Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial du Sacré-Coeur

Images

Carte

Description

Le site patrimonial du Sacré-Coeur est un ensemble institutionnel de tradition catholique constitué à partir de 1903. Il comprend l'église du Sacré-Coeur, son presbytère ainsi que deux monuments religieux, dont un Sacré-Coeur. L'église, élevée de 1903 à 1905, est un bâtiment en pierre d'influence néogothique. Elle présente un plan en croix latine composé d'une nef à trois vaisseaux, d'un transept et d'un choeur en saillie terminé par une abside à pans coupés. Sa façade, encadrée de contreforts surmontés de pinacles, est dotée d'une imposante tour-clocher demi-hors oeuvre. La sacristie, érigée en 1919 et 1920, est greffée à l'abside dans le prolongement du choeur. Le presbytère, construit en 1918 et 1919, est un édifice en brique de plan en « U », à deux étages et demi, coiffé d'un toit à deux versants droits. Le corps central, doté d'un large porche à arcades brisées, est encadré d'ailes formant des avant-corps. Il est relié à l'église par une annexe située à l'arrière. La place de l'église, aménagée en terrasses, comprend un monument du Sacré-Coeur. L'ensemble est implanté sur un promontoire rocheux et domine le quartier du Bassin, un ancien secteur ouvrier de l'arrondissement municipal de Chicoutimi de la ville de Saguenay.

Ce bien est classé site patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2001-03-29
 
Citation Situé dans un site patrimonial Municipalité (Saguenay)
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial du Sacré-Coeur présente un intérêt pour sa valeur historique. L'ensemble témoigne de la présence et de l'oeuvre des Eudistes à Chicoutimi. Cette congrégation, fondée en France en 1643, s'exile au Québec en 1903 afin de fuir l'anticléricalisme. Elle obtient la charge de la préfecture apostolique du golfe du Saint-Laurent et se voit confier la paroisse du Sacré-Coeur, érigée en 1903. Celle-ci dessert essentiellement des ouvriers établis à proximité de la Compagnie de pulpe de Chicoutimi, dans le quartier du Bassin. Dès leur arrivée, les Eudistes font construire l'église. Ils s'établissent en 1904 dans un petit hôtel situé au pied de la côte où elle est élevée jusqu'à l'édification de leur presbytère, en 1918 et 1919, qui complète l'ensemble institutionnel. La communauté assume la charge curiale de la paroisse jusqu'en 1996. L'ensemble paroissial est érigé sur un promontoire rocheux nommé le Cran Chaud. Il domine le quartier du Bassin, un ancien secteur ouvrier à l'ouest de l'arrondissement. L'église domine le paysage et fait face à la cathédrale de Saint-François-Xavier, élevée dans le centre institutionnel. Deux monuments religieux, dont un Sacré-Coeur disposé sur la place de l'église, complètent l'aménagement du lieu. Développé à proximité de la rivière Chicoutimi, le site rappelle la contribution des Eudistes à l'ancienne ville de Chicoutimi.

Le site patrimonial du Sacré-Coeur présente aussi un intérêt pour sa valeur architecturale. Les édifices formant le noyau paroissial sont conçus par deux architectes de renom. L'église est élevée de 1903 à 1905 d'après les plans de l'architecte René-Pamphile Lemay (1870-1915). D'influence néogothique, la façade est caractérisée par une imposante tour-clocher surmontée d'une haute flèche, des portails et des ouvertures à arc brisé, des contreforts et des pinacles ornés de fleurons. Une sacristie est ajoutée en 1919 et 1920 d'après les plans de l'architecte Alfred Lamontagne (1883-1967). C'est également ce dernier qui dessine les plans du presbytère, situé à proximité, en 1918 et 1919. Ses dimensions imposantes et son traitement le rattachent aux maisons bourgeoises de la même époque. Il est caractérisé entre autres par un parement en brique, une élévation de deux étages et demi, un soubassement en pierre, des ailes latérales formant des avant-corps, des lucarnes à pignon ornées et un porche à arcades brisées. Un solarium est annexé latéralement. L'église du Sacré-Coeur et son presbytère forment ainsi un ensemble remarquable par leur qualité architecturale.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial du Sacré-Coeur liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur le Cran Chaud, dans le quartier du Bassin, à proximité de la rivière Chicoutimi;
- les caractéristiques de l'église, dont le plan en croix latine composé d'une nef à trois vaisseaux, d'un transept et d'un choeur en saillie terminé par une abside à pans coupés, le toit à deux versants couvert de tôle à baguettes, la maçonnerie en pierre, les détails contrastants en pierre de taille lisse, la façade d'inspiration néogothique (dont la tour-clocher demi-hors oeuvre, la flèche, les contreforts, les pinacles ornés de fleurons, les ouvertures à arc brisé, les trois portails à arc brisé et les chambranles en pierre de taille ainsi que la corniche moulurée des rampants), les composantes des longs-pans, du transept et du choeur (dont les ouvertures à arc brisé ainsi que les roses et les chambranles en pierre de taille), ainsi que la sacristie dans le prolongement du choeur (dont le toit à deux versants droits, les ouvertures rectangulaires et à arc brisé ainsi que les chambranles en pierre de taille);
- le parvis de l'église orné d'un monument du Sacré-Coeur et aménagé en terrasses;
- les caractéristiques du presbytère, dont le plan en « U » à deux étages et demi, les ailes latérales formant des avant-corps, le toit à deux versants du corps central, le haut toit à croupes des ailes, le soubassement en pierre, le parement en brique, la couverture en tôle à baguettes, certains détails architecturaux en pierre de taille, les fenêtres rectangulaires surmontées d'une imposte (certaines groupées par trois), la porte d'entrée à double vantail à arc brisé (inscrite dans un portail rectangulaire), les lucarnes à pignon, le large porche à arcades brisées et le balcon au-dessus, les éléments décoratifs (dont la corniche moulurée à modillons, les ornements des lucarnes, les grilles faîtières en fer forgé, les épis ainsi que les chambranles, les linteaux et le bandeau soulignant le haut des fondations en pierre de taille), l'annexe latérale ainsi que l'annexe arrière reliant le presbytère à l'église;
- le monument religieux dans la cour du presbytère.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial du Sacré-Coeur se situe dans la partie ouest de l'ancienne ville de Chicoutimi, dans le quartier Le Bassin.

