Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Vieille gare de Coaticook

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Coaticook

Date :

  • 1904 (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Gares et autres structures ferroviaires)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La vieille gare de Coaticook est une gare ferroviaire construite en 1904. L'édifice en bois, de plan rectangulaire à deux étages, comporte une extrémité arrondie. Le toit, aux pentes multiples, se prolonge au-delà des murs. L'une des façades comprend un oriel à deux étages surmonté d'un fronton-pignon, alors que l'autre est dotée d'un porche à toit conique. Une annexe est ajoutée à une extrémité de l'édifice. La vieille gare est située en retrait de la voie publique, sur un terrain semi-boisé, dans un quartier résidentiel de la ville de Coaticook.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Coaticook) 1999-04-26
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La vieille gare de Coaticook présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative d'un nouveau type de gare qui apparaît au tournant du XXe siècle. Dans la dernière décennie du XIXe siècle, la compagnie ferroviaire du Grand Tronc apporte des changements importants à l'architecture de ses gares. Ces bâtiments se distinguent par leur caractère pittoresque qui déroge à la règle de rentabilité maximale observée auparavant. Le mouvement pittoresque est issu d'une théorie de l'esthétique qui favorise un rapport plus intime entre l'architecture et son environnement paysager. Les édifices conçus selon ces principes présentent une grande diversité de formes et produisent des effets visuels grâce à des jeux de volumes et de matériaux. La vieille gare de Coaticook construite en 1904 est représentative de cette architecture notamment par son plan rectangulaire comportant une extrémité arrondie, sa toiture complexe, ses nombreuses saillies telles que les oriels et le porche à toit conique ainsi que par son ornementation élaborée et variée. Elle constitue un exemple particulièrement achevé de l'utilisation des principes pittoresques dans l'architecture des gares.

La vieille gare de Coaticook présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle témoigne de l'importance du chemin de fer dans le développement économique de la ville. Durant la décennie 1840, la compagnie St. Lawrence and Atlantic Railway (SL and AR) entreprend les démarches pour la construction d'une ligne de chemin de fer. Celle-ci doit réunir Montréal et les installations portuaires de Portland, dans l'État du Maine. Des résidents du canton de Barnston réussissent à convaincre les dirigeants de SL and AR d'inclure Coaticook, qui n'est alors qu'un petit hameau, dans le tracé de la ligne de chemin de fer. Le premier train de passagers s'arrête à Coaticook en 1853. Le chemin de fer, qui prend ultérieurement le nom de Grand Tronc, est terminé en 1859. À la suite de la construction de la voie ferrée, de nombreuses industries de textiles et des usines de transformation du bois et du fer s'implantent rapidement à Coaticook. Le train entraîne également la croissance de l'industrie agricole en permettant l'envoi régulier du lait frais vers les marchés de Montréal. En 1904, la vieille gare remplace un premier bâtiment construit sur le même site vers 1853. Le service de trains de passagers est interrompu en 1958. Depuis 1980, les trains de marchandises ne s'arrêtent plus à Coaticook. La présence de la vieille gare au coeur de Coaticook rappelle l'importance des infrastructures ferroviaires dans l'histoire municipale.

Source : Ville de Coaticook, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la vieille gare de Coaticook liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire à extrémité arrondie, l'élévation de deux étages, le toit à pentes multiples et les avant-toits débordants;
- les saillies, dont le porche à toit conique (composé de colonnes ouvragées et d'un entablement à caissons) et l'oriel à deux étages surmonté d'un fronton-pignon;
- l'annexe, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le toit à croupes ainsi que l'avant-toit surplombant la porte à panneaux et à double vantail;
- les matériaux, dont le parement en planches posées à clins ainsi que les éléments menuisés;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à guillotine et à petits carreaux (partie supérieure) jumelées ou groupées par trois, les portes à panneaux (certaines à double vantail et d'autres à baies latérales), l'oculus ainsi que les chambranles;
- l'ornementation, dont les consoles, les motifs de croix de Saint-André, les planches cornières ainsi que le bandeau en bois soulignant le bas des fenêtres;
- les chevrons apparents;
- sa situation en retrait de la voie publique, sur un terrain boisé, dans un quartier résidentiel.

