Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison natale Honoré-Mercier

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Sainte-Anne-de-Sabrevois

Date :

  • 1820 – 1840 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Musées)
  • Fonction résidentielle (Maisons de colonisation)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (2)

Carte

Description

La maison natale Honoré-Mercier est une habitation de colonisation d'influence néoclassique construite entre 1820 et 1840. Cette demeure modeste en bois de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. La maison natale Honoré-Mercier est située sur un grand terrain, en bordure d'une voie passante de la municipalité de Sainte-Anne-de-Sabrevois, à proximité du noyau villageois.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Indéterminé

Saillies :

  • Cheminée

Élévations :

  • Façade arrière : Bois (Planche verticale)
  • Façade droite : Bois (Planche verticale)
  • Façade gauche : Bois (Planche verticale)
  • Façade avant : Bois (Planche verticale)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à battants

Autre(s) porte(s) :

  • contemporaine, à battants

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux
  • Rectangulaire, À guillotine

Éléments architecturaux :

  • Chambranle
  • Contrevent
  • Planche de rive
  • Retour de l'avant-toit

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1959-03-12
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison natale Honoré-Mercier présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec Honoré Mercier (1840-1894). Selon la tradition, c'est en effet dans cette demeure appartenant au cultivateur Jean-Baptiste Mercier qu'est né, le 15 octobre 1840, Honoré Mercier, qui sera le neuvième premier ministre de la province de Québec. D'abord journaliste et avocat dans la ville de Saint-Hyacinthe, Mercier amorce sa carrière politique en 1872, alors qu'il est élu député libéral du comté de Rouville à la Chambre des communes. Cinq ans plus tard, il fait son entrée à l'Assemblée législative de la province de Québec en tant que ministre dans le cabinet libéral de Henri-Gustave Joly de Lotbinière (1829-1908). De 1883 à 1887, Mercier est chef de l'opposition. En 1885, il fonde le nouveau Parti national qui regroupe, dans la province de Québec, les libéraux et les conservateurs dissidents indignés par la pendaison du chef métis Louis Riel (1844-1885). De 1887 à 1891, à la tête de cette coalition, Mercier dirige la province. Pendant son passage au pouvoir, il soutient la colonisation et la construction ferroviaire, procède au règlement de l'épineuse question des biens des Jésuites et convoque la première conférence des premiers ministres provinciaux de l'histoire de la Confédération canadienne. En décembre 1891, à la suite du scandale du chemin de fer de la Baie-des-Chaleurs, Mercier est renvoyé d'office par le lieutenant-gouverneur Auguste-Réal Angers (1837-1919). Traduit en justice, il est acquitté, mais ruiné et affligé par la maladie, il s'éteint en 1894. Dans la mémoire collective, Mercier demeure un promoteur important de l'autonomie de la province de Québec au sein de la Confédération.

La maison natale Honoré-Mercier présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite entre 1820 et 1840, elle est un exemple de l'habitation rurale typique du début du XIXe siècle des colons de l'arrière-pays. Peu de ces bâtiments ont résisté au temps. La maison se distingue notamment par la sobriété peu commune de son enveloppe extérieure inspirée du courant néoclassique dans sa variante néogrecque, comme en témoignent la disposition de la façade principale sur un mur pignon, sa composition symétrique, le toit à deux versants droits et les retours de corniche. La maison natale Honoré-Mercier se distingue aussi par l'aménagement de son espace intérieur, tout aussi modeste, constitué par trois pièces au rez-de-chaussée (cuisine, salon, chambre) et deux pièces de dimensions égales à l'étage. Cette maison est donc un témoin rare et éloquent de la maison de cultivateur du début du XIXe siècle.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison natale Honoré-Mercier liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un terrain de grandes dimensions, en bordure d'une voie passante de la municipalité de Sainte-Anne-de-Sabrevois, à proximité du noyau villageois;
- les caractéristiques du courant néoclassique dans sa variante néogrecque, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, la façade principale symétrique aménagée dans un mur pignon, le toit à deux versants droits et les retours de corniche;
- les matériaux, dont la charpente en bois, le parement de planches verticales, les fondations en pierre sèche, la couverture en tôle agrafée et les cheminées en brique;
- l'ordonnance régulière des ouvertures et les fenêtres avec contrevents;
- l'aménagement intérieur simple caractérisé par la distribution des pièces (trois au rez-de-chaussée et deux à l'étage), l'escalier tournant, le plafond bas et les murs en mortier recouverts de tapisserie au rez-de-chaussée ainsi que les murs et le plafond en mortier recouverts de chaux à l'étage.

