Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Hôtel de ville de Stanstead-Est

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • École de Cassville
  • Hôtel de ville

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Stanstead-Est

Date :

  • 1817 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Écoles primaires et secondaires)
  • Services et institutions (Hôtels de ville et salles des habitants)

Éléments associés

Groupes associés (3)

Carte

Description

L'hôtel de ville de Stanstead-Est est un édifice scolaire bâti en 1817. Le bâtiment en bois, de plan rectangulaire, compte un étage et demi et est coiffé d'un toit à deux versants droits. Aménagée dans l'un des murs pignons, la façade principale comporte un porche dans-oeuvre surmonté de deux fenêtres rectangulaires. Une annexe est construite à l'arrière de l'édifice. L'hôtel de ville est situé légèrement en retrait de la voie publique, dans le lieu-dit de Cassville de la municipalité de Stanstead-Est.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Stanstead-Est) 1988-03-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'hôtel de ville de Stanstead-Est présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son intérêt pour l'histoire des institutions scolaires. Il s'agit de l'une des rares écoles rurales construites avant 1829 subsistant sur le territoire québécois. Les premiers habitants de Cassville sont protestants. Ils accordent une grande importance à l'alphabétisation des enfants, afin qu'ils puissent lire la Bible. Construit en 1817, l'hôtel de ville de Stanstead-Est sert d'abord d'école élémentaire. De dimensions plus importantes que la plupart des écoles rurales, l'édifice compte aussi un grenier aménagé. Ce dernier sert de résidence à l'enseignant et à quelques élèves pensionnaires. L'école est financée à ses débuts par les frais de scolarité et des contributions volontaires. En 1829, le gouvernement du Bas-Canada promulgue la Loi des écoles de syndics. Cette loi permet notamment d'accorder des subventions pour payer le salaire des maîtres. L'école de Cassville profite de cette mesure. Elle acquiert ensuite le statut d'académie en 1856 grâce à la qualité de l'enseignement offert. Des élèves de langue française sont admis à l'école dès 1859. Dans la première moitié du XXe siècle, l'école est utilisée en alternance par les commissions scolaires catholiques et protestantes. En 1950, elle commence à servir d'hôtel de ville. Ce changement de vocation préserve la fonction publique que l'édifice remplit depuis sa construction.

L'hôtel de ville de Stanstead-Est présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin du peuplement du sud des Cantons-de-l'Est. Comme de nombreux villages situés près de la frontière étasunienne, le hameau de Cassville est fondé par un groupe venu de la Nouvelle-Angleterre. Le groupe « Nine Partners », qui est à l'origine du hameau de Cassville, est formé au New Hampshire. Il se compose notamment des trois frères Cass. Ceux-ci donnent leur nom au hameau en 1799. Deux édifices composent à l'origine le coeur du hameau, soit l'église méthodiste (1806) et l'école (1817). Depuis la démolition du lieu de culte, l'ancienne école constitue la plus ancienne trace de l'existence de Cassville.

L'hôtel de ville de Stanstead-Est présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il s'agit d'un exemple de bâtiment s'inspirant de l'architecture vernaculaire de la Nouvelle-Angleterre du début du XIXe siècle. Cette architecture intègre des éléments du courant néoclassique. Cependant, elle n'en retient que les traits essentiels soit le plan rectangulaire, la symétrie de la composition, quelques détails d'ornementation inspirés de l'époque classique et, parfois, l'aménagement de la façade principale dans l'un des murs pignons. L'hôtel de ville s'inspire de cette architecture par son plan rectangulaire, par son toit à deux versants droits et par sa façade symétrique aménagée dans l'un des murs pignons. Le bâtiment est recouvert de planches à clins, un parement largement utilisé en Nouvelle-Angleterre tout comme les fenêtres rectangulaires à guillotine et à petits carreaux. L'ornementation de l'hôtel de ville de Stanstead-Est est discrète, presque absente. Le bâtiment se distingue toutefois par son porche dans-oeuvre percé de trois portes, deux pour accéder à la pièce principale, disposées symétriquement, et une autre pour accéder au second étage. La facture sobre et soignée de l'hôtel de ville témoigne de l'influence de l'architecture de la Nouvelle-Angleterre sur les édifices du sud des Cantons-de-l'Est construits au début du XIXe siècle.

