Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

École de fabrique de Saint-François

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • 339, chemin Royal (adresse avant novembre 2015)
  • Vieille école de fabrique

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Saint-François-de-l'Île-d'Orléans

Date :

  • 1830 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Écoles de rang)
  • Services et institutions (Écoles primaires et secondaires)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'école de fabrique de Saint-François est un ancien bâtiment institutionnel érigé vers 1830. Le bâtiment en bois, de plan rectangulaire à un étage et demi, est coiffé d'un toit à deux versants aux larmiers retroussés et surmonté de trois souches de cheminée. L'école de fabrique de Saint-François s'élève actuellement en retrait de la voie publique, sur un grand terrain plat et dégagé. L'ancienne école est située dans le noyau institutionnel de la municipalité de Saint-François, à proximité de l'église, de l'ancien presbytère et du cimetière.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi au terrain. L'école de fabrique de Saint-François est comprise dans le site patrimonial de l'Île-d'Orléans.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Indéterminé

Saillies :

  • Cheminée
  • Galerie

Élévations :

  • Toutes les façades : Bois (Planche à feuillure)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à imposte

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux, à imposte

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux

Lucarne(s) :

  • À croupe

Éléments architecturaux :

  • Chambranle
  • Planche cornière

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1966-03-29

Statuts antérieurs

  • Classement, 1959-06-18
  • Classement, 1957-01-03
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec 1970-03-11
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'école de fabrique de Saint-François présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, il n'existe pas de réseau scolaire au Québec, à l'exception des écoles des communautés religieuses et de certains établissements tenus par des particuliers. En 1801, le Conseil législatif du Bas-Canada, à majorité anglo-protestante, crée un institut chargé de gérer un système d'écoles publiques. Pour diverses raisons, les franco-catholiques boudent ces écoles. L'Assemblée législative, à majorité franco-catholique, adopte la Loi sur les écoles de fabrique en 1824. Celle-ci permet aux fabriques d'acheter et de posséder les biens meubles et immeubles jugés nécessaires à l'établissement d'écoles élémentaires. Elle les autorise également à consacrer jusqu'à 25 pour cent de leurs revenus à l'éducation des jeunes de la paroisse. De plus, le Parlement adopte en 1829 la Loi des écoles de syndics, qui assure à chaque paroisse la moitié du coût d'achat ou de construction d'un édifice et le traitement annuel des maîtres. L'école de fabrique de Saint-François est construite vers 1830 dans le cadre de l'application de ces deux lois. C'est l'un des plus anciens établissements scolaires qui subsistent au Québec et elle constitue un rare témoin de la mise en place du premier réseau scolaire au Bas-Canada.

L'école de fabrique de Saint-François présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Au moment de la construction de l'édifice, l'architecture scolaire n'existe pas encore. Les écoles rurales prennent donc pour modèle la maison québécoise traditionnelle. L'école de fabrique de Saint-François rappelle la tradition française par son plan simple, son élévation d'un étage et demi, sa cheminée décentrée en pierre et ses deux fenêtres à battants et à petits carreaux. Les influences britanniques se reflètent dans les larmiers retroussés associés au courant pittoresque et dans des éléments rattachés au néoclassicisme, dont les cheminées postiches aux extrémités du toit, le revêtement en planches horizontales et les portes à imposte.

