Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Paul

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Église de Saint-Paul de l'Industrie

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Saint-Paul

Date :

  • 1803 – 1804 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (8)

Voir la liste

Inventaires associés (2)

Carte

Description

L'église de Saint-Paul est un lieu de culte de tradition catholique construit en 1803 et 1804. Le bâtiment en moellons présente un plan en croix latine composé d'une nef à trois vaisseaux, d'un transept et d'un choeur terminé par une abside en hémicycle. La façade, très simple, comprend un portail central d'inspiration classique, des ouvertures latérales cintrées, deux oculus dans le pignon et un clocher reposant sur le faîte du toit à deux versants droits. La sacristie en moellons est greffée à l'abside dans le prolongement du choeur. De plan rectangulaire à un étage et demi, elle est coiffée d'un toit à deux versants droits. L'église de Saint-Paul est encadrée par le cimetière paroissial, le presbytère et une ancienne grange. L'ancien couvent des Soeurs de la Providence (1885) s'élève à proximité. L'édifice est situé dans une plaine agricole, au coeur de la municipalité de Saint-Paul.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Il bénéficie d'une aire de protection.

Plan au sol :

Croix latine

Nombre d'étages :

1

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Agrandissement
  • Sacristie

Saillies :

  • Clocher

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois massif, à imposte

Autre(s) porte(s) :

  • bois massif, à imposte
  • bois massif, à imposte
  • bois, à panneaux
  • contemporaine

Fenêtre(s) :

  • cintrée
  • circulaire, Oculus
  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux
  • Rectangulaire, Fixe

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Chaîne d'angle
  • Chambranle
  • Clé
  • Pierre millésimée
  • Pilastre
  • Portail
  • Retour de l'avant-toit

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1973-10-24
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1975-05-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Paul présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment, érigé en 1803 et 1804, illustre l'influence d'un modèle mis au point par l'abbé Pierre Conefroy (1752-1816) pour l'église de Sainte-Famille de Boucherville (1801). Conefroy s'inspire de la tradition architecturale des siècles précédents, tout en y apportant quelques innovations. Il regroupera les données relatives à la construction des églises dans un plan et devis détaillé aujourd'hui perdu, mais qui a guidé les constructeurs dans les premières décennies du XIXe siècle. L'église de Saint-Paul est fidèle à la tradition par sa maçonnerie en moellons, son plan en croix latine composé d'une nef, d'un transept et d'un choeur terminé par une abside en hémicycle et sa façade simple surmontée d'un clocher disposé sur le faîte du toit à deux versants droits. Cette façade, presque identique à celle de l'église de Boucherville, comprend un portail central en pierre de taille d'inspiration classique, deux portes et deux fenêtres latérales cintrées ainsi que deux oculus dans le pignon. L'église de Saint-Paul rappelle ainsi l'évolution de l'architecture religieuse québécoise et l'influence du néoclassicisme au tournant du XIXe siècle.

L'église de Saint-Paul présente un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique liée à son décor intérieur. Ce décor témoigne de la finition des églises au XIXe siècle. D'une part, il illustre l'esthétique ornemaniste diffusée par les sculpteurs associés à l'atelier des Écores (de Saint-Vincent-de-Paul sur l'île Jésus), principalement actifs dans la région de Montréal dans les premières décennies du XIXe siècle. Le foisonnement des motifs végétaux finement sculptés, les volutes, les tombeaux à la romaine ainsi que l'abat-voix orné de glands sont typiques de leur vocabulaire formel. D'autre part, le décor rappelle une pratique courante à la fin du XIXe siècle, qui consiste à mettre au goût du jour certains de ses éléments. Ainsi, le couvrement est refait vers 1880 selon les plans de l'architecte Victor Bourgeau (1808-1889). La fausse voûte du vaisseau central et du transept ainsi que le plafond des collatéraux, formés de caissons ornés de rosaces, sont représentatifs de la production de Bourgeau inspirée par sa visite de la basilique Saint-Pierre de Rome en 1857. La coupole surbaissée ornée d'une rose à la croisée du transept est particulièrement élaborée. Ces composantes forment un ensemble d'une grande richesse.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'église de Saint-Paul liés à ses valeurs architecturale et artistique comprennent, notamment :
- sa situation dans un ensemble institutionnel, au coeur de la municipalité;
- son implantation dans une plaine encore agricole;
- son volume, dont le plan en croix latine, la nef à trois vaisseaux, le transept, le choeur terminé par une abside en hémicycle et la sacristie;
- les matériaux, dont la maçonnerie de moellons, les ouvertures en bois et la couverture en tôle à la canadienne;
- les composantes de la façade, dont la grande porte centrale et les deux portes latérales plus petites surmontées d'une imposte en hémicycle, le portail composé de pilastres supportant un entablement, les fenêtres cintrées du second registre, les deux oculus, les chambranles en pierre de taille et le clocher reposant sur le faîte;
- les composantes des longs-pans, du transept et du choeur, dont les grandes fenêtres rectangulaires à petits carreaux surmontées d'une imposte cintrée et les lucarnes à pignon (dotées d'une fenêtre à arc surbaissé à petits carreaux) aux extrémités des chapelles;
- les éléments de la sacristie, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, les fenêtres rectangulaires à battants et à grands carreaux ainsi que la petite fenêtre à quatre carreaux du pignon;
- le chemin couvert;
- le décor intérieur de l'église, dont la fausse voûte surbaissée à caissons du vaisseau central et du transept, le cul-de-four du choeur, le plafond à caissons des collatéraux, la coupole surbaissée ornée d'une rose à la croisée du transept, les arcs doubleaux supportés par des consoles, les écoinçons ornés d'appliques, l'entablement sculpté, les piliers séparant le vaisseau central des collatéraux, les pilastres corinthiens, les arcs supportés par des consoles à l'entrée de chaque bras du transept, les clefs de voûte couronnant les ouvertures, la tribune arrière logeant l'orgue Casavant et les lambris de demi-revêtement;
- le maître-autel (doté d'un retable-tabernacle servant de support au tableau du maître-autel), les autels latéraux et la chaire;
- les bancs cloisonnés;
- les éléments intérieurs de la sacristie, dont la fausse voûte en arc-de-cloître recouverte de lattes de bois, la corniche à modillons, le chasublier, les confessionnaux et les armoires.

