Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Bernard

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Bernard

Date :

  • 1871 – 1873 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (1)

Personnes associées (9)

Voir la liste

Inventaires associés (2)

Carte

Description

L'église de Saint-Bernard est un lieu de culte catholique construit de 1871 à 1873. L'édifice en pierre présente un plan en croix latine composé d'une nef à un vaisseau, d'un transept et d'un choeur terminé par une abside en hémicycle. La façade comporte une tour demi hors-oeuvre surmontée d'un clocher. Un clocheton couronne l'abside. Une sacristie de plan rectangulaire à un étage et demi et coiffée d'un toit à deux versants droits est greffée à l'abside dans le prolongement du choeur. Elle est reliée au bras sud du transept par un chemin couvert. L'église est située dans un ensemble institutionnel, au coeur du noyau villageois de la municipalité de Saint-Bernard.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Il est situé à proximité du presbytère de Saint-Bernard, également classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Croix latine

Nombre d'étages :

1

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Autre
  • Sacristie

Saillies :

  • Clocher
  • Clocheton
  • Entrée de cave
  • Perron

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (Taillée)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois massif, à imposte

Fenêtre(s) :

  • cintrée, Fixe

Lucarne(s) :

  • À croupe

Éléments architecturaux :

  • Chambranle
  • Pierre millésimée

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1960-10-25
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Bernard présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette église témoigne de la persistance des formes traditionnelles dans l'architecture catholique québécoise au XIXe siècle. Élevée de 1871 à 1873 par les entrepreneurs Pierre Fortier, Joseph Fortier et Pierre Fortier fils, elle présente un plan en croix latine composé d'une nef à un vaisseau, d'un transept et d'un choeur terminé par une abside en hémicycle. Ce plan, inspiré de l'architecture religieuse du Régime français, est très répandu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et au XIXe siècle. L'édifice révèle de plus l'influence néoclassique, notamment par ses fenêtres en plein cintre. Par ailleurs, la tour centrale demi hors-oeuvre évoque les tours-clochers populaires à cette époque. Le lieu de culte est représentatif des églises rurales construites dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

L'église de Saint-Bernard présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique liée à son décor intérieur. Ce décor néoclassique est réalisé de 1875 à 1878 par l'entrepreneur Louis Dion, selon les plans de l'architecte Joseph-Ferdinand Peachy (1830-1903). Formé auprès de Charles Baillairgé (1826-1906), Peachy devient ensuite son assistant, puis son associé. Il conçoit à Saint-Bernard un décor néoclassique influencé par l'esthétique classique proposée par l'école des Baillairgé pour les intérieurs d'église. La logique architecturale s'appuie sur la rigueur et l'ordonnance classiques. Les divers éléments, tels que la fausse voûte à arc surbaissé, l'entablement et les arcs doubleaux alignés sur les colonnes dans le choeur forment un ensemble homogène. Toutefois, l'utilisation d'ornements au relief plus marqué, dont les boudins torsadés à la place des doubleaux plats et les colonnes engagées remplaçant les pilastres, distingue l'oeuvre de Peachy. Le décor de l'église de Saint-Bernard illustre l'importance des principes et du vocabulaire néoclassiques dans la conception des intérieurs d'églises au XIXe siècle.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'église de Saint-Bernard liés à ses valeurs architecturale et artistique comprennent, notamment :
- sa situation au coeur du noyau villageois, dans un ensemble institutionnel comprenant un presbytère classé immeuble patrimonial;
- son volume, dont le plan en croix latine composé d'une nef rectangulaire à un vaisseau, d'un transept et d'un choeur en saillie terminé par une abside en hémicycle, le toit à deux versants droits (munis de croupes au transept), la sacristie greffée à l'abside dans le prolongement du choeur et le chemin couvert reliant la sacristie et le bras sud du transept;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre, les chambranles en pierre de taille et la couverture en tôle à la canadienne;
- les composantes de la façade, dont la tour demi hors-oeuvre surmontée d'un clocher (doté d'une base, d'une chambre des cloches et d'une flèche polygonales ainsi que d'une croix), les trois portails cintrés (composés de portes en bois à double vantail et d'un tympan vitré), les fenêtres cintrées, l'oculus et les chambranles;
- les composantes des longs-pans et du choeur, dont les fenêtres cintrées, les chambranles et le clocheton couronnant l'abside;
- les composantes de la sacristie, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, les fenêtres rectangulaires à grands carreaux, les lucarnes à croupe et les chambranles;
- la souche de cheminée en brique appuyée au long-pan droit;
- le décor architectural intérieur, dont les détails dorés, la fausse voûte à arc surbaissé (ornée d'arcs doubleaux à boudins torsadés et de feuilles d'acanthe), les colonnes jumelées d'ordre corinthien du choeur, l'entablement du choeur se prolongeant dans la nef, les retables latéraux (composés de pilastres cannelés, d'un arc en plein cintre et d'une gloire) ainsi que la tribune arrière logeant l'orgue Casavant;
- le maître-autel (doté d'un retable incluant un christ en croix), les autels latéraux, la chaire (composée d'une cuve circulaire, d'un abat-voix en forme de coquille ainsi que d'un escalier au garde-corps à panneaux ajourés) et le banc d'oeuvre.

