Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Lévesque

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • vers 1730 – vers 1780 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison Lévesque est une demeure rurale d'inspiration française construite vers 1778. Elle est formée d'un corps de logis en pierre crépie, de plan rectangulaire, peu dégagé du sol, coiffé d'un toit aigu à deux versants retroussés. Sa façade est orientée vers le sud alors que la voie publique passe au nord du bâtiment. La maison est située sur un grand terrain paysager dans un quartier résidentiel du secteur Bourg-Royal de l'arrondissement municipal de Charlesbourg de la ville de Québec.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Québec) 2000-08-08

Statuts antérieurs

  • Citation, 1989-10-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Lévesque présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle constitue d'une part un exemple représentatif de la maison rurale d'inspiration française. Au Québec, les traditions architecturales françaises, adaptées au contexte climatique et aux matériaux disponibles, perdurent au-delà de la Conquête (1760), surtout dans les milieux ruraux, comme l'illustre cette maison. Elle est caractéristique de cette tradition architecturale notamment par son carré de pierres crépies, peu dégagé du sol, son toit aigu à deux versants et ses ouvertures peu nombreuses distribuées de façon asymétrique. De plus, ses murs comportent un léger fruit (diminution d'épaisseur donnée aux murs, plus larges à la base et plus minces dans le haut, l'inclinaison portant sur la face extérieure du mur, la face intérieure restant verticale), fréquemment aménagé sur de telles maisons. D'autre part, la demeure évoque l'apparition d'un type architectural dans le paysage rural québécois au milieu du XIXe siècle, soit la maison québécoise d'inspiration néoclassique. Les avant-toits galbés ajoutés à la base des versants et les trois lucarnes à pignon aménagées sur le versant avant du toit et disposées de façon symétrique témoignent de cette nouvelle architecture. Par ailleurs, l'ajout des lucarnes est significatif des changements dans les manières d'habiter au cours de ce siècle. Elles éclairent les combles, qui ne servent plus seulement de grenier mais qui logent désormais des chambres. La résidence constitue un bel exemple d'architecture d'esprit français ayant conservé ses principales caractéristiques et étant adaptée au goût du jour et aux besoins des occupants.

La maison Lévesque présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son ancienneté. Construite vers 1778, elle figure parmi les plus vieilles constructions du secteur de Bourg-Royal, seconde agglomération implantée par l'intendant Jean Talon (avant 1626-1694) sur la terre des Jésuites en 1666 selon un plan de lotissement nouveau en Nouvelle-France. Comme pour le Trait-Carré de Charlesbourg, situé plus à l'ouest, le parcellaire de Bourg-Royal est organisé selon un plan radioconcentrique, les terres de forme trapézoïdale étant groupées en éventail autour d'un quadrilatère. Le regroupement des habitations assure ainsi la défense des colons contre les Iroquois et favorise l'entraide entre les habitants. Le secteur de Bourg-Royal a conservé son caractère agricole jusqu'au milieu du XXe siècle. Cette demeure évoque ainsi l'un des trois uniques bourgs aménagés en Nouvelle-France.

La maison Lévesque présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur sa représentativité par rapport au mode d'implantation traditionnel des maisons rurales au Québec. Ce type d'implantation privilégie l'orientation de la façade principale vers le sud. Il se remarque sur la plupart des maisons anciennes de la région. Cette tradition issue du Régime français témoigne d'un savoir-faire adapté aux conditions climatiques québécoises. Ainsi, la façade principale comporte le plus grand nombre d'ouvertures et bénéficie du maximum d'ensoleillement et du chauffage passif procuré par le soleil. Cette implantation la protège également des vents dominants du nord-est. La demeure, orientée vers le sud, traduit bien l'adaptation des maisons rurales au climat québécois.

Source : Ville de Québec, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Lévesque liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume,, dont le corps de logis de plan rectangulaire peu dégagé du sol, le toit aigu à deux versants et les avant-toits retroussés;
- les matériaux, dont la maçonnerie crépie, le bardeaux de cèdre des pignons et le bois des ouvertures;
- les ouvertures, dont leur nombre restreint, leur disposition asymétrique, les fenêtres en bois à battants à grands carreaux, les lucarnes à pignon et les chambranles;
- son orientation vers le sud, dans un milieu autrefois rural.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Lévesque est érigée vers 1778 dans le secteur de Bourg-Royal. Cette agglomération est la seconde implantée par l'intendant Jean Talon (vers 1626-1694) sur la terre des Jésuites en 1666 selon un plan de lotissement nouveau en Nouvelle-France. Comme pour le Trait-Carré de Charlesbourg, situé plus à l'ouest, le parcellaire de Bourg-Royal est organisé selon un plan radioconcentrique, les terres de forme trapézoïdale étant groupées en éventail autour d'un quadrilatère. Le regroupement des habitations assure ainsi la défense des colons contre les Iroquois et favorise l'entraide entre les habitants. Le secteur de Bourg-Royal a conservé son caractère agricole jusqu'au milieu du XXe siècle. La propriété a été réduite et enclavée à l'époque de la planification de nouveaux développements domiciliaires de banlieue.

La maison Lévesque est nommée ainsi en mémoire de ses anciens occupants. En 1890, Noël Lévesque (1855-1903) et Marie-Béatrice Briant (1860-1942), originaires de Rivière-Ouelle et de Saint-Épiphane, font l'acquisition d'un lot dans le secteur de Bourg-Royal. La résidence principale fait partie d'une ferme laitière. En 1900, le couple acquiert un second lot, voisin de celui où est construite la maison, afin d'augmenter les ressources fourragères nécessaires à la production laitière. Pendant près de cent ans, la maison est habitée par leurs descendants.

