Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Édifice municipal

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancienne caserne de pompiers

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Saint-Guillaume

Date :

  • 1922 – (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Casernes de pompiers)
  • Services et institutions (Hôtels de ville et salles des habitants)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'édifice municipal est un bâtiment public construit en 1922. Le grand bâtiment en brique rouge, de plan rectangulaire à deux étages, est coiffé d'un toit à deux versants dissimulé derrière une façade-écran. Une annexe d'un étage est implantée contre la façade latérale gauche. L'édifice municipal est situé près de la voie publique, à proximité de l'église Saint-Guillaume et du couvent, au coeur de la municipalité de Saint-Guillaume.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Guillaume) 1996-01-08
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'édifice municipal présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin de la vie civile, culturelle et sociale de Saint-Guillaume. Il remplace une première salle municipale construite en 1871, qui sert de lieu de réunion pour les assemblées pendant près d'un demi-siècle. Au tournant du XXe siècle, Saint-Guillaume prend de l'expansion. De nouveaux besoins d'infrastructures sont engendrés, notamment, en raison de l'arrivée du chemin de fer du Canadien Pacifique. L'édifice municipal est construit conjointement par les municipalités de la paroisse et de village en 1922. Il abrite une caserne de pompier et une grande salle municipale. Le lieu accueille aussi les assemblées paroissiales, municipales et de nombreuses activités culturelles et sociales. Dans le haut de la façade, une grande enseigne portant l'inscription « Édifice municipal 1922 » signale sa fonction publique. Cet édifice est aujourd'hui l'un des plus anciens bâtiments publics de Saint-Guillaume.

Le bâtiment présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il est représentatif des édifices municipaux des petites municipalités. Au tournant du XXe siècle, les services de pompiers et de policiers logent souvent dans un même bâtiment. L'hôtel de ville occupe alors un bâtiment indépendant. En milieu rural ou villageois, la caserne de pompiers et la salle du conseil sont plutôt regroupées dans un seul bâtiment. L'édifice municipal de Saint-Guillaume est caractéristique de ce type par ses dimensions imposantes, son élévation de deux étages et ses grandes portes au rez-de-chaussée. L'édifice municipal constitue un élément structurant du paysage urbain par sa situation à proximité de l'église et de l'école.

L'édifice municipal présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Louis Caron fils (1871-1926). Ce dernier vient d'une célèbre famille d'architectes installée à Nicolet. Louis Caron fils est reconnu notamment pour son architecture religieuse et institutionnelle. Au cours de sa carrière qui s'échelonne de 1890 à 1929, il conçoit une quarantaine d'églises, dont l'église de Saint-Jacques à Saint-Jacques (Lanaudière). Les plans et devis de l'édifice municipal de Saint-Guillaume sont de Louis Caron fils. Le bâtiment est construit par J.-A. Nadeau, un dessinateur et un entrepreneur de Drummondville. Louis Caron fils réalise également les plans du couvent de Saint-Guillaume (1906). Il est aussi responsable des travaux de rénovation à l'église de Saint-Guillaume en 1901. Le recours à Louis Caron fils pour l'édifice municipal illustre le lien de confiance établi entre la municipalité et cet architecte bien connu dans la région.

Source : Municipalité de Saint-Guillaume, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'édifice municipal liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la voie publique, au coeur de la municipalité de Saint-Guillaume;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit à deux versants à faible pente;
- les matériaux, dont la maçonnerie en brique rouge et la tôle des corniches;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique et les grandes portes du rez-de-chaussée;
- l'ornementation, dont le balcon de l'étage, l'enseigne et la plaque de datation.

Haut de la page

Informations historiques

L'édifice municipal est construit en 1922 dans la municipalité de Saint-Guillaume. Il remplace un premier lieu de réunion datant de 1871.

En 1902, les municipalités de la paroisse et de village de Saint-Guillaume deviennent deux entités distinctes. Elles connaissent une expansion importante avec l'arrivée du chemin de fer du Canadien Pacifique.

En 1918, les deux municipalités s'engagent conjointement dans la réalisation d'un édifice municipal. En octobre 1919, elles achètent un terrain rue Saint-Jean-Baptiste. Elles signent ensuite un contrat répartissant les coûts de construction, les dépenses d'administration et d'entretien de même que les revenus de location. En novembre 1919, Louis Caron fils (1871-1926) est engagé pour concevoir les plans et devis du futur édifice municipal. Caron vient d'une célèbre famille d'architectes installée à Nicolet. Il est reconnu pour son architecture religieuse et institutionnelle. J.-A. Nadeau, un dessinateur et entrepreneur de Drummondville, construit le bâtiment. Louis Caron fils est également responsable en 1901 de travaux de rénovation à l'église de Saint-Guillaume; il conçoit aussi les plans du couvent de Saint-Guillaume en 1906.

L'édifice municipal présente à l'origine deux tours en façade, dont l'une pour le séchage des boyaux d'incendie. Le couronnement du bâtiment terminé par une balustrade et le balcon en façade au deuxième étage contribuent au caractère monumental du bâtiment. À l'exemple d'édifices similaires en milieu rural ou villageois, l'édifice de Saint-Guillaume combine la caserne de pompiers et la salle du conseil municipal. Les grandes portes du rez-de-chaussée témoignent de sa fonction comme caserne de pompiers. Au second étage, la salle municipale accueille les assemblées paroissiales et municipales. Des activités culturelles et sociales s'y tiennent aussi, telles que pièces de théâtre, soirées dansantes et cinéma. Cette grande salle possède un décor en bois, et de grands panneaux rétractables peuvent diviser l'espace.

Durant les années 1940, la salle municipale du deuxième étage est utilisée comme usine de bas de nylon; plusieurs femmes y travaillent. Il s'agit d'une succursale de l'usine Gotham de Saint-Hyacinthe.

Au fils des ans, l'édifice municipal connaît quelques transformations. En 1969, une annexe abritant un garage est implantée contre la façade latérale gauche. En 1979, les tours sont enlevées, de même que des éléments d'ornementation, dont l'enseigne d'origine et la corniche en métal ouvragé. Un nouveau couronnement avec fronton postiche est construit et une nouvelle enseigne est posée en façade. À l'intérieur, la salle municipale conserve la majorité de ses décors et moulures d'origine.

L'édifice municipal est cité en 1996. De nos jours, il demeure un bâtiment multifonctionnel d'importance pour la municipalité. Le rez-de-chaussée est réaménagé. Il accueille maintenant les bureaux administratifs de Saint-Guillaume, la salle du conseil et la bibliothèque municipale. La salle municipale conserve sa polyvalence d'origine. La caserne de pompiers est installée dans le garage construit en 1969.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • Drummond

Municipalité :

  • Saint-Guillaume

Adresse :

  • 106, rue Saint-Jean-Baptiste

Latitude :

  • 45° 52' 55.4"

Longitude :

  • -72° 45' 58.3"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Nicolet Paroisse de Saint-Guillaume-d'Upton Absent 663-8

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • DESROSIERS, René. St-Guillaume d'Upton, 150 ans d'histoire. Drummondville, Société historique du centre du Québec, 1983. 435 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013