Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Vieux moulin à eau Desgagné de l'Isle-aux-Coudres

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • L'Isle-aux-Coudres

Date :

  • 1826 (Construction)

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Moulins à farine)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Carte

Description

Le moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres est un moulin à farine construit en 1826. Le bâtiment en pierre de plan rectangulaire, à deux étages et demi, est coiffé d'un toit à deux versants droits. Il surplombe la rivière Rouge, à l'extrémité ouest de l'île, dans la municipalité de L'Isle-aux-Coudres, sur le même terrain qu'un moulin à vent.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1963-12-12
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et architecturale. Il est représentatif d'un type de bâtiment industriel, le moulin à farine. L'édifice en pierre est caractéristique des moulins à eau par son volume et par ses mécanismes. Les ouvertures distribuées de façon asymétrique reflètent la double fonction initiale du bâtiment : d'un côté se trouvait le logement du meunier et de l'autre, les mécanismes. Restauré dans les années 1980, ce moulin conserve toujours plusieurs éléments architecturaux d'origine. Par ailleurs, ce moulin à eau érigé au bord de la rivière Rouge, sur un grand terrain dégagé, côtoie un moulin à vent construit quelques années plus tard. Leur présence simultanée permettait de profiter au maximum des sources d'énergie disponibles, l'eau et le vent. Ce cas est unique au Québec.

Le moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur technologique. La meule est actionnée grâce à la force exercée par l'eau sur une roue à aubes. Le moulin possède encore tous ses mécanismes et est maintenu fonctionnel. Le barrage et le canal d'amenée en bois existent toujours. Le moulin permet ainsi de se familiariser avec une technologie ancienne et un savoir-faire traditionnel et évoque le mode de vie des meuniers du XIXe siècle au Québec.

Le moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique en tant que témoin du régime seigneurial. Ce moulin est dit « banal », car le régime seigneurial impose aux seigneurs l'obligation de construire un moulin pour leurs censitaires, qui doivent y faire moudre leur grain et payer en retour un droit de mouture, nommé droit de banalité. Le moulin est parfois affermé contre le paiement de rentes annuelles, mais les seigneurs conservent leur droit de banalité. Au début du XIXe siècle, malgré les risques de la traversée par bateau, les habitants de L'Isle-aux-Coudres doivent souvent aller à Baie-Saint-Paul ou aux Éboulements pour moudre leur grain, le premier moulin à vent bâti sur cet emplacement ne suffisant plus à la demande. Le moulin à eau, construit en 1826, répond aux requêtes pressantes qu'ils adressent au seigneur, le Séminaire de Québec. Alexis Tremblay supervise l'ensemble des travaux, dont l'aménagement d'une amenée d'eau du ruisseau des Pruches et de la rivière de la Mare vers le moulin, le débit de la rivière Rouge étant insuffisant à son bon fonctionnement. Il en assume aussi les coûts et, en contrepartie, le Séminaire lui accorde la jouissance du moulin jusqu'en 1840. Tout laisse croire qu'il l'exploite jusqu'en 1850, date à laquelle le Séminaire se défait de sa propriété. D'une part, ce moulin constitue donc un souvenir tangible du régime seigneurial à L'Isle-aux-Coudres. D'autre part, sa présence rappelle l'importance que revêtaient les moulins pour les habitants de l'île.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les caractéristiques du moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres liés à ses valeurs historique, architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation en milieu rural, dans un site champêtre près de la rivière Rouge;
- la déclivité du sol;
- la proximité du moulin à vent de L'Isle-aux-Coudres, également classé;
- les éléments de son mécanisme intérieur, dont les roues, les engrenages, les meules, le bluteau, la potence, la moulange, la trémie, l'auget, le baille-blé et l'archure;
- les éléments de son mécanisme extérieur, dont le barrage et l'amenée d'eau en bois;
- le volume du bâtiment, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi et le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre, la cheminée en pierre dans un mur pignon, les tirants de fer, le toit et les pignons en bardeaux de cèdre;
- les ouvertures peu nombreuses, dont une lucarne à l'avant et une à l'arrière, une porte à l'avant et une dans le mur pignon droit, une petite porte dans le toit et une autre dans le mur pignon gauche.

Haut de la page

Informations historiques

Le moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres est construit en 1826, à la suite d'une permission accordée l'année précédente par le seigneur, le Séminaire de Québec, afin de répondre aux requêtes pressantes des habitants de l'île. Au début du XIXe siècle, les insulaires devaient souvent traverser à Baie-Saint-Paul et aux Éboulements pour moudre leur grain, le premier moulin à vent bâti à cet emplacement appelé pointe de l'Islet, en fonction depuis 1762, ne suffisant plus à la demande.

Ce moulin est dit « banal », car le régime seigneurial impose aux seigneurs l'obligation de construire un moulin pour leurs censitaires, qui doivent y faire moudre leur grain et payer en retour un droit de mouture, nommé droit de banalité. Le moulin est parfois affermé contre le paiement de rentes annuelles, mais les seigneurs conservent leur droit de banalité. À L'Isle-aux-Coudres, Alexis Tremblay supervise l'ensemble des travaux, dont l'aménagement d'une amenée d'eau du ruisseau des Pruches et de la rivière de la Mare vers le moulin, le débit de la rivière Rouge étant insuffisant à son bon fonctionnement. Il en assume aussi les coûts et, en contrepartie, le Séminaire lui accorde la jouissance du moulin jusqu'en 1840. Tout laisse croire qu'il l'exploite jusqu'en 1850, date à laquelle le Séminaire se défait de sa propriété.

Dès lors, plusieurs meuniers s'y succèdent. Au tournant du siècle, Étienne Bouchard le transforme en moulin à scie et, en 1920, des travaux de rénovation y sont exécutés. Un étage s'ajoute, la maison est rehaussée, un poulailler est greffé au mur pignon sud-est et quelques annexes sont construites à l'arrière ainsi qu'une boutique de forge. Vers 1945, le moulin ne fonctionne plus que de manière ponctuelle et cesse d'être en activité quelques années plus tard.

Le moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres est classé en 1963 et restauré dans les années 1980. Ouvert au public depuis 1982, il constitue en 2005, avec le moulin à vent également classé, l'Économusée de la farine.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Charlevoix

Municipalité :

  • L'Isle-aux-Coudres

Adresse :

  • 36, chemin du Moulin

Lieux-dits :

  • Saint-Bernard-sur-Mer
  • Saint-Louis-de-l'Isle-aux-Coudres

Latitude :

  • 47° 22' 22.4"

Longitude :

  • -70° 23' 57.6"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Non déterminée Inconnue Absent 139 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DIONNE, Pierre-Yves. Le moulin à vent Desgagné de L'Île-aux-Coudres. Québec, Université Laval, 1981. 52 p.
  • GAUTHIER, Serge et Norman PERRON. Histoire de Charlevoix. Les Régions du Québec, 14. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 2000. 391 p.
  • LAMBERT, Serge et Caroline ROY. Charlevoix, une histoire d'appartenance. Québec, Les Éditions GID inc., 2001. 187 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013