Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Gervais-Roy

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • avant 1802 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (5)

Images

Carte

Description

La maison Gervais-Roy est une ancienne maison de ferme d'influence française construite dans le dernier quart du XVIIIe siècle et agrandie vers 1840. Ce bâtiment en pierre de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffé d'un toit à deux versants retroussés flanqué de souches de cheminée. Une galerie est aménagée en façade. Un appentis en bois s'appuie à l'arrière, à l'angle du mur pignon est. La maison Gervais-Roy, implantée en retrait de la rue, se trouve aujourd'hui en milieu urbain, dans l'arrondissement municipal de Saint-Léonard de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1981-01-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Gervais-Roy présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative de la maison d'inspiration française. Construite dans le dernier quart du XVIIIe siècle, la demeure est agrandie latéralement vers 1840, passant ainsi d'un plan carré à un plan rectangulaire. La partie ancienne a conservé une charpente apparente, et les combles ont gardé leur fonction de grenier. La résidence en moellons crépis présente des éléments architecturaux d'origine, tels que son gabarit imposant, son solage peu dégagé, son toit à deux versants très inclinés, son fenêtrage et ses deux cheminées à double lumière, dont une « menteuse », situées dans le prolongement des murs pignons. La maison Gervais-Roy illustre l'évolution de l'habitation rurale de tradition française par son agrandissement latéral. L'intérieur présente en outre des éléments d'intérêt, dont le mur de refend en pierre du sous-sol, les foyers, les poutres en bois apparentes ainsi que le mobilier encastré.

La maison Gervais-Roy présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. La résidence est située en retrait de la chaussée. Voisinant d'autres bâtiments anciens en pierre de la rue Jarry, elle évoque l'ancienne côte Saint-Michel, l'un des rangs de la paroisse du Sault-au-Récollet, qui s'est développée grâce aux concessions des Sulpiciens à partir de 1700. La maison Gervais-Roy constitue donc un bel exemple du passé rural de l'ancienne ville de Saint-Léonard.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Gervais-Roy liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa position en retrait de la chaussée;
- la proximité sur la même rue d'autres bâtiments anciens en pierre;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi sur un solage peu dégagé ainsi que le toit aigu à deux versants retroussés protégeant une galerie à l'avant;
- ses matériaux, dont la maçonnerie de moellons ainsi que la couverture en tôle à baguettes;
- ses ouvertures, dont les fenêtres en bois à battants et à grands carreaux, la porte en bois, les lucarnes à fronton ainsi que les chambranles en bois;
- les deux souches de cheminée en maçonnerie de pierre et de brique (dont une menteuse) placées dans le prolongement des murs pignons;
- l'appentis en bois à l'arrière, à l'angle du mur pignon est;
- les caractéristiques intérieures, dont le mur de refend au sous-sol, les foyers, les poutres apparentes et le mobilier encastré.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Gervais-Roy se situe dans l'ancienne paroisse du Sault-au-Récollet, un village essentiellement agricole aujourd'hui intégré à la ville de Montréal. Ce village, qui s'est développé grâce aux concessions des Sulpiciens à partir de 1700, relevait du développement du fort Lorette, construit en 1696 en bordure de la rivière des Prairies. En 1721, un terrain de la côte Saint-Michel est concédé à Pierre Dagenay (1672-1749), lieutenant de Saint-Michel. Ce dernier cède sa terre dès 1723 à Jean Gauthier dit Saint-Germain (né en 1682), qui l'agrandit un an plus tard. Sa fille Marie-Louise Gauthier (1718-1801), veuve de Philippe Gervaise (1708-1739), en hérite en 1745. Un inventaire des biens de Marie-Louise Gauthier réalisé en 1752 fait mention d'une maison en pieux debout, d'une grange et d'une étable. En 1752, elle épouse en secondes noces Louis Belèque (1726-1756). À la suite du décès de Bélèque, l'inventaire des biens de la communauté mentionne des clôtures neuves et une nouvelle maison, sans préciser les matériaux de construction.

En 1770, Marie-Louise Gauthier cède sa terre à son fils Jean-Baptiste Gervais (né en 1739). En 1773, ce dernier épouse Marie-Anne Le May (née en 1747). Leur fils Louis-Casimir (né en 1778) reçoit la terre et la maison, à charge de payer une rente viagère, par un contrat notarié daté du 9 avril 1802. C'est dans ce document qu'une maison en pierre est mentionnée pour la première fois. Celle-ci aurait été construite par Jean-Baptiste Gervais après 1770. Le 21 mars 1822, Louis-Casimir Gervais morcelle sa terre en vendant un lot d'un arpent de front sur quarante de profondeur à Paul Corbeil.

En juillet 1823, Louis-Casimir Gervais cède sa propriété à Toussaint-Paul Roy. À la suite du décès de Roy en 1833, Sophie Dagenais se remarie à Augustin David. En 1836, celui-ci récupère le lot vendu en 1822. En 1854, les époux donnent leur propriété à leur fils Augustin David, contre une rente viagère. Ils se réservent la moitié de la maison, et comme leur fils est mineur, ils accordent pour six ans la jouissance de l'autre moitié à Louis Roy, fils issu du premier mariage de Sophie Dagenais. Ce dernier acquiert la propriété en 1883, et sa famille la conserve jusqu'en 1940.

La maison Gervais-Roy est reconnue en 1981. Elle a été complètement restaurée de 2002 à 2006. Elle est devenue classée à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012. La demeure conserve sa vocation résidentielle.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Saint-Laurent

Adresse :

  • 6255, rue Jarry Est

Lieux-dits :

  • Saint-Léonard

Latitude :

  • 45° 35' 34.341"

Longitude :

  • -73° 35' 2.639"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 335 687

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BÉLANGER, Christian et al. Le patrimoine de Montréal. Document de référence. Montréal, Ministère de la Culture et des Communications / Ville de Montréal, 1998. 168 p.
  • BENOÎT, Michèle et Roger GRATTON. Pignon sur rue : les quartiers de Montréal. Montréal, Guérin littérature, 1991. 393 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DESJARDINS, Pierre. Maison Gervais-Roy. Montréal, ministère des Affaires culturelles, Direction Générale du Patrimoine, Direction de l'Inventaire, s.d. s.p.
  • HALLÉ, Jacqueline. « Maison Gervais-Roy ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 160.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013