Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien palais de justice de Kamouraska

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Kamouraska

Date :

  • 1888 – 1889 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Palais de justice et bureaux d'enregistrement)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'ancien palais de justice de Kamouraska est un bâtiment institutionnel d'inspiration Second Empire qui comprend plusieurs éléments de décor empruntés au style forteresse. Construit en 1888 et 1889, cet immeuble est composé d'un corps de bâtiment en pierre et en brique au plan articulé, composé de retraits et de saillies. Une annexe arrière formée de plusieurs volumes est implantée en retour d'équerre. L'édifice est coiffé d'un toit mansardé percé de lucarnes et comprend deux étages, dont un est situé sous les combles. L'ancien palais de justice de Kamouraska est érigé sur un promontoire naturel, dans le coeur villageois de la municipalité de Kamouraska.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Kamouraska) 1992-07-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien palais de justice de Kamouraska présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée aux institutions judiciaires canadiennes au tournant du XIXe siècle. La loi de la judicature de 1793 divise le Bas-Canada en districts judiciaires, crée de nouvelles cours de justice et donne naissance au système des tribunaux supérieurs et inférieurs, jetant ainsi les bases de l'organisation judiciaire actuelle. Les districts forment des divisions administratives autonomes. Ils se subdivisent en comtés, dont le chef-lieu doit être pourvu d'une prison et d'un palais de justice servant à accueillir la cour de comté. Par ailleurs, la cour de circuit constitue le principal tribunal inférieur où sont entendues les causes civiles de moindre importance. Lorsque Rivière-du-Loup devient le nouveau chef-lieu du district de Kamouraska en 1882, le palais de justice de Kamouraska y est alors transféré. Dès l'année suivante, une cour inférieure, dite de circuit, est établie à Kamouraska.

L'ancien palais de justice de Kamouraska présente aussi un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et architecturale liées à sa spécificité par rapport aux palais de justice de comté construits à la fin du XIXe siècle. En effet, la construction de ces édifices, dont il n'existait aucun plan type, était sous la responsabilité du conseil de comté formé de l'ensemble des maires des municipalités de ce territoire. Depuis la réforme judiciaire de 1857, chaque comté recevait en octroi un montant pour la construction de son palais de justice. Bien que les plans dussent être soumis au ministère des Travaux publics pour leur approbation, les palais de justice de comté présentaient une architecture plus variée que celle des palais de justice de district. Or, comme le palais de justice de Kamouraska a été érigé exceptionnellement d'après les plans de l'architecte en chef du département des Travaux publics, il s'apparente davantage aux palais de justice de district du point de vue formel.

L'ancien palais de justice de Kamouraska présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment est représentatif du style Second Empire, notamment, par son corps de logis rectangulaire reposant sur un soubassement en pierre, son toit mansardé percé de lucarnes, sa tour demi-hors-oeuvre qui comprend l'entrée principale, ses chaînes d'angle et ses corniches moulurées. D'autre part, l'ornementation de l'ancien palais de justice puise au répertoire du style forteresse. En effet, les créneaux et les tourelles qui ornent le bâtiment à plusieurs endroits, de même que les contreforts qui flanquent l'édifice, et dont certains correspondent aux cheminées, sont tous des éléments empruntés à ce style. L'ancien palais de justice, dont les composantes architecturales ont conservé leur intégrité, est d'ailleurs le seul bâtiment de la municipalité régionale de comté de Kamouraska ayant une ornementation de style forteresse.

L'ancien palais de justice de Kamouraska présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec l'architecte Elzéar Charest. L'élaboration des plans et la construction des palais de justice sont, à cette époque, la responsabilité de l'architecte en chef du département des Travaux publics de la province de Québec. Les palais de justice construits à la suite de la réforme judiciaire de 1857 se caractérisent par les références classiques de leur architecture. À partir des années 1880, toutefois, c'est le style Second Empire qui est adopté pour l'architecture judiciaire. La présence d'Elzéar Charest comme architecte en chef, de 1891 à 1915, contribue ensuite à l'introduction de nouveaux éléments ornementaux associés au style forteresse. Par son style architectural, l'ancien palais de justice de Kamouraska constitue un exemple représentatif de l'architecture judiciaire de la fin du XIXe siècle.

Source : Municipalité de Kamouraska, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien palais de justice de Kamouraska liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un grand terrain formant un promontoire naturel, au centre du village, dans la municipalité de Kamouraska;
- son volume, dont le plan articulé comprenant des avancées, des retraits et des saillies ainsi qu'une annexe arrière;
- les caractéristiques liées au style Second Empire, dont le corps de bâtiment à deux étages en brique, le soubassement en pierre, le toit mansardé à quatre eaux en tôle à baguettes, les lucarnes à pignon, la tour demi-hors-oeuvre, les chaînes d'angle, le corps de bâtiment arrière en brique à toit mansardé couvert de tôle à baguettes et la corniche moulurée;
- les caractéristiques liées au style forteresse, dont les créneaux et la tourelle d'angle en poivrière couronnant la tour centrale, la tourelle sur la façade latérale ainsi que les créneaux couronnant l'oriel et les contreforts;
- ses cheminées ornées de corniches moulurées et de caissons;
- ses ouvertures, dont la porte d'entrée à deux vantaux en bois, surmontée d'une imposte en forme d'arc en mitre, les fenêtres, les lucarnes à pignons ainsi que les ouvertures à grands carreaux;
- l'ornementation en pierre, dont les bandeaux séparant le soubassement du rez-de-chaussée et le rez-de-chaussée de l'étage, les appuis et les couronnements des fenêtres.

