Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église Saint-George

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Église anglicane St. George
  • St-George's Church

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Saint-Georges-de-Clarenceville

Date :

  • 1818 – 1820 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Anglicanisme)

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (1)

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'église Saint-George est un lieu de culte anglican construit de 1818 à 1820. Le bâtiment en bois présente un plan composé d'une nef rectangulaire à un vaisseau et d'un petit choeur à pans coupés, en saillie et flanqué d'annexes, érigé en 1864 et 1865. La façade comporte une imposante tour centrale hors oeuvre ajoutée en 1846, qui est surmontée d'une balustrade et d'un clocher à pinacles. Le lieu de culte est coiffé d'un toit à deux versants droits de pente faible. L'église est située à une intersection, dans le noyau villageois de Saint-Georges-de-Clarenceville.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Un site inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Plan au sol :

Rectangulaire avec abside en hémicycle ou à pans coupés

Nombre d'étages :

2 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Bois

Saillies :

  • Cheminée
  • Clocher
  • Tour

Fondations :

  • Béton
  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Bois (Planche à clins)
  • Façade droite : Bois (Planche à clins)
  • Façade gauche : Bois (Planche à clins)
  • Façade avant : Bois (Planche à clins)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle pincée

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à imposte

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux, à battants

Fenêtre(s) :

  • à arc brisé, À guillotine
  • à arc brisé, Fixe
  • cintrée, À guillotine
  • cintrée, À guillotine
  • cintrée, Fixe
  • circulaire, Fixe
  • Rectangulaire, À guillotine, à carreaux
  • Rectangulaire, À guillotine, à carreaux
  • Rectangulaire, Fixe

Éléments architecturaux :

  • Aisseliers
  • Corniche à denticules
  • Entablement
  • Mosaïque
  • Ornement sculpté
  • Pilastre
  • Pinacle

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1983-10-08
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église Saint-George présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment évoque l'arrivée en 1783 et 1784 des premières familles loyalistes sur les terres de la seigneurie de Foucault, alors louée à Henry Caldwell (vers 1735-1810), ainsi que leur organisation religieuse. Parmi ces familles, celles de confession anglicane sont d'abord desservies par des missionnaires, dont les révérends Charles Caleb Cotton (1775-1848) et Charles James Stewart (1775-1837). La future paroisse prend forme avec la venue en 1815 du premier missionnaire résidant, le révérend Micajah Townsend (1789-1871). Elle est érigée officiellement en 1822. Townsend dirige la construction de l'église de 1818 à 1820. Ce temple témoigne donc de l'établissement de l'Église d'Angleterre au Québec, où il figure parmi les premiers lieux de culte anglicans.

L'église Saint-George présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le lieu de culte reflète une influence de la Nouvelle-Angleterre par sa structure en bois et son volume simple, constitué à l'origine d'une nef rectangulaire coiffée d'un toit à deux versants droits. La façade principale était initialement située sur un long-pan, à la manière des « meetings houses » américaines du XVIIIe siècle. Le déplacement de la façade sur le mur pignon ouest et l'ajout de la tour en 1846 rendent le bâtiment semblable à la majorité des églises anglicanes du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle et lui donnent plus de prestance. La tour est couronnée en 1854 de pinacles aux angles et d'un clocher. En accord avec le renouveau liturgique, un choeur en saillie est bâti en 1864 et 1865; comme le veut la tradition chrétienne, il est orienté vers le soleil levant, symbole du Christ ressuscité. En 1879, l'église est mise au goût du jour par l'ajout des moulures en bois richement ouvragées et la transformation des ouvertures. Ces modifications témoignent de l'éclectisme victorien de la fin du XIXe siècle. En raison de son ornementation extérieure, l'église Saint-George est un exemple exceptionnel d'église anglicane au Québec.

