Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Léon-le-Grand

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Saint-Léon-le-Grand

Date :

  • 1819 – 1824 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Patrimoine mobilier associé (3)

Personnes associées (5)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'église de Saint-Léon-le-Grand est un lieu de culte de tradition catholique érigé entre 1819 et 1824 et agrandi en 1914. Le bâtiment en pierre présente un plan en croix latine composé d'une nef à un vaisseau, d'un transept et d'un choeur en saillie terminé par une abside en hémicycle. Sa façade est dotée d'une tour-clocher centrale coiffée d'une flèche. Une chapelle-sacristie de plan rectangulaire à un étage, dotée d'une tour-porche surmontée d'une flèche, est implantée à l'arrière de l'église, perpendiculairement à la nef de cette dernière, et est reliée au lieu de culte par un chemin couvert. L'église de Saint-Léon-le-Grand est située légèrement en retrait de la voie publique, sur un terrain paysager, dans le noyau villageois de la municipalité de Saint-Léon-le-Grand.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Des objets patrimoniaux classés sont associés au lieu. Le mausolée est aussi cité immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Croix latine

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Bois
  • Maçonnerie en pierre
  • Métal

Annexes :

  • Chapelle

Saillies :

  • Avant-corps
  • Cheminée
  • Clocher
  • Clocheton
  • Contrefort
  • Entrée de cave
  • Escalier
  • Perron

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (À bossages)
  • Façade droite : Pierre (À bossages)
  • Façade gauche : Pierre (À bossages)
  • Façade avant : Pierre (À bossages)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à la canadienne
  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle profilée
  • Forme : Conique
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à imposte

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux, à imposte
  • bois, à panneaux et vitrage, à battants

Fenêtre(s) :

  • cintrée, Fixe
  • circulaire, Oculus
  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux
  • Rectangulaire, Soupirail

Éléments architecturaux :

  • Acrotère
  • Aileron
  • Amortissement
  • Applique
  • Chaîne d'angle
  • Chambranle
  • Corniche à denticules
  • Corniche moulurée
  • Frise
  • Ornement sculpté
  • Pierre millésimée
  • Pilastre
  • Portail
  • Vitrail

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2011-01-20
 
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Léon-le-Grand) 1999-06-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Léon-le-Grand présente un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique. L'intérieur de l'église constitue un exemple achevé des décors de la première moitié du XIXe siècle. Il a été conçu par Alexis Milette (1793-1869), qui en amorce la réalisation vers 1830. Milette sculpte notamment le retable, la chaire et le banc d'oeuvre, et il exécute l'ornementation de la voûte du choeur et de la corniche de la nef en plusieurs campagnes de travaux étalées sur une trentaine d'années. Les frères Joseph (1831-1901) et Georges-Félix (1833-1901) Héroux de Yamachiche, qui avaient eu Milette comme maître, reçoivent en 1866 la commande de terminer le décor intérieur selon les plans élaborés par Milette. Ils complètent notamment l'ornementation de la voûte de la nef et réalisent le maître-autel et les autels latéraux. L'ensemble, caractérisé par son ornementation foisonnante tirée du vocabulaire classique et ses éléments sculptés en atelier et appliqués à l'architecture intérieure, témoigne de l'influence de l'esthétique élaborée et diffusée par Louis-Amable Quévillon (1749-1823) sur de nombreux sculpteurs-ornemanistes du XIXe siècle. L'église de Saint-Léon-le-Grand présente l'un des décors les plus complets qui soient issus de cette école, et il constitue l'un des rares décors dont la conception est attribuée à Milette qui subsistent aujourd'hui.

