Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien collège du Mont-Saint-Louis

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Cégep du Vieux-Montréal

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1887 – 1888 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission)

Usage :

  • Services et institutions (Collèges, séminaires et universités)

Éléments associés

Groupes associés (3)

Personnes associées (5)

Voir la liste

Carte

Description

L'ancien collège du Mont-Saint-Louis est un établissement d'enseignement d'inspiration Second Empire construit en 1887 et 1888 et agrandi à deux reprises, en 1904 et 1905 ainsi que de 1906 à 1908. Cet édifice monumental en pierre grise, de plan rectangulaire à cinq étages, est coiffé d'un toit mansardé. Son imposante façade est dotée d'un avant-corps central, coiffé d'un dôme carré à terrasse faîtière, et d'avant-corps latéraux. L'ancien collège du Mont-Saint-Louis est situé en retrait de la rue Sherbrooke Est, dans l'arrondissement municipal de Ville-Marie de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. L'ancien collège du Mont-Saint-Louis est inclus dans l'aire de protection du monastère du Bon-Pasteur, un immeuble patrimonial classé.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1979-05-17
 
Délimitation Situé dans une aire de protection Ministre de la Culture et des Communications
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien collège du Mont-Saint-Louis présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. L'édifice témoigne du rôle prépondérant joué dans l'enseignement par les communautés religieuses, notamment les Frères des écoles chrétiennes. Venus de France, ces derniers s'installent à Montréal en 1837, à la demande des Sulpiciens, pour enseigner aux jeunes garçons de niveau primaire. Grâce à la relève locale, la communauté prend rapidement de l'importance et ouvre plusieurs écoles élémentaires. Toutefois, les Frères souhaitent également fournir un enseignement supérieur aux garçons voulant poursuivre leurs études. Ils fondent donc en 1888 le Mont-Saint-Louis, un collège abritant un pensionnat et un externat, qui offre les cours commercial et scientifique et dispense un enseignement bilingue. Après 81 ans d'existence, le collège ferme ses portes en 1969, dans le contexte de la réforme de l'éducation. Ainsi, l'ancien collège du Mont-Saint-Louis évoque un jalon important de l'histoire de la communauté des Frères des écoles chrétiennes. Par ailleurs, au moment de sa construction le long de la rue Sherbrooke Est, l'édifice confirme la vocation éducative du secteur. En effet, le collège se situe à proximité du monastère du Bon-Pasteur (1846-1894), de l'Académie Saint-Louis-de-Gonzague (1878) et de l'Institut des sourdes-muettes.

L'ancien collège du Mont-Saint-Louis présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice témoigne de l'influence Second Empire. D'origine française, ce style devient populaire sous le règne de l'empereur Napoléon III (1808-1873), notamment avec la construction du Nouveau Louvre, de 1852 à 1857. Introduit d'abord en Angleterre et aux États-Unis, où il connaît une grande vogue, il apparaît ensuite dans l'architecture canadienne à la fin des années 1860. Il est abondamment utilisé pour les édifices publics et institutionnels, entre autres pour l'ancien collège du Mont-Saint-Louis, érigé en 1887 et 1888 d'après les plans de l'architecte Jean-Zéphirin Resther (1857-1910) et agrandi en 1904 et 1905 ainsi que de 1906 à 1908. L'immeuble est une illustration de ce style par son imposant volume en pierre, son toit mansardé percé de lucarnes cintrées et à arc surbaissé, son avant-corps central coiffé d'un dôme carré à terrasse faîtière, ses avant-corps latéraux ainsi que l'ordonnance régulière des ouvertures. Son ornementation contribue également à la recherche de prestige associée au style Second Empire, avec des éléments en pierre de taille comme des encadrements et des chaînes d'angle. L'architecture monumentale du bâtiment évoque ainsi l'importance de l'institution qu'il abritait.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien collège du Mont-Saint-Louis liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume imposant, dont le plan rectangulaire long et étroit, l'élévation de cinq étages ainsi que le toit mansardé;
- l'avant-corps central, formé d'une tour à demi hors d'oeuvre coiffée d'un dôme carré à terrasse faîtière percé de lucarnes, le porche d'entrée en pierre de taille (doté d'arcades, de pilastres doriques, d'une corniche à denticules et surmonté d'un balcon) ainsi que la niche logeant la statue de Saint-Louis-de-Gonzague (1889);
- les avant-corps latéraux, formés de tours à demi-hors-oeuvre coiffées d'un toit mansardé percé de lucarnes;
- ses matériaux, entre autres la maçonnerie en pierre grise de Montréal (dont la pierre à bossages du soubassement);
- ses ouvertures distribuées régulièrement, dont la porte à double vantail à arc surbaissé, les portes rectangulaires, les fenêtres simples ou jumelées rectangulaires, cintrées, à arc surbaissé, les fenêtres serliennes ainsi que les chambranles en pierre de taille;
- son ornementation, dont les chaînes d'angle en pierre de taille ainsi que la corniche moulurée à modillons.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancien collège du Mont-Saint-Louis est lié à l'oeuvre éducative des Frères des écoles chrétiennes. En 1837, à la demande des Sulpiciens, quatre membres de cette communauté arrivent de France à Montréal afin d'ouvrir une école élémentaire destinée aux jeunes garçons. Grâce à une importante relève locale, les effectifs augmentent rapidement et d'autres écoles sont créées. Chargés de l'enseignement primaire, les Frères souhaitent également fournir un enseignement supérieur aux garçons désirant poursuivre leurs études. En 1888, ils fondent donc le Mont-Saint-Louis, un collège abritant un pensionnat et un externat, qui offre les cours commercial et scientifique et dispense un enseignement bilingue.