Source : Municipalité de Stanstead-Est, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'hôtel de ville de Stanstead-Est liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, la façade aménagée dans l'un des murs pignons, le porche dans-oeuvre;
- les matériaux, dont la tôle de la couverture, la planche à clins du parement;
- l'utilisation de différents types de planches pour le recouvrement, dont des planches plus longues en façade que sur les autres murs, des planches plus minces et plus larges au deuxième étage que sur le rez-de-chaussée;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à guillotine et à petits carreaux, leur disposition symétrique sur trois façades, les deux entrées disposées symétriquement au fond du porche dans-oeuvre, la porte sud s'ouvrant sur l'escalier menant à l'étage;
- l'ornementation simple, dont les chambranles, la plaque de bois en façade portant l'inscription « 1817 », les planches cornières, les planches de rives;
- l'annexe, dont sa disposition contre l'un des murs pignons, son plan rectangulaire, son élévation d'un étage, son toit à deux versants droits;
- son emplacement en milieu rural, à bonne distance des édifices voisins, près de champs cultivés, au sommet d'une légère élévation.

Haut de la page

Informations historiques

Le hameau de Cassville est fondé en 1799 par un groupe formé à Epson, au New Hampshire. Les « Nine Partners » incluent les trois frères Cass, qui donnent leur nom à l'emplacement. De foi protestante, le groupe construit rapidement les deux édifices constituant le coeur du village, soit l'église méthodiste (1806) et l'école (1817).

L'hôtel de ville de Stanstead-Est, servant à l'origine d'école, aurait été construit par corvées, sur une propriété privée. L'école fonctionne grâce aux frais de scolarité et aux contributions volontaires des parents. En 1829, le gouvernement du Bas-Canada promulgue la Loi des écoles de syndics, ce qui permet l'octroi de subventions couvrant le salaire des maîtres, dont profite l'école de Cassville. Le nombre d'élèves augmente rapidement, et l'école jouit d'une bonne réputation; elle acquiert le statut d'académie en 1856. Une subvention importante est alors versée, incluant des fonds pour construire un nouvel édifice, ce qui ne sera jamais réalisé. Dès 1859, les élèves francophones sont admis à l'académie. À partir de 1861, le nombre d'élèves décroît. En 1871, l'institution redevient une simple école élémentaire. En 1875, l'école devient publique à la suite de son achat par la Corporation des commissaires d'écoles du Canton de Stanstead. Le nombre d'élèves diminue au point où l'école ferme en 1913. En 1917, la commission scolaire catholique loue l'édifice. Il est ouvert pour les protestants en 1920 et en 1921, puis est à nouveau loué par la commission scolaire catholique en 1923.

En 1929, la population vote une résolution pour que l'hôtel de ville de Stanstead-Est, servant encore d'école, soit utilisé comme centre communautaire. Le grenier, utilisé autrefois pour héberger l'enseignant et quelques pensionnaires, est occupé par l'Independent Order of Good Temperance, la société d'histoire, puis par le Women's Institute. La commission scolaire catholique loue à nouveau l'édifice de 1942 à 1953.

En 1947, la commission scolaire protestante vend l'édifice à la Corporation municipale de Stanstead-Est. Le grenier est utilisé durant quelques années pour les réunions municipales, les danses et les événements sociaux. En 1950, l'édifice commence à servir d'hôtel de ville. En 1987, la démolition de l'hôtel de ville de Stanstead-Est est considérée afin de permettre la construction d'un nouvel édifice municipal.

L'hôtel de ville de Stanstead-Est est cité en 1988. La même année, des réparations sont faites aux fondations. En 1989, des travaux sont effectués pour réparer le perron, repeindre l'extérieur de l'édifice et remplacer les fenêtres. Le bâtiment sert encore d'hôtel de ville pour la municipalité de Stanstead-Est.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Coaticook

Municipalité :

  • Stanstead-Est

Adresse :

  • chemin Curtis

Lieux-dits :

  • Casseville

Localisation informelle :

Au sud du chemin Cassville, sur le côté ouest de la route 143.

Latitude :

  • 45° 5' 44.4"

Longitude :

  • -72° 3' 21.9"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Stanstead Canton de Stanstead Absent 966-4

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BAILLIE, Ray et Diana BAILLIE. Imprints II: Discovering the Historic Face of English Quebec. Montréal, Price-Patterson, 2003. s.p.
  • CARR, Wendell. L'école de Cassville : son architecture, son histoire, son importance pour la communauté. Stanstead-Est, Municipalité de Stanstead-Est, 1988. 45 p.
  • DOYON, Maxime. « Stanstead-Est considère son hôtel de ville comme un monument historique ». La Tribune, 11 mars 1988, p. A4.
  • FARFAN, Matthew. « Schoolhouses of the eastern townships ». FARFAN, Matthew et Quebec Anglophone Heritage Network. CyberMagazine Patrimoine des Cantons [En ligne]. http://www.townshipsheritage.com/SCHOOL.Tour.doc
  • LAPERRIÈRE, Hélène, dir. Promenades estriennes. Montréal, Éditions de l'Homme, 2005. 381 p.
  • MILLINGTON, Roger. « The Old Cassville Academy Now Municipal Hall, Stanstead East ». Patrimoine Estrie. Vol. 2, no 2 (1988), p. 3.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013