L'église Saint-George présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique liée à son décor intérieur. L'espace a été adapté au renouveau de la liturgie anglicane, influencée par le mouvement d'Oxford à partir de 1830. Entre autres, les bancs qui faisaient face au long-pan nord sont orientés vers le nouveau choeur, à la suite du déplacement de la façade. Avec l'ajout du choeur en saillie, l'église est dotée d'éléments typiques des intérieurs anglicans de la seconde moitié du XIXe siècle, parmi lesquels figurent l'arc brisé qui sépare le choeur de la nef, les vitraux dont le triptyque du choeur installé en 1867, la chaire disposée à l'entrée du choeur, l'orgue et les fonts baptismaux. Quant au décor actuel de la nef, constitué de pilastres et d'arcades moulurées, il est réalisé entre 1911 et 1925 afin de rappeler l'ornementation extérieure. Ce lieu de culte est ainsi un témoin de l'évolution des églises anglicanes au XIXe siècle.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'église Saint-George liés à ses valeurs historique, architecturale et artistique comprennent, notamment :
- sa situation dans le noyau villageois, à la croisée de chemins anciens;
- son volume, dont le plan composé d'une nef rectangulaire à un vaisseau et d'un choeur à pans coupés en saillie et flanqué d'annexes, le toit à deux versants droits de pente faible de la nef, le toit à croupes du choeur ainsi que le toit en appentis des annexes;
- ses matériaux, dont les fondations en moellons, le revêtement de planches à clins, la couverture en tôle à baguettes, la souche de cheminée en brique ainsi que les ouvertures et l'ornementation en bois;
- les composantes de la façade, dont la tour centrale hors oeuvre (porte à double vantail surmontée d'une imposte cintrée aveugle, oculus, entablement, balustrade et clocher octogonal très ouvragé ornés de pinacles), le fronton délimité par un entablement, les pilastres, les planches cornières, les fenêtres cintrées à grands carreaux, les chambranles moulurés ornés de clefs, les archivoltes ainsi que les consoles sous les appuis des fenêtres;
- les composantes des longs-pans, du mur est de la nef et du choeur, dont la baie triple à arc brisé surmontée d'un pignon du chevet, les fenêtres cintrées à grands carreaux, l'entablement, les pilastres, les planches cornières, les chambranles moulurés ornés de clefs, les archivoltes ainsi que les consoles sous les appuis des fenêtres;
- la plaque de la tour portant l'inscription « St-George's Church Erected 1818 Restored 1879 »;
- le décor intérieur, dont la fausse voûte en arc-de-cloître de la nef et celle en arc brisé du choeur soulignées d'une corniche, l'arc brisé orné d'une archivolte séparant le choeur de la nef, le lambris en bois teint du choeur, les pilastres, les chambranles moulurés, les arcades cintrées de part et d'autre de l'entrée du choeur (celle de droite accueillant l'orgue) ainsi que les arcades en accolade très ouvragées des longs-pans;
- le maître-autel et la chaire en bois teint ainsi que les fonts baptismaux en pierre grise et en bois;
- les vitraux.

Haut de la page

Informations historiques

L'église Saint-George est associée à l'arrivée, en 1783 et 1784, de familles loyalistes venues la Nouvelle-Angleterre pour s'établir dans les régions frontalières du Québec. Certaines d'entre elles s'établissent dans la seigneurie de Foucault, alors louée à Henry Caldwell (vers 1735-1810). Ils formeront une petite agglomération qui sera nommée Clarenceville (1845), puis Saint-George-de-Clarenceville (1957).

À partir de 1800, les familles de confession anglicane sont desservies par des missionnaires, entre autres les révérends Charles Caleb Cotton (1775-1848) et Charles James Stewart (1775-1837). En 1815, le révérend Micajah Townsend (1789-1871) devient le premier missionnaire résidant de la future paroisse de Saint-George, érigée officiellement en 1822, où il demeure en poste jusqu'à sa mort. Sa mission l'amène à Noyan, Henryville, Philipsburg, Pike River et dans les communautés voisines du Vermont. Il est inhumé près du long-pan nord de l'église. Un monument funéraire marque toujours sa sépulture.

La construction d'une église, dirigée par le pasteur, débute en 1818 et se termine en 1820. Il s'agit de l'un des premiers lieux de culte anglican au Québec. L'emplacement choisi se situe à la croisée des chemins. À l'origine, l'église présentait un plan rectangulaire, sans tour ni choeur en saillie, et la porte d'entrée se situait sur le long-pan faisant face au chemin. En 1846, la façade est déplacée sur le mur pignon ouest et une tour est ajoutée. Les bancs, qui faisaient jusqu'alors face au long-pan nord, sont remplacés. Les nouveaux bancs sont orientés vers le choeur récemment aménagé. La tour est couronnée en 1854 de pinacles aux angles, de créneaux et d'un clocher.

Le choeur en saillie de l'église Saint-George est édifié en 1864 et 1865 et flanqué d'annexes. Il est séparé de la nef par un arc brisé. Le vitrail qui orne la baie triple du chevet est installé en 1867. Des travaux sont réalisés en 1879 afin de mettre l'extérieur au goût du jour. L'ensemble des ouvertures est transformé, et le clocher ainsi que la tour et les longs-pans sont parés de riches moulures. Le décor de la nef, constitué de pilastres et d'arcades moulurées, est réalisé entre 1911 et 1925. Il compte des vitraux donnés par des paroissiens au cours de cette dernière année.

L'église Saint-George est classée en 1983. Elle est encore ouverte au culte.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Le Haut-Richelieu

Municipalité :

  • Saint-Georges-de-Clarenceville

Adresse :

  • rue Front Nord

Lieux-dits :

  • Clarenceville

Localisation informelle :

L'église se situe au coeur du noyau villageois, à l'angle des rues Front Nord et Principale.

Latitude :

  • 45° 3' 50.026"

Longitude :

  • -73° 14' 48.813"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Missisquoi Paroisse de Saint-Georges-de-Clarenceville Absent P 475
P 477

Code Borden

BgFh-24      

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BOURGET, Charles. « L'église anglicane de St. George de Clarenceville. Un clocher comme une dentelle de bois ». Fondation du patrimoine religieux du Québec. Fondation du patrimoine religieux du Québec [En ligne]. http://www.patrimoine-religieux.qc.ca/sgeocla/sgeoclaf.htm
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • Ethnotech inc. Église Saint-Georges. Études, relevés et analyse. Québec, Ministère des Affaires culturelles, Direction générale du patrimoine, Division études et expertises, 1982. 49 p.
  • NOPPEN, Luc. « Église anglicane St. George ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 325-326.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013