Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Hyacinthe-Jamme-Dit-Carrière

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison municipale

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Pointe-Claire

Date :

  • après 1769 – avant 1791 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (4)

Images

Carte

Description

La maison Hyacinthe-Jamme-Dit-Carrière est une ancienne maison de ferme d'inspiration française bâtie entre 1769 et 1791. La demeure en pierre de plan presque carré, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants retroussés et sa façade est orientée vers le sud. Située dans la ville de Pointe-Claire, la résidence s'élève au fond d'un vaste terrain délimité par de nombreux arbres qui l'isolent du quartier résidentiel environnant.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi au terrain.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1964-08-12
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Hyacinthe-Jamme-Dit-Carrière présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite entre 1769 et 1791, cette résidence présente les caractéristiques de la maison rurale d'inspiration française. Elle illustre ce type par son corps de logis bas en pierre, son élévation d'un étage et demi, son toit aigu à deux versants, ses deux cheminées logées dans les murs pignons, ses ouvertures disposées de manière asymétrique et ses fenêtres à battants à petits carreaux. Sa façade, orientée vers le sud, comprend plusieurs ouvertures afin de permettre un maximum d'ensoleillement, alors que le mur nord n'est percé que de deux fenêtres. Le plan presque carré et l'absence de crépi sont des éléments fréquemment associés à la maison d'inspiration française de la région de Montréal. Par ailleurs, des modifications apportées au XIXe siècle témoignent d'une adaptation à de nouvelles manières d'habiter et de nouveaux styles architecturaux. Ainsi, en 1828, le soubassement est exhaussé, l'intérieur est séparé en plusieurs pièces, une chambre est ajoutée au grenier et un escalier est construit pour y monter. Les larmiers retroussés et la galerie couverte en façade évoquent l'influence néoclassique sur l'architecture résidentielle traditionnelle.

La maison Hyacinthe-Jamme-Dit-Carrière présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle se situe sur une terre concédée en 1722 faisant partie des premières censives attribuées par les Sulpiciens, seigneurs de l'île de Montréal, le long de la côte Saint-Jean. Elle est l'une des rares maisons de ferme datant de la fin du XVIIIe siècle à subsister à l'intérieur des terres de Pointe-Claire. Aujourd'hui entourée d'un quartier résidentiel, elle témoigne de l'ancienne vocation agricole de ce secteur de l'île de Montréal.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Hyacinthe-Jamme-Dit-Carrière liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le corps de logis bas en pierre des champs d'un étage et demi et le toit aigu à deux versants (couvert de tôle de cuivre à baguettes);
- sa façade orientée vers le sud comportant plusieurs ouvertures et son mur nord ne comprenant que deux fenêtres;
- ses ouvertures disposées de manière asymétrique, dont la porte à imposte et les fenêtres à battants à petits carreaux entourées d'un chambranle de bois;
- les deux cheminées logées dans les murs pignons;
- le plan presque carré;
- l'absence de crépi;
- le soubassement exhaussé correspondant à une cave et percé de soupiraux;
- l'escalier menant au grenier;
- les larmiers retroussés et la galerie couverte en façade;
- les lucarnes à pignon et à chambranle mouluré en façade;
- sa situation dans la ville de Pointe-Claire;
- son implantation au fond d'un vaste terrain isolé par un alignement d'arbres.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Hyacinthe-Jamme-Dit-Carrière est située sur une terre concédée en 1722 faisant partie des premières censives attribuées par les Sulpiciens, seigneurs de l'île de Montréal, le long de la côte Saint-Jean. La terre est acquise en 1769 par Hyacinthe Jamme dit Carrière. Le nouveau propriétaire y construit la maison entre cette date et 1791.

La demeure est modifiée en 1828, alors que Jacques Jamme, fils de Hyacinthe, exhausse le soubassement et engage le menuisier François Duchesneau pour effectuer une série de travaux. À l'intérieur, il divise l'espace en quatre pièces, ajoute une chambre au grenier, fait un escalier pour y monter et pose un lambris de bois jusqu'à la hauteur des fenêtres. La maison est également dotée de larmiers retroussés et d'une galerie couverte en façade au cours du XIXe siècle.

La maison Hyacinthe-Jamme-Dit-Carrière est classée en 1964, la ville de Pointe-Claire l'ayant acquise trois ans plus tôt. En 1968, elle est restaurée par l'architecte Victor Depocas qui, entre autres, érige une annexe contre le mur ouest, change les fenêtres à grands carreaux pour des fenêtres à petits carreaux et opte pour des chambranles simples afin de redonner aux ouvertures leur aspect du XVIIIe siècle. Aujourd'hui, de la tôle de cuivre à baguettes remplace le bardeau de bois qui couvrait le toit à l'origine.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Pointe-Claire

Adresse :

  • 152, avenue de Concord Crescent

Latitude :

  • 45° 27' 24.7"

Longitude :

  • -73° 49' 9.6"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Inconnue Absent 132-90

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • ARCHAMBAULT, Diane. « Maison municipale ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 182.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 6. Montréal, Éditions du Méridien, 1995. 552 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013