Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Brossard-Gauvin

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1743 – 1758 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (5)

Images

Carte

Description

La maison Brossard-Gauvin est une demeure de faubourg dont la partie est a été érigée entre 1743 et 1758 et qui a été allongée vers 1810. La résidence en bois de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits et flanquée de cheminées en pierre. Elle se situe en bordure d'une rue étroite, dans l'arrondissement municipal de Ville-Marie de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison Brossard-Gauvin est comprise dans le site patrimonial de Montréal.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1983-07-07
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec 1964-01-08

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Brossard-Gauvin présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Cette habitation rappelle l'existence de fortifications à Montréal et la constitution de faubourgs autour de l'enceinte dès le XVIIe siècle. Ces faubourgs accueillent surtout une population d'artisans, d'ouvriers et de cultivateurs. Montréal compte plusieurs faubourgs au tournant du XIXe siècle, dont les faubourgs des Récollets à l'ouest de la ville, de Québec à l'est et Saint-Louis au nord-est. La maison Brossard-Gauvin est l'un des rares témoins du début du faubourg Saint-Louis, qui s'est développé à partir des années 1740.

La maison Brossard-Gauvin présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa représentativité en tant que maison de faubourg. Les faubourgs regroupent d'abord de petites habitations unifamiliales peu différentes des maisons rurales, qui seront souvent allongées pour répondre aux besoins des familles et à l'accroissement de la population. Les règlements qui régissent la construction dans les villes y sont appliqués de façon plus souple, ce qui donne lieu à des constructions en bois. La maison Brossard-Gauvin est une illustration de la maison de faubourg par son l'implantation en bordure d'une rue étroite, son carré en bois, dont le corps de logis d'origine en pièce sur pièce, son élévation d'un étage et demi, son toit à deux versants droits et ses deux portes en façade avant. La demeure est d'ailleurs l'une des dernières maisons en pièce sur pièce de l'île de Montréal.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Brossard-Gauvin liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, entre autres :
- son l'implantation en bordure d'une rue étroite;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi ainsi que le toit à deux versants droits;
- ses matériaux, dont le corps de logis d'origine en pièce sur pièce, l'allonge en madriers, le lambris en planches verticales, le solage en pierre, la couverture en tôle pincée et les cheminées en pierre des murs pignons disposées légèrement en retrait du faîte;
- ses ouvertures, dont les deux portes de la façade principale, les fenêtres à battants à petits carreaux, les chambranles en bois et les lucarnes;
- ses caractéristiques intérieures, dont le foyer avec son âtre en pierre surmonté d'un manteau de cheminée à clé et le four à pain.

Haut de la page

Informations historiques

En 1743, Joseph Brossard reçoit ce terrain, découpé de la terre agricole familiale, en compensation pour « les bons services » qu'il a rendus à sa mère pendant son veuvage. La première mention de la maison actuelle remonte à 1758 lors de la cession de Joseph à son frère Denis. Ce dernier la donne par la suite à son fils Jean-Baptiste en 1786. Cette maison est un des deux exemples qui restent de maisons en bois que des artisans, des jardiniers ou d'autres ouvriers ont fait construire dans les faubourgs qui entouraient la ville fortifiée au XVIIIe siècle. Les Brossard la conservent jusqu'au tournant du XIXe siècle.

Le menuisier Joseph Gauvin l'acquiert en 1805 et la propriété reste entre les mains de sa famille (dont de sa fille, Marie-Elizabeth-Eléonore, épouse de l'architecte John Ostell), jusqu'en 1924. Gauvin n'occupe la maison que pendant cinq ans : après 1810 elle est louée à des gens de petits métiers. Vers 1870, sa façade est lambrissée en brique. Probablement au même moment, un second étage est ajouté coiffé d'un toit plat. Dans les décennies 1920 à 1940, la maison appartient à Jules Donat Boileau et Avila Laurendeau; par la suite Fayez Shadeed la possède pendant 30 ans. Au cours de cette période, elle est occupée comme résidence par des locataires.

La maison Brossard-Gauvin est classée en 1983. Acquise en 1986 par deux nouveaux propriétaires, la maison est complètement restaurée : l'étage supérieur avec le toit plat est enlevé et remplacé par un toit à pignon afin de redonner à la maison son apparence d'origine. Elle sert toujours de résidence en 2007.

Source : Ville de Montréal, 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 433, rue Saint-Louis
  • 435, rue Saint-Louis

Latitude :

  • 45° 30' 40.629"

Longitude :

  • -73° 33' 13.064"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 182 098 Ptie
  • Lot 3 047 580

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • HALLÉ, Jacqueline. « Maison Brossard-Gauvin ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 33.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 1. Montréal, Les Éditions La Presse, 1987. 346 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013