi que la brique d'argile rouge pour les élévations;
- les ouvertures rectangulaires ornées d'encadrements en pierre et de fausses clés de voûte;
- les cartouches sculptées en pierre.

Haut de la page

Informations historiques

Fondée en 1817, la Banque de Montréal est la première institution bancaire à voir le jour au Canada. Établie sur la rue Saint-Paul à Montréal, la Banque de Montréal ouvre au cours des décennies suivantes plusieurs succursales au Québec, au Canada, puis à l'étranger.

À Hull, le début du XXe siècle est marqué par la reconstruction de la ville à la suite du Grand Feu de 1900, qui détruit la majorité des bâtiments du centre-ville. C'est à cette époque, plus précisément le 30 mars 1907, que la Banque de Montréal d'Ottawa acquiert un terrain dans la municipalité de Hull. Elle souhaite y établir une succursale. Situé à l'angle des rues Bridge (l'actuelle rue Eddy) et Main (l'actuelle promenade du Portage), dans le secteur commercial et industriel de la ville, le site est prometteur. En effet, les installations des compagnies Eddy et Booth, employant chacune des centaines d'employés, et le lieu de correspondance des transports publics, sont situés à proximité.

L'édifice est construit d'après les plans des architectes Arthur Weekes et Allan Keefer (1883-1952). Pendant les travaux, un comptoir bancaire est temporairement ouvert dans un hôtel voisin dès le 1er mai 1907. Weekes et Keefer sont formés à Boston. Leur association commence en 1907 et se poursuit jusque vers 1914. Ensemble, ils réalisent plusieurs bâtiments situés à Ottawa, dont la Banque de Montréal, sur la rue Bank (1908-1909), le Canada Life Building ou Saxe Building (1909-1910) ainsi que le Birks Building (1910-1911). Pour la succursale de la Banque de Montréal de Hull, les architectes optent pour le style Beaux-Arts. En effet, l'édifice puise son ornementation au vocabulaire classique et fait une utilisation abondante de la pierre. Le style Beaux-Arts avait notamment été préconisé lors des modifications apportées au siège social de la Banque de Montréal entre 1901 et 1905.

La succursale de la Banque de Montréal à Hull acquiert son indépendance par rapport à celle d'Ottawa en 1918. Aussi, deux ans plus tard, elle ouvre une sous-succursale, dans la maison Carrière sise sur la rue Victoria à Hull.

La succursale du centre-ville cesse ses activités à l'automne 1970. Le bâtiment de l'ancienne succursale bancaire est alors vendu à un restaurateur. Quatre ans plus tard, l'édifice est acquis par la Commission de la capitale nationale (CCN). Cette dernière loue le bâtiment à différents restaurateurs, mais aucun d'entre eux n'y demeure, faute de clientèle. En 1990, la CCN se départit du bâtiment qui connaît par la suite différents propriétaires et des occupations diverses. Depuis 1995, l'ancienne banque abrite un commerce de prêt sur gages.

L'édifice de la Banque-de-Montréal est citée en 1989. Elle fait partie du site du patrimoine du Portage constitué en 1998 et devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Outaouais

MRC :

  • Gatineau

Municipalité :

  • Gatineau

Adresse :

  • 40, promenade du Portage

Lieux-dits :

  • Hull

Latitude :

  • 45° 25' 29.0"

Longitude :

  • -75° 43' 10.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 619 798

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Claude. Architectures du XXe siècle au Québec. Montréal / Québec, Les Éditions du Méridien / Musée de la civilisation, 1989. 271 p.
  • BRAULT, Lucien. Hull 1800-1850. Ottawa, Les éditions de l'université d'Ottawa, 1950. s.p.
  • CARPENTIER, Paul. Deux siècles de développement à Hull. Hull, Écomusée de Hull, 2000. 132 p.
  • CDG Associés. Bâtiments historiques de la ville de Hull. Phase III. Hull, 1998. s.p.
  • Centre canadien d'architecture. L'Or et la pierre : un regard critique sur l'architecture des banques. Montréal, Centre canadien d'architecture, 1990. s.p.
  • DENISON, Merrill. La première banque au Canada. Histoire de la Banque de Montréal. Toronto / Montréal, MSRC / McClelland and Stewart Limited, 1967. 453 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013