L'église de Saint-Léon-le-Grand présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment est représentatif de l'évolution des lieux de culte catholiques québécois. L'église de Saint-Léon-le-Grand est construite entre 1819 et 1824, d'après un modèle fréquemment utilisé au début du XIXe siècle. L'édifice est ensuite agrandi par la façade en 1914 d'après les plans de David Ouellet (1844-1915) et de Pierre Lévesque (1880-1955). Le lieu de culte est alors paré d'une nouvelle façade en pierre de taille dotée d'une tour-clocher centrale. Les architectes optent pour une architecture s'inscrivant dans le courant éclectique. L'éclectisme est un assemblage d'éléments architecturaux et ornementaux puisés dans les divers styles historiques et associés plus librement, dans une recherche de monumentalité et d'effets visuels nouveaux. L'Église catholique québécoise a souvent recours à l'éclectisme pour la construction de ses lieux de culte, au début du XXe siècle. L'agence Ouellet et Lévesque conçoit de nombreux édifices appartenant à ce courant. Comptant parmi les dernières réalisations de l'agence avant le décès de Ouellet, l'église de Saint-Léon-le-Grand est un exemple représentatif du courant éclectique. Son volume complexe, l'emploi d'éléments architecturaux variés et d'une ornementation riche, tels que le contraste entre deux types de pierres, les contreforts d'inspiration néogothique, les fenêtres élancées en plein cintre de hauteurs diverses et les arcatures décoratives issues de l'architecture néoromane contribuent à l'inscrire dans ce courant. L'église de Saint-Léon-le-Grand comprend en outre une sacristie reliée à l'église par un chemin couvert dont l'architecture évoque à plus petite échelle celle du lieu de culte principal, une disposition assez rare dans l'architecture religieuse paroissiale. Par ailleurs, il s'agit de la plus ancienne église paroissiale qui subsiste dans le diocèse de Trois-Rivières.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Saint-Léon-le-Grand liés ses valeurs artistique et architecturale comprennent, notamment :
- le décor architectural, dont les motifs dorés, la fausse voûte à arc surbaissé (ornée notamment de caissons, de gloires, d'arabesques et de divers motifs végétaux), le retable du choeur (composé notamment de colonnes corinthiennes baguées et d'un couronnement en forme de coquille), les pilastres corinthiens (bagués dans le choeur et cannelés dans les transepts et la nef), l'entablement du choeur se prolongeant dans les transepts et la nef, les boiseries du choeur ainsi que la tribune arrière soutenue par des colonnes ioniques et logeant l'orgue Casavant;
- le maître-autel (composé d'un tombeau à la romaine et d'un tabernacle doré à colonnettes, frontons triangulaires et cintrés et surmonté d'un dôme), les autels latéraux (formés d'un tombeau à la romaine, d'un tabernacle aux motifs dorés et encadrés par des colonnes ioniques supportant un entablement et un couronnement à l'impériale), la chaire (composée d'une cuve polygonale ornée de bas-reliefs, d'un abat-voix surmonté d'un couronnement à l'impériale et d'un ange à la trompette ainsi que d'un escalier droit et d'une galerie à garde-corps menuisé), les trônes épiscopal et curial ainsi que les confessionnaux.
- le volume de l'église, dont le plan en croix latine composé d'une nef à un vaisseau, d'un transept et d'un choeur en saillie terminé par une abside en hémicycle ainsi que le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre de taille à bossages, la couverture en tôle à la canadienne ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en pierre de taille et en bois;
- les caractéristiques de la façade, dont la tour-clocher centrale de plan carré surmontée d'une flèche et d'une croix, les portails (composés de portes à panneaux à double vantail surmontées d'un tympan cintré ou d'un tympan à arc surbaissé), les fenêtres cintrées, les chambranles, le pignon souligné d'une corniche et d'une frise à arcatures ainsi que les contreforts, les chaînes d'angle, les jambes harpées et les bandeaux;
- les caractéristiques des longs pans et du choeur, dont les ouvertures cintrées, les chambranles, les oculus, la corniche, la frise à arcatures, les contreforts ainsi que les chaînes d'angle;
- la souche de cheminée couverte de tôle;
- la chapelle-sacristie en maçonnerie de pierre, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le toit à croupes couvert de tôle en plaque, la tour centrale demi-hors-oeuvre surmontée d'une flèche, les fenêtres cintrées et rectangulaires, la rose ainsi que les chaînes d'angle et les chambranles en pierre de taille;
- le chemin couvert en pierre.

