Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Monument du Sacré-Coeur

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Éphrem-de-Beauce

Date :

  • 1916 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Monuments religieux)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

Le monument du Sacré-Coeur est un monument religieux érigé en 1916. La statue dorée représente le Christ, grandeur nature, les bras levés et portant le symbole du Sacré-Coeur sur la poitrine. Elle repose sur un piédestal en granit posé sur un socle lui-même surélevé sur une base carrée à trois marches. L'inscription « Que votre règne arrive » apparaît sur la face avant du piédestal. Le monument du Sacré-Coeur est situé sur le parterre devant l'église, dans la municipalité de Saint-Éphrem-de-Beauce.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Éphrem-de-Beauce) 1991-08-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le monument du Sacré-Coeur présente un intérêt patrimonial pour sa valeur ethnologique. Le monument de Saint-Éphrem-de-Beauce est un témoin de la dévotion au Sacré-Coeur, une pratique religieuse autrefois très répandue au Québec. Le coeur sacré de Jésus est le symbole de l'immense charité dont est animé le Sauveur. Son culte est élaboré au XVIIe siècle en France. Il est pratiqué en Nouvelle-France à la même époque, notamment par Marie-de-l'Incarnation (Marie Guyart, 1599-1672). Cette dévotion prend toutefois plus d'importance en France après la guerre franco-prussienne (1870-1871). Le pays place son redressement sous l'égide du Sacré-Coeur. Dans la foulée, une basilique consacrée au Sacré-Coeur est bientôt érigée sur la butte Montmartre à Paris. Au Québec, le culte au Sacré-Coeur s'intensifie avec l'intervention du cardinal Elzéar-Alexandre Taschereau (1820-1898). En effet, celui-ci place la province ecclésiastique de Québec sous sa protection vers 1875. Cette dévotion s'accentue lorsque le pape Léon XIII (1810-1903) lui consacre officiellement le genre humain le 11 juin 1899. Le nom de « Sacré-Coeur » se multiplie à cette époque dans la toponymie québécoise. Une importante production artistique se développe aussi autour de ce thème. L'iconographie du Sacré-Coeur se décline en plusieurs variantes. Parfois réduit à un simple coeur enflammé ou irradiant, le Sacré-Coeur est cependant plus souvent représenté dans la personne du Christ, en buste ou en plein pied. Toutefois, il porte toujours un coeur sur sa poitrine. Le monument de Saint-Éphrem-de-Beauce témoigne de cette dévotion se prolongeant longtemps au XXe siècle.

Le monument du Sacré-Coeur présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La paroisse de Saint-Éphrem-de-Beauce est érigée canoniquement en 1866. Elle est officiellement consacrée au Sacré-Coeur le 15 août 1915. L'année suivante, un monument attestant cette consécration est érigé. Celui-ci est béni le 20 juin 1916 par le cardinal Louis-Nazaire Bégin (1840-1925), lors des cérémonies solennelles marquant le cinquantenaire de la fondation de la paroisse. Par ce geste, les citoyens demandent la fin de la Première Guerre mondiale et la protection des soldats originaires de l'endroit. De fait, personne de Saint-Éphrem n'est mort au cours des deux conflits mondiaux.

Source : Municipalité de Saint-Éphrem-de-Beauce, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du monument du Sacré-Coeur liés à ses valeurs ethnologique et historique comprennent, notamment :
- sa situation sur le parterre devant l'église paroissiale de la municipalité de Saint-Éphrem-de-Beauce;
- la statue du Sacré-Coeur, grandeur nature, en métal doré, debout sur une demi-sphère, habillé d'un généreux vêtement drapé, le pied droit en avant, la tête légèrement penchée sur le côté et inclinée vers l'avant, ses bras ouverts, relevés et pliés au niveau du coude, un coeur enflammé entouré de rayons sur la poitrine;
- le piédestal en granit formant un court pilier rectangulaire;
- le socle en granit constitué d'éléments carrés pyramidaux;
- la base en granit à trois marches;
- l'inscription « Que votre règne arrive » sur la face avant du piédestal.

Haut de la page

Informations historiques

La paroisse de Saint-Éphrem-de-Beauce est érigée canoniquement en 1866. Au cours de l'été 1913, deux jeunes prêtres québécois, les abbés Hallé et Langlois unissent leur zèle pour répandre la dévotion au Sacré-Coeur de paroisse en paroisse. Leur prédication entraîne l'érection de plusieurs monuments du Sacré-Coeur en Beauce.

