Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Vieux presbytère de Deschambault

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Presbytère de Deschambault

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Deschambault-Grondines

Date :

  • 1815 – 1818 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (3)

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (2)

Carte

Description

Le vieux presbytère de Deschambault est érigé entre 1815 et 1818. Le bâtiment en pierre présente un plan rectangulaire d'un étage et demi et il est coiffé d'un toit à deux versants. Le vieux presbytère de Deschambault est situé sur la pointe du cap Lauzon, en surplomb du fleuve Saint-Laurent, dans l'ensemble religieux et institutionnel de la municipalité de Deschambault-Grondines.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi au terrain. Le presbytère est entouré d'une aire de protection. Un site inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Balcon
  • Cheminée
  • Perron
  • Vestibule

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Bois (Planche horizontale)
  • Façade droite : Pierre (À bossages)
  • Façade gauche : Pierre (À bossages)
  • Façade avant : Pierre (À bossages)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois, à panneaux, avec sous-porte

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux, à battants
  • bois, à panneaux, à battants
  • bois, à panneaux, contre-porte

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À fronton

Éléments architecturaux :

  • Balustrade en bois
  • Chambranle
  • Éléments polychromes
  • Pierre millésimée

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1965-04-09

Statuts antérieurs

  • Classement, 1957-01-03
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1974-09-26
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le vieux presbytère de Deschambault présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il s'agit d'un bel exemple des maisons d'inspiration française érigées dans cette région pendant les XVIIIe et XIXe siècles. Ces bâtiments se caractérisent notamment par leur plan rectangulaire, leurs élévations en pierre, leurs murs pignons où des cheminées sont adossées et leur haute toiture à deux versants et à forte pente. Dans ce cas, ces caractéristiques s'incarnent, entre autres, dans la maçonnerie de pierre, les cheminées et les portes situées dans les murs pignons et le toit à deux versants sans débordements, à pente raide, couvert de bardeaux de cèdre. Malgré plusieurs modifications à l'intérieur, certains éléments d'origine ont été conservés, dont les foyers, les volets intérieurs et le crépi de certains murs.

Le vieux presbytère de Deschambault présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à sa représentativité en tant que maison curiale. Le presbytère est la résidence du curé, ce personnage influent et respecté, représentant de l'évêque et de l'Église. Il peut aussi y recevoir ses paroissiens. Le vieux presbytère de Deschambault est construit entre 1815 et 1818, sous la direction du curé Charles Denis Dénéchaud, à 1,5 mètre du premier presbytère, érigé entre 1730 et 1735. Les autorités ecclésiastiques exigeant que les prêtres puissent jouir d'un logement convenable, la nouvelle maison presbytérale se doit alors d'être plus spacieuse que la précédente. Elle doit loger le vicaire résidant, les vicaires dominicaux ainsi que l'évêque et sa suite, lors des visites épiscopales. Les deux structures coexistent jusqu'en 1840, alors que l'ancien presbytère datant du Régime français est démoli. Entre 1871 et 1872, un nouvel édifice est construit afin d'assumer les fonctions résidentielles de presbytère.

Le vieux presbytère de Deschambault présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur archéologique. Les vestiges provenant du terrain de ce bâtiment religieux témoignent d'une occupation amérindienne préhistorique et d'une occupation euro-québécoise du XVIIe siècle à nos jours. Les fondations du premier presbytère, démoli en 1840, sont toujours apparentes près du bâtiment qui l'a remplacé.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clésdu vieux presbytère de Deschambault liés à ses valeurs architecturale, historique et archéologique comprennent, notamment :
- la situation dans l'ensemble religieux et institutionnel de Deschambault, sur la pointe du cap Lauzon, surplombant le fleuve Saint-Laurent;
- la proximité des fondations de l'ancien presbytère et du presbytère neuf devenu l'hôtel de ville;
- les caractéristiques propres à la maison d'inspiration française de la région de Portneuf, dont l'élévation sur un étage et demi, le plan rectangulaire, la maçonnerie en pierre, le toit à pente raide à deux versants sans débordements couvert de bardeaux de cèdre, la charpente à chevrons portant fermes avec poinçons et croix de Saint-André, les cheminées et les portes situées dans les murs pignons, un mur pignon recouvert de bois, la régularité des ouvertures, les fenêtres à deux battants à petits carreaux et les cinq lucarnes;
- les caractéristiques du décor intérieur, dont les poutres apparentes, le crépi de certains murs, les volets intérieurs et les deux foyers;
- les caractéristiques du terrain, dont la présence d'un site archéologique connu comprenant, entre autres, les vestiges archéologiques des fondations du premier presbytère toujours visibles.

Haut de la page

Informations historiques

Le vieux presbytère de Deschambault est érigé entre 1815 et 1818 par Augustin Houle, un marchand entrepreneur de Grondines, sous la supervision du curé de la paroisse, Charles Denis Dénéchaud. Il est érigé à 1,5 mètre de l'ancien presbytère, construit entre 1730 et 1735. Les deux bâtiments cohabitent jusqu'en 1840, alors que le presbytère datant du Régime français est démoli.

Entre 1871 et 1872, un nouveau presbytère est construit. Du coup, les fonctions de l'ancien presbytère changent. Il est utilisé pour loger les employés de la fabrique ainsi que leurs familles. Entre 1895 et 1897, il sert même d'école. De 1914 à 1954, l'ancienne maison presbytérale est employée comme remise, fournil et grenier à dîmes.

Dans les années 1950, le vieux presbytère est menacé de démolition. Un antiquaire de Deschambault, M. Jean-Marie T. Du Sault, se porte à sa défense en 1955. Il se charge de la restauration et de l'entretien général de l'édifice.

Le vieux presbytère de Deschambault est classé en 1957. En 1965, un nouveau classement vise la protection supplémentaire du terrain.

En 1970, la Société du vieux presbytère (maintenant l'Association du patrimoine de Deschambault) est constituée et prend le relais du particulier. L'association assure la rénovation, l'entretien et l'animation du bâtiment.

Le vieux presbytère de Deschambault bénéficie d'une aire de protection depuis 1974.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Portneuf

Municipalité :

  • Deschambault-Grondines

Adresse :

  • 117, rue Saint-Joseph

Lieux-dits :

  • Deschambault

Latitude :

  • 46° 38' 53.8"

Longitude :

  • -71° 55' 36.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Portneuf Paroisse de Deschambault Absent 43-4

Code Borden

CdEx-6      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOUILLÉ, Lucille. Deschambault : historique et touristique. Deschambault, Société du vieux presbytère de Deschambault, s.d. 20 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • FRENETTE, Yves. Le Cap Lauzon et ses « vieux presbytères » : rapport de recherche dans le cadre du projet Perspective-Jeunesse T.O.E.P.A.C.A. Deschambault, 1974. 35 p.
  • LACOMBE, Marthe. « Vieux presbytère ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 315.
  • PAULETTE, Claude. Deschambault et son patrimoine. Deschambault, Société du vieux presbytère de Deschambault, 1990. s.p.
  • PAULETTE, Claude. Deschambault sur le fil du temps. Deschambault, Association du patrimoine de Deschambault / Éditions Va bene, 2002. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013