Le collège est construit en 1887 et 1888, d'après les plans de Jean-Zéphirin Resther (1856-1910), sur un vaste terrain formant un plateau désigné sous le nom de Côte-à-Baron ou de Mont-Saint-Louis. Situé le long la rue Sherbrooke, l'une des plus belles et prestigieuses de la ville, il occupe le point le plus élevé des environs et bénéficie d'un panorama magnifique sur le fleuve Saint-Laurent. Il se trouve en outre dans un secteur à vocation éducative, comme en témoigne la présence à proximité du monastère du Bon-Pasteur (1846-1894), de l'Académie Saint-Louis-de-Gonzague (1878) et de l'Institut des sourdes-muettes. L'imposant bâtiment en pierre grise de Montréal adopte d'abord un plan en « T ». Un pavillon, érigé au même moment à l'angle des rues Sherbrooke et Sanguinet et destiné à loger les frères enseignants, est relié au bâtiment principal par une galerie fermée. En 1904 et 1905, une nouvelle aile est construite à l'est, le long de la rue Sanguinet, ce qui confère un plan en « F » à l'ensemble et entraîne la disparition de la galerie fermée reliant le pavillon des Frères au collège. De 1906 à 1908, l'édifice est prolongé vers l'ouest jusqu'à l'avenue de l'Hôtel-de-Ville, ce qui vient rompre la symétrie de la façade. En 1909, l'avant-corps central est coiffé d'un dôme carré à terrasse faîtière. En 1913 et 1914, le porche en bois d'origine est remplacé par une construction en pierre de taille flanquée de deux escaliers droits, d'après les plans de l'architecte Gustave Brault (1886-1954). Un gymnase est ajouté en 1949, d'après les plans de l'architecte Raymond Dufresne.

En 1969, à la suite de la réforme de l'éducation, le Mont-Saint-Louis est fermé et le bâtiment est vendu au Cégep du Vieux-Montréal. L'édifice, utilisé jusqu'en 1976, est ensuite laissé à l'abandon. En 1979, les deux ailes sud sont démolies.

L'ancien collège du Mont-Saint-Louis est reconnu en 1979. En 1981, il est inclus dans l'aire de protection du monastère du Bon-Pasteur. La Ville de Montréal acquiert l'édifice en 1986. Entre 1987 et 1989, il est recyclé en 105 appartements en copropriété par la Société municipale d'habitation (aujourd'hui connue sous le nom de Société d'habitation et de développement de Montréal), sous la direction des architectes Claude Gagnon et Guy R. Legault (né en 1932). Il est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 230, rue Sherbrooke Est
  • 244, rue Sherbrooke Est
  • 250, rue Sherbrooke Est
  • 260, rue Sherbrooke Est

Latitude :

  • 45° 30' 53.946"

Longitude :

  • -73° 34' 3.715"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Cité de Montréal (quartier Saint-Antoine) Absent 1178-1
1178-2

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BENOÎT, Michèle et Roger GRATTON. Pignon sur rue : les quartiers de Montréal. Montréal, Guérin littérature, 1991. 393 p.
  • CARREAU, Serge, dir. et Perla KOROSEC-SERFATY. Le patrimoine de Montréal : document de référence. Montréal, Ville de Montréal et ministère de la Culture et des Communications du Québec, 1998. s.p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • Communauté urbaine de Montréal. Service de la planification du territoire. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal : les couvents: architecture religieuse 2. Montréal, CUM, Service de la planification du territoire, 1984. xxix, 391 p.
  • FAVREAU, Mariane. « Le Mont Saint-Louis ». La Presse, 11 mars 1989, p. B4.
  • GRENIER, Cécile et Joshua WOLFE. Guide Montréal : Un guide architectural et historique. Montréal, Éditions Libre Expression, 1983. s.p.
  • LAMBERT, Phyllis, dir. Le Mont-Saint-Louis : histoire, relevé et analyse. Québec, Ministère des affaires culturelles, Direction générale du patrimoine, Service de l'inventaire, 1978. s.p.
  • MERRETT, Brian et François RÉMILLARD. L'architecture de Montréal : guide des styles et des bâtiments. Montréal, Méridien, 1990. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Collège Mont-Saint-Louis ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 92-93.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 3. Montréal, Les Éditions La Presse, 1989. 560 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013