En 1676, un poste de traite est établi à proximité d'un bassin de la rivière Saguenay, à l'embouchure de la rivière Chicoutimi. Une chapelle est construite la même année, mais elle est détruite par le feu en 1682. En 1726, le père Pierre-Michel Laure (1688-1738), un missionnaire jésuite, fait élever une chapelle en bois à l'emplacement du premier temple. Après la Conquête, le poste de traite est repris par les marchands de fourrures britanniques. Toutefois, les Jésuites continuent de desservir la chapelle. De 1782 à 1845, le lieu de culte est visité sporadiquement par un prêtre séculier.

En 1843, attirés par le potentiel hydroélectrique de la rivière, William Price (1789-1867) et son associé Peter McLeod fils (vers 1807-1852) acquièrent un site entre la rivière et le poste de traite et y installent une scierie. Celle-ci devient rapidement la plus importante industrie du Saguenay et attire de nombreux ouvriers, qui s'établissent à proximité. En 1892, l'évêque du diocèse de Chicoutimi, Michel-Thomas Labrecque (1849-1932), fait construire une chapelle en brique sur le même emplacement que les deux chapelles précédentes. Inaugurée en 1893 et placée sous le patronage du Sacré-Coeur, elle est desservie jusqu'en 1903 par les prêtres de l'évêché et de la paroisse de Chicoutimi.

En 1903, la paroisse du Sacré-Coeur est érigée dans le contexte de l'accroissement de la population de la ville, et plus particulièrement de celle du Bassin. Elle est confiée aux Eudistes, une congrégation religieuse fondée en France en 1643 et en exil au Québec pour fuir l'anticléricalisme. Ces derniers obtiennent également la charge de la préfecture apostolique du golfe du Saint-Laurent. Dès son arrivée, la congrégation reçoit de la Compagnie de pulpe de Chicoutimi, fondée en 1896, un terrain pour la construction d'une église et d'un presbytère. Le sol étant instable, les Eudistes optent plutôt pour un emplacement situé sur le Cran Chaud, dont une partie appartient à la Compagnie. Celle-ci cède à la congrégation ses droits de propriété en échange du terrain de la chapelle du Sacré-Coeur. Les travaux de construction de l'église débutent en 1903 d'après les plans de l'architecte René-Pamphile Lemay (1870-1915). Pour des considérations financières, l'édification d'un presbytère est remise à plus tard. Les Eudistes utilisent comme maison curiale un petit hôtel acquis d'Eugène Belley en 1904, situé au coin des rues Taché et Bossé, au pied de la côte qui conduit à l'église. Celle-ci est achevée et bénite en 1905.

En 1915, une place de l'église est créée et un monument du Sacré-Coeur est installé. En 1918 et 1919, le presbytère est construit à proximité d'après les plans de l'architecte Alfred Lamontagne (1883-1967). Ce dernier dessine également les plans de la sacristie, élevée en 1919 et 1920. Au cours des années suivantes, des démarches sont entreprises pour la mise à l'épreuve du feu de l'église ainsi que pour l'achèvement du décor intérieur. Les travaux sont réalisés en 1928 et 1929 d'après les plans de Lamontagne. Au début des années 1940, la portion de terrain en façade, le long de la rue Bossé, est aménagée en paliers avec une série d'escaliers.

Le site du patrimoine de la place de l'église Sacré-Coeur est constitué en 1992. Il inclut notamment l'église du Sacré-Coeur et son presbytère.

En 1996, les Eudistes quittent la paroisse du Sacré-Coeur. En 2000, le presbytère est restauré et accueille des organismes communautaires.

Le site patrimonial du Sacré-Coeur est classé en 2001. L'église du Sacré-Coeur et son presbytère sont classés au même moment. Le site du patrimoine de la place de l'église Sacré-Coeur devient un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Chicoutimi

Adresse :

  • rue Bossé

Latitude :

  • 48° 25' 27.3"

Longitude :

  • -71° 4' 35.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Chicoutimi Ville de Chicoutimi Absent 1164 ptie
787 ptie
790 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOUCHARD, Russel et Gaston GAGNON. Chicoutimi: guide d'excursion et d'interprétation du patrimoine. Chicoutimi, Ville de Chicoutimi/ministère des Affaires culturelles, 1992. 66 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DIEUDONNÉ, Patrick, Lucie K. MORISSET et Luc NOPPEN. Patrimoines modernes : l'architecture du vingtième siècle à Chicoutimi. Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec, 2004. 191 p.
  • NOPPEN, Luc. L'église et le presbytère du Sacré-Coeur à Chicoutimi. Étude historique et analytique du potentiel monumental. Chicoutimi, ministère de la Culture et des Communications, Direction régionale du Saguenay-Lac-Saint-Jean, 2000. 113 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013