Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Gare de Macamic

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Gare de Hatherly
  • Gare du Canadien National

Région administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

Municipalité :

  • Macamic

Date :

  • 1910 (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Gares et autres structures ferroviaires)

Éléments associés

Groupes associés (4)

Images

Carte

Description

La gare de Macamic est un bâtiment construit en 1910. Il est déplacé en 1916 sur son site actuel. L'immeuble de plan irrégulier, d'un étage et demi, est coiffé d'un toit à croupes avec avant-toits débordants supportés par de longues consoles en bois. Il présente, dans le prolongement du côté ouest, une annexe reprenant les caractéristiques formelles du bâtiment. La gare se situe en bordure d'un parc urbain, à une intersection, dans la ville de Macamic.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Macamic) 1989-02-13
 
Désignation (Canada) Gare ferroviaire patrimoniale Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1993-01-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La gare de Macamic présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment témoigne de l'importance du réseau ferroviaire dans le développement de l'Abitibi. Cette région est quasi inhabitée au commencement du XXe siècle. La mise en place d'un réseau ferroviaire par la National Transcontinental Railway (NTR) à partir de 1903 encourage la colonisation et la croissance économique de cette vaste région. De North Bay à Québec, plusieurs localités sont créées le long du réseau, dont Macamic. La gare de Macamic est construite en 1910. Elle est déménagée en 1916 pour mieux desservir le premier noyau de colonisation installé en bordure du lac Macamic. La gare constitue un pôle d'attraction au sein de sa région immédiate et assure l'approvisionnement et l'entreposage des différentes marchandises en transit. Ainsi de 1910 à 1928, elle est un passage obligé et le dernier point de transit et d'arrêt pour tout le personnel et les marchandises à destination de la mine Noranda. Jusqu'à l'ouverture d'une route entre Val-d'Or et Mont-Laurier en 1939, le train constitue le seul lien terrestre en Abitibi. La gare de Macamic est située à la jonction du lac Macamic et de la rivière Loïs. Elle favorise ainsi l'émergence de nombreuses scieries, fermes et industries agricoles, dont une importante beurrerie, ainsi que diverses infrastructures de service. La gare de Macamic est par ailleurs la plus ancienne gare encore existante en Abitibi-Témiscamingue.

La gare de Macamic présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative d'un modèle élaboré par la compagnie du Grand Tronc vers 1909 et 1910 pour les petites localités. Il est repris par la compagnie National Transcontinental Railway. La gare de Macamic est caractéristique de ce type par son plan en croix, son toit à croupes avec avant-toits débordants, son revêtement, et particulièrement, la présence à une extrémité d'une lucarne à croupe qui interrompt l'avant-toit. Le parement se démarque par ses planches en bois posées verticalement dans la partie inférieure et horizontalement dans la partie supérieure, ainsi que par la présence d'un bandeau au-dessous des ouvertures. Le bâtiment de Macamic se distingue également par sa verticalité. En effet, le rapport habituel de la hauteur des murs est modifié et contraste avec celui d'autres types de gare avec grand toit débordant où la présence de murs plus bas prédomine. Les saillies, les lucarnes, les longues consoles ainsi que les fenêtres à guillotine du rez-de-chaussée accentuent la verticalité. La gare de Macamic est vraisemblablement le plus ancien exemple de ce modèle au Canada. Une dizaine d'autres édifices sont construits dans l'Ouest du Canada entre 1917 et 1920.

Source : Ville de Macamic, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la gare de Macamic liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure d'un parc urbain, à une intersection, au coeur de la ville de Macamic;
- son emplacement à proximité des rives du lac Macamic et de l'embouchure de la rivière Loïs;
- son volume, dont le plan rectangulaire avec une saillie sur chaque long pan, l'élévation d'un étage et demi, le toit à croupes aux avant-toits débordants;
- les matériaux, dont le parement en bois (disposition verticale des planches dans la partie inférieure et horizontale dans la partie supérieure), les éléments décoratifs en bois (chambranles, impostes, planches cornières, bandeaux, consoles), la couverture en bardeaux de cèdre;
- ses ouvertures, dont les deux lucarnes à croupe, les fenêtres à guillotine (certaines jumelées), les portes en bois avec imposte, la porte à double vantail donnant sur la voie ferrée;
- ses ornements, dont les consoles, les planches cornières, le bandeau marquant la séparation entre les types d'assemblage du parement, les chambranles de facture sobre;
- les caractéristiques de l'annexe, dont son volume rectangulaire, son toit à croupes aux avant-toits débordants.