Haut de la page

Informations historiques

La maison natale Honoré-Mercier est construite entre 1820 et 1840 pour le cultivateur Jean-Baptiste Mercier. C'est un rare exemple de l'habitation rurale typique du début du XIXe siècle des colons de l'arrière-pays.

Selon la tradition, c'est dans cette maison qu'est né Honoré Mercier, le 15 octobre 1840. Son père, Jean-Baptiste Mercier, est alors un partisan inconditionnel de Louis-Joseph Papineau (1786-1871). Pendant les rébellions de 1837 et de 1838, il est même emprisonné pour avoir aidé deux patriotes à se réfugier aux États-Unis. À la suite de ces événements, la maison de Mercier demeurera un lieu fréquenté par « les rouges », des libéraux radicaux. Le jeune Honoré grandira donc dans une ambiance familiale marquée par la politique.

En 1854, Honoré Mercier quitte la maison natale pour étudier à Montréal. Il devient d'abord journaliste et avocat dans la ville de Saint-Hyacinthe. En 1872, il fait ses premières armes en politique en étant élu député libéral du comté de Rouville à la Chambre des communes.

Entre 1887 et 1891, Mercier dirige la province de Québec à la tête du Parti national. Pendant son passage au pouvoir, il soutient la colonisation et la construction ferroviaire, procède au règlement de l'épineuse question des biens des Jésuites et convoque la première conférence des premiers ministres provinciaux de l'histoire de la Confédération canadienne. En décembre 1891, à la suite du scandale du chemin de fer de la Baie-des-Chaleurs, Mercier est renvoyé d'office par le lieutenant-gouverneur Auguste-Réal Angers (1837-1919), même si la commission d'enquête chargée de faire la lumière sur cette affaire de pots-de-vin ne peut faire la preuve de son implication. Traduit en justice sous une accusation de fraude, il est acquitté, mais ruiné et affligé par la maladie, il s'éteint en 1894.

En 1959, la maison natale Honoré-Mercier est classée, ce qui empêche sa démolition. Plus tard cette année-là, dans le cadre des fêtes du centenaire d'Iberville, la Société Saint-Jean-Baptiste en fait l'acquisition à l'initiative du notaire Rodolphe Fournier (1907-1989), un passionné d'histoire. En 1962, la Société historique de la Vallée-du-Richelieu y ouvre un musée dédié à la mémoire de l'ancien premier ministre, qui demeure, dans le souvenir collectif, un promoteur important de l'autonomie de la province de Québec au sein de la Confédération. En 1964, la maison est cédée à la Commission des lieux et monuments historiques du Québec. Elle est restaurée en 1976 et 1977 par le ministère des Affaires culturelles. Depuis 1995, elle appartient à la municipalité de Sainte-Anne-de-Sabrevois. Le bâtiment sert toujours de lieu d'interprétation.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Le Haut-Richelieu

Municipalité :

  • Sainte-Anne-de-Sabrevois

Adresse :

  • 927, route 133

Lieux-dits :

  • Sabrevois

Latitude :

  • 45° 13' 7.421"

Longitude :

  • -73° 13' 45.393"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Témiscouata Inconnue Absent 153 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DUFOUR, Pierre et Jean HAMELIN. « Mercier, Honoré ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • GALLICHAN, Gilles. Honoré Mercier. La politique et la culture. Sillery, Québec, Septentrion, 1994. 212 p.
  • LABELLE, Yvonne. Village et paroisse de Sabrevois (Monographie). s.l. 1978. 53 p.
  • LATOUCHE, Daniel. « Mercier, Honoré ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • NOPPEN, Luc. « Maison natale d'Honoré Mercier ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 318.
  • THIBAULT, Marie-Thérèse. Monuments et sites historiques du Québec. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1977. 250 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013