L'école de fabrique de Saint-François présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur ethnologique. L'édifice témoigne d'une tradition de près de 150 ans en matière d'éducation, puisque ce type d'école, à l'origine du réseau des écoles de rang, a desservi l'ensemble du territoire rural québécois de 1829 à 1964. Durant cette période, des élèves de tous âges les fréquentent. Ils se partagent alors une seule classe et ils bénéficient de l'enseignement d'une seule institutrice. Cette dernière, qui assume la lourde tâche d'enseigner à sept niveaux, habite très souvent un logement aménagé dans l'école et doit l'entretenir. Ainsi, à Saint-François, un logement était aménagé à ces fins dans les combles. Le bâtiment y est divisé en deux parties : la partie nord-ouest servait de salle communautaire (appelée la salle des habitants), alors que la classe occupait la partie sud-est. Les deux portes de la façade rappellent cette double fonction. Ainsi l'une des portes donne accès à la classe et l'autre à la salle communautaire. L'école témoigne donc des premiers efforts de scolarisation du milieu rural ainsi que de la nécessité pour les paroissiens de se rassembler pour débattre des questions concernant leur collectivité.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'école de fabrique de Saint-François liés à ses valeurs historique, architecturale et ethnologique comprennent, notamment :
- sa situation dans le noyau institutionnel de la municipalité de Saint-François;
- le grand terrain plat et dégagé à l'exception de quelques arbres;
- le volume du bâtiment, dont le plan rectangulaire à un étage et demi, le toit à deux versants aux larmiers retroussés de pente moyenne;
- les matériaux, dont la structure de bois, le revêtement en planches horizontales et en bardeaux de cèdre, la couverture en tôle à la canadienne et les ouvertures en bois;
- les ouvertures, dont les trois portes à imposte, les fenêtres à battants et à petits ou grands carreaux et les lucarnes à croupe;
- la cheminée centrale en pierre et les deux cheminées postiches;
- la division intérieure en deux parties;
- les deux portes en façade.

Haut de la page

Informations historiques

L'école de fabrique de Saint-François est l'un des plus anciens établissements scolaires qui subsistent sur le territoire québécois. Sa construction, vers 1830, découle de l'adoption de la Loi sur les écoles de fabrique en 1824. Cette loi participe à la constitution du premier réseau scolaire au Bas-Canada.

En effet, aux XVIIe et XVIIIe siècles, il n'existe pas de réseau scolaire au Québec à l'exception des écoles des communautés religieuses et de certaines institutions tenues par des particuliers. La Loi sur l'instruction royale pour l'avancement des sciences est votée en 1801. Cette première loi scolaire élude la question de la confessionnalité et soulève beaucoup de protestation. La clientèle franco-catholique boude les écoles. Une nouvelle loi, dite Loi des écoles de fabrique, est votée en 1824. Elle permet aux fabriques d'acheter et de posséder les biens meubles et immeubles jugés nécessaires à l'établissement d'écoles élémentaires sur leur territoire. Elle les autorise également à utiliser jusqu'à 25 pour cent de leurs revenus pour assurer le financement de l'éducation des jeunes de la paroisse. De plus, le Parlement adopte en 1829 la Loi des écoles de syndics, qui assure à chaque paroisse la moitié du coût d'achat ou de construction d'un édifice et le traitement annuel des maîtres.

L'école de Saint-François précède les plans types proposés pour les écoles de rang et adopte le modèle de la maison traditionnelle québécoise. Une « salle des habitants » ou salle communautaire y est installée à une date indéterminée. La double fonction se reflète par la présence de deux portes en façade principale.

L'école de fabrique de Saint-François est classée en 1957. Deux ans plus tard, le bâtiment est déménagé sur son emplacement actuel et il est restauré. En 1966, le classement est repris pour corriger des irrégularités administratives.

Cette ancienne école est occupée depuis quelques années par un centre d'artisanat et une petite boulangerie.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • L'Île-d'Orléans

Municipalité :

  • Saint-François-de-l'Île-d'Orléans

Adresse :

  • 505, rue Lemelin

Lieux-dits :

  • Saint-François-d'Orléans

Latitude :

  • 47° 0' 9.034"

Longitude :

  • -70° 48' 44.697"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Québec Paroisse de Saint-François Absent 192 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • DORION, Jacques. Les écoles de rang au Québec. Montréal, Les Éditions de l'homme, 1979. 436 p.
  • THIBAULT, Henri-Paul. « Vieille école de fabrique ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 278.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013