Haut de la page

Informations historiques

Au commencement du XXe siècle, l'Abitibi est quasi inhabitée. Son développement est restreint comparativement à d'autres régions du Québec. En 1903, le gouvernement fédéral entreprend la construction d'un chemin de fer reliant North Bay à Québec. Après une longue exploration de l'Abitibi, les ingénieurs de la compagnie tracent la voie du chemin de fer. Le long du tracé, la construction de gares est planifiée. Ce réseau enclenche la colonisation et l'essor de l'Abitibi; il est à l'origine de la création de plusieurs municipalités, dont Macamic.

En 1910, la gare de Hatherly (l'actuelle gare de Macamic) est construite à cinq kilomètres à l'ouest du lac Macamic. Mal située, elle se trouve éloignée de la localité naissante de Macamic, les colons préférant s'établir au bord du lac, à l'embouchure de la rivière Loïs et à la jonction de la voie ferrée. En 1916, cette gare est découpée en sections, transportée par chemin de fer et réinstallée à Macamic. La gare de Macamic est alors agrandie par l'ajout d'un entrepôt, en annexe sur le côté ouest.

La gare de Macamic est représentative d'un type de gare conçu par la compagnie Grand Tronc vers 1909 et 1910. Il se caractérise par son aménagement intérieur fonctionnel, privilégiant les espaces privés. Au rez-de-chaussée, une seule pièce fait fonction de salle d'attente, les autres étant le bureau du chef de gare, le salon et la cuisine. À l'étage, quatre chambres servent au repos du personnel ferroviaire.

La localité de Macamic, érigée en paroisse en 1917, prend de l'expansion autour de la gare. Elle voit naître scieries, commerces et fermes agricoles qui viennent renforcer son rôle de point de service pour les paroisses et les localités environnantes. La gare constitue un lieu d'entreposage et d'approvisionnement de différentes marchandises pour les industries minières, forestières et agricoles. Elle est un lieu de ravitaillement et de transit pour l'industrie minière Noranda (Noranda Mines Ltd). De nombreux ouvriers et prospecteurs s'arrêtent à Macamic, avant de gagner la mine par hydravion, puis par chemin routier après 1923. Le chemin de fer National Transcontinental (CFNT) est incorporé au Canadien National en 1923.

Ce n'est qu'en 1928 que le réseau ferroviaire de Rouyn-Taschereau dessert directement la localité de Rouyn-Noranda. Jusqu'à l'ouverture d'une route entre Val-d'Or et Mont-Laurier en 1939, le réseau de chemin de fer demeure le seul lien terrestre en Abitibi.

Avec l'agrandissement d'un réseau routier dans les années 1950, l'importance économique de la gare de Macamic décroît. Délaissée dans les années 1980, elle est menacée de disparition.

La gare de Macamic est citée en 1989. Elle est la plus ancienne gare de l'Abitibi. En 1999 et 2000, le bâtiment fait l'objet d'une restauration et est intégré à un circuit touristique. La Ville prévoit maintenant utiliser la gare à des fins administratives.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

MRC :

  • Abitibi-Ouest

Municipalité :

  • Macamic

Adresse :

  • 7e Avenue Ouest

Latitude :

  • 48° 45' 17.9"

Longitude :

  • -79° 0' 6.1"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Abitibi Village de Macamic Absent 100 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CÔTÉ, Louise et Yves LAFRAMBOISE. « Gare du Canadien National. Macamic, Québec (RSR -183) ». s.a. Dans Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Rapport sur les gares ferroviaires. s.l. s.d. p. 65-91.
  • RUEL, Andrée et Barbara SALOMON DE FRIEDBERG. Les gares de chemins de fer au Québec. Analyse typologique et sélection. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1982. 191 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013