Haut de la page

Informations historiques

L'église de Saint-Léon-le-Grand est implantée au bas de la concession du Grand Rang, dans la seigneurie de Grosbois-Ouest, bordée à l'ouest par la seigneurie de Grandpré et au nord par le fief Dumontier. Elle est érigée sur un territoire dont le développement commence vers 1770.

Le village de Chacoura, qui prendra ultérieurement le nom de la paroisse de Saint-Léon-le-Grand, naît au tournant du XIXe siècle. Dès 1796, des requêtes sont adressées à l'évêque par les habitants pour la construction d'une chapelle; celle-ci est érigée en 1801. Entre 1819 et 1824, cette chapelle est remplacée par l'église actuelle. Celle-ci est construite par corvées, d'après un modèle fréquemment utilisé au début du XIXe siècle.

Le décor intérieur est conçu par Alexis Milette (1793-1869), qui en amorce la réalisation vers 1830. Il sculpte notamment le retable, la chaire et le banc d'oeuvre, et il exécute l'ornementation de la voûte du choeur et de la corniche de la nef en plusieurs campagnes de travaux étalées sur une trentaine d'années. Les frères Joseph (1831-1901) et Georges-Félix (1833-1901) Héroux de Yamachiche, qui avaient eu Milette comme maître, reçoivent en 1866 la commande de terminer le décor intérieur. Ils complètent notamment l'ornementation de la voûte de la nef et réalisent le maître-autel et les autels latéraux. Milette participe vraisemblablement aux travaux.

En 1906, une chapelle-sacristie est construite à l'arrière de l'édifice selon les plans de l'architecte Charles Lafond.

En 1914, le clocher et les murs extérieurs menacent de s'effondrer, étant trop lourds pour le sol formé de glaise imbibée d'eau. Les architectes David Ouellet (1844-1915) et Pierre Lévesque (1880-1955) proposent alors d'agrandir l'église par la façade, de construire un nouveau clocher et de refaire le parement de l'église en pierre de taille grise. Ces travaux constituent l'une des dernières réalisations de l'agence Ouellet et Lévesque avant le décès de David Ouellet.

En 1949, d'importants travaux sont effectués à la maçonnerie.

L'église de Saint-Léon-le-Grand est citée en 1999. La même année, d'importants travaux sont réalisés sur la structure afin de consolider les murs et le clocher. Des activités culturelles et des événements spéciaux, tels que des concerts, sont aussi tenus dans l'édifice.

L'église de Saint-Léon-le-Grand est classée en 2011. Le chandelier pascal et le corpus sculptés par Milette sont classés au même moment. L'église est toujours utilisée pour la pratique du culte.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Maskinongé

Municipalité :

  • Saint-Léon-le-Grand

Adresse :

  • 701, rue de la Fabrique

Latitude :

  • 46° 18' 49.186"

Longitude :

  • -72° 56' 8.353"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Maskinongé Paroisse de Saint-Léon-le-Grand Absent 113

Haut de la page

Documents

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BELLEMARE, Lucien. « Des dates marquantes dans l'histoire de Saint-Léon-le-Grand ». L'Écho, 12 août 2001, p. 9-11.
  • CROTEAU, André. Les belles églises du Québec. Vol. 2, Québec et la vallée du Saint-Laurent. Saint-Laurent, Éditions du Trécarré, 1996. 222 p.
  • MORISSET, Lucie K. et Luc NOPPEN. Église Saint-Léon-le-Grand, Maskinongé, Québec. s.l. Commission des lieux et monuments historiques du Canada, 1998. s.p.
  • NOPPEN, Luc. Les églises du Québec, 1600-1850. Montréal, Fides, 1977. 298 p.
  • TRAHAN, Brigitte. « L'opération sauvetage est commencée ». Le Nouvelliste, 28 janvier 1999, s.p.
  • TRAHAN, Brigitte. « Saint-Léon inaugurera son église à Pâques ». Le Nouvelliste, 15 avril 2000, s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013