À la fin des années 1950 ou au début des années 1960, la propriété agricole de la famille Lévesque est lotie à des fins de développement domiciliaire. Douze descendants reçoivent un terrain issu de la subdivision de la propriété familiale, et la principale rue du développement résidentiel est nommée en l'honneur de la famille.

En 1987, un appentis est aménagé contre le mur est de la maison, où se trouvent les traces d'un ancien four à pain.

La maison Lévesque est citée en 1989.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Inventaire patrimonial de l'arrondissement de Charlesbourg de la ville de Québec, à l'extérieur du site patrimonial déclaré de Charlesbourg (2018)
    Ville de Québec


  • La maison Levesque, implantée au 1300, rue Levesque, possède une valeur patrimoniale supérieure qui repose surtout sur son ancienneté, son intérêt architectural, son authenticité ainsi que sa position.

    La maison possède une valeur d'âge exceptionnelle. La Ville de Charlesbourg cite l'immeuble en 1989. Cette demeure a probablement été érigée en une ou deux étapes entre 1730 et 1780, estimation qui repose sur un acte notarié de 1740 lorsque le couple Joseph Lecompte et Marie-Madeleine Jacques vend la propriété à Jacques Paquet et Marie-Josephe Jacques : « une maison en partie en pierre et l'autre partie de pièces sur pièces ». Est-ce la maison que l'on observe aujourd'hui? Peut-être en partie, mais son volume actuel résulte sans doute d'un agrandissement, dans l'hypothèse qu'il s'agisse de la même maison. En 1900, la ferme passe aux mains du cultivateur Noël Levesque. En 2017, la maison est toujours en possession des descendants de la famille Levesque. C'est l'une des plus vieilles constructions du secteur de Bourg-Royal.

    La maison Levesque présente une valeur architecturale supérieure en raison de sa forte représentativité par rapport à la maison d'esprit français. Ce modèle de bâtiment est typique du 18e siècle. La demeure possède les caractéristiques propres à ce courant issu de la tradition française de construire. On remarque ainsi une bonne assise au sol, un toit à forte pente, des murs en moellons de pierre ou en pièce sur pièce revêtus d'enduit, une ou des cheminées imposantes ainsi qu'une asymétrie dans la disposition des ouvertures qui sont peu nombreuses. Des modifications sont apportées à la maison vers le milieu du 19e siècle, notamment l'ajout d'un avant-toit retroussé et des lucarnes.

    La maison possède une bonne valeur d'usage. Cette ancienne maison de ferme conserve depuis son origine un usage résidentiel. Elle est toujours fonctionnelle, habitée et entourée d'un bâtiment secondaire ancien.

    La maison présente une valeur d'authenticité supérieure en raison de la conservation de la plupart de ses composantes traditionnelles malgré quelques interventions mineures qui ont modifié son état d'origine. Parmi les éléments traditionnels ou anciens qui ont été conservés, on remarque les murs de pierre, comportant un léger fruit, revêtus d'un enduit et les pignons recouverts de bardeau de cèdre. La maison orientée vers le sud possède un nombre restreint d'ouvertures, d'assez petites dimensions, qui sont disposées de façon asymétrique. À l'intérieur, on peut encore percevoir les traces d'un ancien four à pain aujourd'hui converti en foyer. La volumétrie générale, la forme du toit, le carré de maçonnerie et les ouvertures sont relativement intègres pour que l'on puisse aisément reconnaître les caractéristiques de la maison de tradition française La plus importante modification est la construction en 1987 d'un garage en appentis accolé au mur latéral est de la maison. Si son volume s'intègre bien à la résidence, ses parois vitrées et sa porte de garage cadrent moins avec l'architecture traditionnelle du bâtiment. Un petit volume annexe ainsi qu'une cheminée extérieure qui avaient été ajoutés sur le mur latéral ouest ont disparu en 1990. La couverture autrefois revêtue de bardeau de cèdre, et plus tard de tôle profilée, est aujourd'hui recouverte de bardeau d'asphalte. La plupart des fenêtres à battants en bois à grands carreaux ont été remplacées récemment par des fenêtres identiques. Un portique a été ajouté à la porte principale.

    La maison Levesque présente une bonne valeur de position. Bien que son paysage rural ait bien changé, elle est érigée en bordure de la rue Levesque, artère ouverte vers 1960 dans le Bourg-Royal. Son implantation, façade principale plein sud, est évocatrice de son ancienneté et explique sa position particulière par rapport à ses voisines. La propriété est parsemée de grands arbres matures. À l'ouest du bâtiment principal, on retrouve un hangar qui évoque le passé agricole du secteur.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Capitale-Nationale

    MRC :

    • Québec

    Municipalité :

    • Québec

    Arrondissement municipal :

    • Charlesbourg

    Adresse :

    • 1300, rue Levesque

    Latitude :

    • 46° 52' 51.6"

    Longitude :

    • -71° 15' 18.1"

    Désignation cadastrale

    Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
    Québec Paroisse de Charlesbourg Absent 975 ptie

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • Patri-Arch. Patrimoine de l'arrondissement historique de Charlesbourg. Charlesbourg, Ville de Charlesbourg, Gestion du territoire, 1999. 105 p.
    • s.a. Biographies et histoire des gens de Charlesbourg. Québec, 1990. 3646 p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013