Le coeur sacré de Jésus est le symbole de l'immense charité dont est animé le Sauveur. Son culte est élaboré au XVIIe siècle en France. Il est déjà pratiqué en Nouvelle-France à la même époque, notamment par Marie-de-l'Incarnation (Marie Guyart, 1599-1672). Cette dévotion prend toutefois plus d'importance en France après la guerre franco-prussienne (1870-1871). Le pays place alors son redressement sous l'égide du Sacré-Coeur. Dans la foulée, une basilique consacrée au Sacré-Coeur est bientôt érigée sur la butte Montmartre à Paris. Au Québec, le culte au Sacré-Coeur s'intensifie avec l'intervention du cardinal Elzéar-Alexandre Taschereau (1820-1898). En effet, celui-ci place la province ecclésiastique de Québec sous sa protection vers 1875. Cette dévotion s'accentue lorsque le pape Léon XIII (1810-1903) lui consacre officiellement le genre humain le 11 juin 1899. Le nom de « Sacré-Coeur » se multiplie à cette époque dans la toponymie québécoise. Une importante production artistique se développe aussi autour de ce thème. Les statues du Sacré-Coeur se multiplient alors. Le sculpteur Louis Jobin (1845-1928) en aurait produit à lui seul une cinquantaine. L'iconographie du Sacré-Coeur se décline en plusieurs variantes. Parfois réduit à un simple coeur enflammé ou irradiant, le Sacré-Coeur est cependant plus souvent représenté dans la personne du Christ, en buste ou en plein pied, avec des positions de bras diverses, mais portant toujours un coeur sur sa poitrine. Le culte du Sacré-Coeur est bien présent au sein des familles catholiques québécoises. En témoignent les petites représentations cartonnées souvent placées dans les cuisines au-dessus de la porte d'entrée. La croyance populaire veut qu'une maison possédant un tel Sacré-Coeur attire la bénédiction divine.

La paroisse de Saint-Éphrem-de-Beauce est officiellement consacrée au Sacré-Coeur le 15 août 1915. L'année suivante, un monument attestant cette consécration est érigé. Ce monument du Sacré-Coeur est béni le 20 juin 1916 par le cardinal Louis-Nazaire Bégin (1840-1925), lors des cérémonies solennelles marquant le cinquantenaire de la fondation de la paroisse. Le monument est constitué d'une statue du Sacré-Coeur, grandeur nature en métal doré, reposant sur un piédestal lui-même posé sur un socle. Le corps du Christ se présente debout sur une demi-sphère; il est habillé d'un généreux vêtement drapé. La tête est légèrement penchée sur le côté et inclinée vers l'avant, les bras relevés et pliés au niveau du coude avec les mains ouvertes. Il porte sur sa poitrine un coeur enflammé entouré de rayons, symbole du Sacré-Coeur. Sur la face avant du piédestal est inscrite l'invocation « Que votre règne arrive ». La piété populaire veut par ce monument demander la fin de la Première Guerre mondiale et la protection des soldats originaires de l'endroit. De fait, personne de Saint-Éphrem n'est mort dans ces deux conflits mondiaux.

Le monument du Sacré-Coeur est cité en 1991.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Beauce-Sartigan

Municipalité :

  • Saint-Éphrem-de-Beauce

Adresse :

  • route 108 Est

Lieux-dits :

  • Saint-Éphrem-de-Tring

Latitude :

  • 46° 3' 30.7"

Longitude :

  • -70° 57' 10.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Beauce Paroisse de Saint-Éphrem-de-Tring Absent 237

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BÉLAND, Mario. Louis Jobin, maître-sculpteur. Québec / Montréal, Musée du Québec / Fides, 1986. 199 p.
  • BELISLE, Jean et John R. PORTER. La sculpture ancienne au Québec : trois siècles d'art religieux et profane. Montréal, Éditions de l'Homme, 1986. 503 p.
  • BOLDUC, Robert. La Grande-Coudée, 1882-1982. Saint-Martin, 1982. 468 p.
  • MATHIEU, Hermann. Notes historiques sur la paroisse de St-Ephrem de Beauce et le canton de Tring. s.l. 1981. 310 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013