Haut de la page

Informations historiques

La vieille gare de Coaticook est issue du développement du réseau ferroviaire de la compagnie St. Lawrence and Atlantic Railway (SL and AR). Au cours de la décennie 1840, cette dernière entreprend les démarches pour construire une ligne de chemin de fer. Celle-ci doit relier Montréal et les installations portuaires de Portland, dans l'État du Maine. Des habitants du canton de Barnston convainquent les dirigeants de SL and AR d'inclure Coaticook dans le tracé de la voie ferrée. À cette époque, Coaticook n'est qu'un petit hameau. Le premier train transportant des passagers s'y arrête en 1853. La ligne de chemin de fer, qui prend ultérieurement le nom de Grand Tronc, est terminée en 1859. Une première gare est construite vers 1853. Dans les années suivant la construction de la voie ferrée, plusieurs entreprises s'implantent à Coaticook. La facilité d'exportation des marchandises intéresse de nombreuses manufactures de textiles et des usines de transformation du bois et du fer. Le transport ferroviaire entraîne également une croissance de l'industrie agricole. Entre autres, il permet l'envoi régulier de lait frais vers les marchés de Montréal. La vieille gare de Coaticook est construite en 1904 pour remplacer la première de plus petites dimensions.

L'édifice est construit selon un modèle conçu durant la dernière décennie du XIXe siècle. À cette époque, le Grand Tronc apporte des changements importants à l'architecture de ses gares. Celles-ci se distinguent par leur plan rectangulaire comportant une extrémité arrondie, de nombreuses saillies et une ornementation élaborée et variée caractéristique du mouvement pittoresque en vogue au tournant du XXe siècle.

Le service de trains de passagers est abandonné en 1958. Toutefois, le transport des marchandises se poursuit jusqu'en 1980. L'édifice est alors abandonné. En 1988, la vieille gare est achetée par la ville de Coaticook. Des rénovations sont effectuées bénévolement en 1989 par le Club Aramis qui occupe à ce moment le bâtiment.

La vieille gare de Coaticook est citée en 1999. Des travaux de restauration sont effectués au cours de la même année. Un organisme communautaire et un centre de santé ont occupé le bâtiment dans la première décennie du XXIe siècle. Depuis 2010, la gare abrite une firme d'experts-conseils.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Coaticook

Municipalité :

  • Coaticook

Adresse :

  • 131, rue Lovell

Latitude :

  • 45° 8' 4.2"

Longitude :

  • -71° 48' 58.2"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Coaticook Village de Coaticook Absent 127 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CARON, Christian. « La gare de Coaticook sauvée ». La Tribune, 15 novembre 1987, p. A7.
  • DUFORT-CARON, Joyette. « La vieille gare de Coaticook : rénovation prochaine ou démolition éventuelle ? ». Patrimoine Estrie. Vol. 1, no 2 (1987), p. 1-5.
  • Groupe Viau. L'impact du chemin de fer sur Coaticook. Coaticook, Ministère des Affaires Culturelles/ Coaticook, 1991. s.p.
  • LAFRAMBOISE, Yves. Le patrimoine ferroviaire au Québec : rapport synthèse. Québec, Ministère des Affaires Culturelles, Direction générale du Patrimoine, 1991. 85 p.
  • LAPERRIÈRE, Hélène, dir. Promenades estriennes. Montréal, Éditions de l'Homme, 2005. 381 p.
  • RUEL, Andrée et Barbara SALOMON DE FRIEDBERG. Les gares de chemins de fer au Québec. Analyse typologique et sélection. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1982. 191 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013