Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancienne gare de Napierville Junction

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Gare de Lacolle
  • Gare ferroviaire du Canadien Pacifique

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Lacolle

Date :

  • 1930 (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Gares et autres structures ferroviaires)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

L'ancienne gare de Napierville Jonction est un vaste édifice en pierre de style château construit en 1930. Le bâtiment de plan en « L », à deux étages et demi, est coiffé d'un toit aigu à deux versants droits. Une tour est adossée contre l'un des murs pignons. L'ancienne gare de Napierville Jonction est localisée dans la portion sud-est du noyau villageois de la municipalité de Lacolle, à proximité de la frontière canado-américaine.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Lacolle) 1991-03-19
 
Désignation (Canada) Gare ferroviaire patrimoniale Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1991-01-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancienne gare de Napierville Jonction présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Celle-ci a joué un rôle unique dans l'histoire ferroviaire québécoise. En 1853, le chemin de fer atteint Lacolle. Cette ligne est importante, car elle relie Montréal à Rouses Point dans l'État de New York. En 1929, la Delaware and Hudson, qui exploite alors le trajet entre Montréal et Rouses Point vend la majorité de ses actions au Canadien National. Elle conserve cependant le trajet entre Montréal et Rouses Point. L'année suivante, la compagnie Delaware and Hudson érige l'actuelle gare de Napierville Jonction à Lacolle. Elle remplace la gare précédente incendiée en 1929. La gare loge les bureaux des agents de l'immigration canadienne et américaine, en plus de la gare de voyageurs. En raison de sa proximité de la frontière canado-américaine, l'ancienne gare de Napierville Jonction joue un rôle d'exception dans l'histoire ferroviaire québécoise. En effet, elle sert à la fois d'infrastructure d'accueil et de poste de douane.

L'ancienne gare de Napierville Jonction présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La gare s'inscrit dans le courant de l'architecture de style château. Elle est construite selon les plans de l'architecte montréalais Charles Réginald Tetley (1886-1960). Ce dernier s'inspire notamment des manoirs écossais et de l'architecture des châteaux de la Loire en France érigés durant la Renaissance. Au Québec, le style château est principalement employé pour la construction des grands hôtels des compagnies ferroviaires et d'édifices du gouvernement fédéral. Il met à profit le romantisme qui se dégage des toits en pente forte et des tours. Ce style est rarement utilisé au Canada pour la construction de gares ferroviaires. Son emploi pour l'érection du château Frontenac au cours de la décennie 1890 est une première au Québec. La gare de Napierville Jonction est une interprétation modeste et tardive de ce style puisqu'elle est érigée en 1930. Elle est caractéristique du style château par sa maçonnerie brute, sa toiture à deux versants droits à forte pente percée de lucarnes à croupe, sa tour et son échauguette, recouvertes d'un toit de forme conique. La valeur architecturale de l'ancienne gare de Napierville Jonction repose aussi sur sa rareté. Au tournant du XXe siècle, peu de gares ferroviaires sont dessinées par des architectes, sauf celles destinées aux grandes villes. Les gares des petites municipalités sont plutôt construites à partir de plans standards fournis par les compagnies ferroviaires. En outre, l'ancienne gare de Napierville Jonction figure parmi les rares gares de style château au Québec, à l'exception des gares Windsor et Viger à Montréal et de la gare du Palais à Québec. Elle est enfin l'une des rares à être conçue pour servir de gare ferroviaire et de bureau d'immigration.

Source : Municipalité de Lacolle, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancienne gare de Napierville Jonction liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, entre autres :
- sa localisation dans la portion sud-est du noyau villageois de la municipalité de Lacolle;
- sa situation à proximité de la frontière canado-américaine;- son volume, dont le plan en « L », l'élévation de deux étages et demi, le toit à deux versants droits à forte pente;
- les matériaux, dont le parement en pierre de facture rustique, la couverture en cuivre, la pierre de taille de certains détails architecturaux;
- les ouvertures, dont les baies à arc surbaissé (rez-de-chaussée), les baies cintrées (pignons, tour et échauguette), les portes en bois, la large porte à double vantail, les lucarnes à croupe;
- l'ornementation, dont les arcs et plates-bandes au-dessus des ouvertures, les appuis, les corbeaux, les murs coupe-feu;
- la tour et l'échauguette de plan circulaire couvertes d'un toit conique.

Haut de la page

Informations historiques

Dès 1853, le chemin de fer atteint Lacolle. La municipalité est alors intégrée au réseau du Grand Trunk qui relie Montréal, Saint-Lambert, Saint-Jean et Rouses Point (New York). Plus tard vient se greffer au réseau ferroviaire, alors en pleine expansion, la compagnie Napierville Junction qui relie Delson à Lacolle.

En 1900, la compagnie Delaware and Hudson achète la Quebec, Montreal and Southern, née de la fusion de petites compagnies. La Delaware and Hudson souhaite alors prendre le contrôle de l'industrie des pâtes et papiers, dont les produits sont exportés vers les États-Unis. Poursuivant son développement, elle acquiert en 1907 la compagnie Napierville Junction qui exploite encore le réseau ferroviaire reliant Rouses Point (New York) à Saint-Constant. En 1929, la Delaware and Hudson vend la majeure partie de ses actions au Canadien National. Elle conserve cependant la Napierville Junction, qui devient une filiale.

L'année suivante, la compagnie Delaware and Hudson érige l'actuelle gare de Napierville Jonction à Lacolle. Elle remplace l'ancienne gare incendiée en 1929. La compagnie confie la réalisation de l'édifice à l'architecte montréalais Charles Réginald Tetley (1886-1960). Ce dernier est particulièrement actif dans la région de Montréal où il conçoit plusieurs édifices publics à compter des années 1910. Pour la gare de Napierville Jonction, Tetley s'inspire du style château, un style reconnaissable par l'utilisation d'une maçonnerie brute, d'un toit à deux versants droits à forte pente percée de lucarnes à croupe, d'une tour et d'une échauguette recouvertes d'un toit de forme conique.

La gare de Napierville Jonction est inaugurée le 17 novembre 1930. Elle remplit les fonctions de gare ferroviaire et de bureau d'immigration. Dès sa mise en service, elle loge les bureaux des agents de l'immigration canadienne et américaine, en plus de la gare de voyageurs. Lacolle est vue comme la principale porte d'entrée du Canada.

En 1991, la gare de voyageurs n'est plus utilisée. Le chef de gare gère l'arrivée et le départ des trains de marchandises. Quelques employés de l'immigration occupent encore des bureaux.

La compagnie Napierville Junction et la gare sont vendues au Canadien Pacifique en janvier 1991.

L'ancienne gare de Napierville Jonction est citée en 1991. Elle est également désignée gare ferroviaire patrimoniale la même année.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Le Haut-Richelieu

Municipalité :

  • Lacolle

Adresse :

  • 21, rue Sainte-Marie

Latitude :

  • 45° 4' 54.5"

Longitude :

  • -73° 22' 7.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Saint-Jean Paroisse de Lacolle Absent 137 ptie

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013