Haut de la page

Informations historiques

La loi de la judicature de 1793 divise le Bas-Canada en districts judiciaires, crée de nouvelles cours de justice et donne naissance au système des tribunaux supérieurs et inférieurs, jetant ainsi les bases de l'organisation judiciaire actuelle. Les districts forment des divisions administratives autonomes. Ils se subdivisent en comtés, dont le chef-lieu doit être pourvu d'une prison et d'un palais de justice servant à accueillir la cour de comté. Par ailleurs, la cour de circuit constitue le principal tribunal inférieur où sont entendues les causes civiles de moindre importance.

En 1849, les autorités confirment l'importance de Kamouraska en lui donnant le statut de chef-lieu d'un nouveau district judiciaire desservant le Bas-Saint-Laurent. Le gouvernement y établit un palais de justice et une prison, mais le bâtiment est détruit par un incendie en 1881. Deux ans plus tard, la cour supérieure déménage le palais de justice à Rivière-du-Loup. Déçus, les Kamouraskois font pression pour obtenir l'établissement d'une cour inférieure, dite de circuit. La requête est acceptée et, exceptionnellement, le gouvernement prend en charge la réalisation des plans de cette cour de circuit. Exceptionnellement, puisque si la construction des palais de justice de district est alors à la charge du département des Travaux publics, celle des palais de justice de comté est la responsabilité des conseils de comté. La réforme judiciaire de 1857 prévoyait d'ailleurs l'octroi d'un montant à chaque comté pour la construction de son palais de justice. Ainsi, bien que leurs plans dussent être soumis au ministère des Travaux publics pour approbation, ces édifices présentaient une architecture plus diversifiée que les palais de justice de district.

La construction du palais de justice du comté de Kamouraska survient à une époque où le classicisme est délaissé par le département des Travaux publics pour la construction de ses édifices, au profit de l'architecture Second Empire. C'est Jean-Baptiste Derome, architecte en chef de 1883 à 1887, qui dresse les plans de l'édifice qui sera construit à l'emplacement de l'ancien palais incendié. Toutefois, la construction débute en 1888 sous la direction de Paul Cousin, qui succède à Derome comme architecte au département des Travaux publics de 1887 à 1891. Dès son entrée en fonction, Cousin apporte des modifications aux plans; en effet, le gouvernement décide que l'étage du bâtiment sera aménagé en logement pour le greffier. En 1891, Elzéar Charest succède à Cousin, et ce, jusqu'en 1915. Au cours de son mandat, Charest contribue à introduire de nouveaux éléments dans l'architecture publique associés au style forteresse. C'est sous son influence que le nouveau palais de justice de Kamouraska est doté d'une ornementation de style forteresse.

Le palais de justice devient également le siège du bureau d'enregistrement et du conseil du comté et ce, jusqu'en 1913, alors que Saint-Pascal accueille à son tour la cour et le bureau d'enregistrement. À partir des années 1920, l'édifice, qui a perdu ses fonctions judiciaires, est utilisé à des fins municipales. En 1948, il est vendu à la Corporation du village de Kamouraska. À l'occasion du tricentenaire de la municipalité, en 1974, l'ancien palais de justice de Kamouraska est converti en musée historique. En 1977, le Musée de Kamouraska et la bibliothèque municipale s'installent tour à tour dans l'immeuble. Des citoyens créent, en 1987, la Corporation de l'ancien palais de justice de Kamouraska, un organisme voué à la mise en valeur de l'édifice. Il devient alors un centre d'art et d'histoire. L'ancien bureau d'enregistrement est reconstitué, l'ancien logement du greffier accueille des expositions et la salle d'audience permet de présenter des spectacles.

L'ancien palais de justice est cité en 1992. Restauré en 1996, il constitue le seul exemple d'architecture avec une ornementation de style forteresse dans la MRC de Kamouraska.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Kamouraska

Municipalité :

  • Kamouraska

Adresse :

  • 111, avenue Morel

Latitude :

  • 47° 33' 43.0"

Longitude :

  • -69° 52' 16.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Non déterminée Inconnue Absent 203 ptie

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • CARTER, Margaret, dir. Les premiers palais de justice au Canada. Ottawa, Direction des lieux et des parcs historiques nationaux, 1983. 264 p.
  • Comité des fêtes du tricentenaire de Kamouraska. 1674-1974 : Kamouraska. Kamouraska, Comité des Fêtes du Tricentenaire de Kamouraska, 1974. 108 p.
  • DIEUDONNÉ, Patrick. « Le style forteresse ou l'apport d'Elzéar Charest à l'éclectisme québécois ». Continuité. No 45 (1989), p. 12-16.
  • FORTIN, Jean-Charles et Antonio LECHASSEUR. Histoire du Bas-Saint-Laurent. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1993. 190 p.
  • GIROUX, André. Inventaire des bâtiments historiques du Canada : Vieux palais de justice de Kamouraska. s.l., s.é., 1976. s.p.
  • LABERGE, Alain. Histoire de la Côte-du-Sud. Les régions du Québec. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1993. 644 p.
  • LAFRAMBOISE, Yves. Circuits pittoresques du Québec. Paysage, architecture, histoire. s.l. Éditions de l'Homme, 1999. 382 p.
  • LAFRAMBOISE, Yves. Villages pittoresques du Québec. Guide de charmes et d'attraits. s.l. Les Éditions de l'Homme, 1996. 349 p.
  • LÉVESQUE, Christine et Ginette MICHAUD. Kamouraska, 1790-1984. Kamouraska, Comité des fêtes du 275e anniversaire de fondation religieuse à Kamouraska, 1984. s.p.
  • PARADIS, Alexandre. Kamouraska (1674-1948). Kamouraska, Conseil de fabrique de paroisse, 1948. 337 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013