Haut de la page

Informations historiques

L'église de Saint-Paul a été précédée par une chapelle aménagée dans un presbytère construit en 1783. Rapidement, le bâtiment ne convient plus aux besoins de la population grandissante. En 1802, le curé Michel-Olivier Gosselin (1773-1810) reçoit la permission de bâtir une église, qui est érigée en 1803 et 1804 sous la supervision de Michel Gosselin, entrepreneur de Saint-Paul et père du curé. L'édifice est inspiré de l'église de Sainte-Famille de Boucherville, conçue par l'abbé Pierre Conefroy (1752-1816), curé de cette paroisse. Conefroy est l'auteur d'un plan et devis aujourd'hui perdu, mais qui a guidé les constructeurs dans les premières décennies du XIXe siècle.

Le décor intérieur est entrepris en 1821 par Chrysostôme Perrault (1793-1829), un sculpteur formé auprès d'Amable Charron (1785-1844). La fabrique l'engage pour réaliser plusieurs éléments, dont la fausse voûte, le maître-autel, la chaire et le clocher à deux lanternes qui surmonte la façade. À partir de 1826, le sculpteur Pierre Guibord, qui a fait son apprentissage auprès de Louis Quévillon (1749-1823), prend le relais. Son travail s'étend sur une dizaine d'années. Il exécute entre autres l'entablement, les autels latéraux selon le modèle de ceux de l'église de Sainte-Élisabeth et le chandelier pascal. En 1831, la paroisse de Saint-Paul est érigée canoniquement.

Des travaux importants sont effectués vers 1880, notamment à l'intérieur, où le couvrement est refait selon les plans de l'architecte Victor Bourgeau (1809-1888). Les piliers et la tribune arrière sont ajoutés au même moment et un chemin couvert vient relier la sacristie et l'église. La sacristie actuelle est construite en 1904. La tribune arrière loge un orgue Casavant et Frères installé la même année.

L'intérieur compte également plusieurs tableaux. Celui du maître-autel, « La Prédication de saint Paul », et ceux de la nef, « La Stigmatisation de saint François » et « Le Repos de la Sainte Famille », sont achetés en 1815 au peintre Louis Dulongpré (1759-1843). Un autre tableau, « Le Baptême du Christ », placé dans le bras sud du transept, est attribué à Jean-Baptiste Roy-Audy (1778-1848).

L'église de Saint-Paul est classée en 1973. Elle bénéficie d'une aire de protection depuis 1975.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • Joliette

Municipalité :

  • Saint-Paul

Adresse :

  • 8, boulevard Brassard

Lieux-dits :

  • Saint-Paul de l'Industrie

Localisation informelle :

L'église est située à l'intersection de la route 343.

Latitude :

  • 45° 59' 1.5"

Longitude :

  • -73° 26' 47.5"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Joliette Paroisse de Saint-Paul Absent 348

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BOURGET, Charles. « L'église Saint-Paul de Joliette : la persistance tardive au 19e siècle des formes traditionnelles québécoises ». Fondation du patrimoine religieux du Québec. Fondation du patrimoine religieux du Québec [En ligne]. http://www.patrimoine-religieux.qc.ca/spaujoliette/spaujoliettef.htm
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Église Saint-Paul-de-Joliette ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 459-460.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013