Haut de la page

Informations historiques

L'église de Saint-Bernard est le deuxième lieu de culte élevé sur cet emplacement. En 1774, Henry Caldwell (vers 1735-1810) loue toutes les propriétés de James Murray (1721 ou 1722-1794) dans la province de Québec, notamment la seigneurie de Lauzon, qu'il acquiert en 1801. À partir de 1804, Caldwell exploite plus intensivement les ressources de sa propriété. L'aménagement de routes et l'exploitation forestière encouragent le peuplement vers l'intérieur des terres, aux limites de la seigneurie. Des colons s'installent sur le territoire de la future paroisse de Saint-Bernard. Érigée en 1825, celle-ci est placée sous le patronage de saint Bernard en l'honneur de Mgr Bernard-Claude Panet (1753-1833), évêque coadjuteur de Québec. En 1844, un terrain est acheté par George Pozer (1752-1848) qui en fait don aux syndics à condition qu'ils y fassent ériger une chapelle. La même année, une chapelle-presbytère est bâtie. En 1853, cette chapelle est agrandie par la façade. En 1863, des bancs sont ajoutés pour combler les besoins grandissants de la paroisse.

La construction de l'église actuelle et de sa sacristie débute en 1871. Les entrepreneurs Pierre Fortier, Joseph Fortier et Pierre Fortier fils dirigent les travaux qu'ils se sont engagés à terminer en 1873. En 1875, le décor intérieur est entrepris par Louis Dion, selon les plans de l'architecte Joseph-Ferdinand Peachy (1830-1903); il sera complété en 1878. Le maître-autel, réalisé par Francis Dion, est installé en 1888. En 1904, d'importants ouvrages sont effectués à l'intérieur par l'entrepreneur Joseph Gosselin. Plusieurs pièces de mobilier datent de cette époque, notamment le banc d'oeuvre et les stalles du choeur. La balustrade séparant la nef et le choeur est aussi mise en place à ce moment. En 1912, la tribune arrière est agrandie par l'entrepreneur Alphonse Labbé, selon les plans des architectes David Ouellet (1844-1915) et Pierre Lévesque (1880-1955). En 1943, l'intérieur de l'église, alors orné de marbrures, est repeint en blanc.

L'église de Saint-Bernard est classée en 1960. En 1966, des réparations aux fondations et aux fenêtres ainsi que des travaux de consolidation des supports des planchers, de la tribune arrière et du clocher sont effectués.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • La Nouvelle-Beauce

Municipalité :

  • Saint-Bernard

Adresse :

  • rue Saint-Georges

Latitude :

  • 46° 29' 50.988"

Longitude :

  • -71° 8' 14.664"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Dorchester Paroisse de Saint-Bernard Absent 443 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Comité des Fêtes. Album-souvenir à l'occasion du centenaire , St-Bernard de Dorchester, 1872-1972. Québec, Le Comité des Fêtes, 1972. s.p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DORION, Jacques. « Église et presbytère de Saint-Bernard ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 438-439.
  • FILLION, Joseph-Jules. Livre souvenir du 150ième anniversaire de Saint-Bernard de Dorchester, 1844-1994. Saint-Bernard, Livre-souvenir de Saint-Bernard de Dorchester, 1994. 1329 p.
  • FORTIER, Pierre. Brochure-souvenir: centenaire de St-Bernard, Dorchester: 1844-1944. Québec, s.n., 1944. 121 p.
  • FOURNIER, Rodolphe. Lieux et monuments historiques de Québec et environs. Vol. 4. Saint-Jean-sur Richelieu, Éditions du Richelieu, 1978. s.p.
  • LÉGARÉ, Denyse. « L'église de Saint-Bernard de Dorchester et l'importance des ensembles paroissiaux québécois ». Fondation du patrimoine religieux du Québec. Fondation du patrimoine religieux du Québec [En ligne]. http://www.patrimoine-religieux.qc.ca/sberdorchester/sberdorchesterf.htm
  • THIBAULT, Marie-Thérèse. Monuments et sites historiques du Québec. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1977. 250 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013