Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Grégoire-le-Grand

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Bécancour

Date :

  • 1803 – 1806 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (24)

Groupes associés (1)

Personnes associées (12)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'église de Saint-Grégoire-le-Grand est un lieu de culte de tradition catholique construit de 1803 à 1806 et agrandi par la façade de 1850 à 1855. Le plan de cet édifice en pierre est composé d'une nef rectangulaire à trois vaisseaux prolongée par un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle. D'inspiration néoclassique, sa façade-écran monumentale présente un avant-corps central d'ordre ionique flanqué de deux tours surmontées d'un clocher. Une sacristie en pierre, de plan rectangulaire et à un étage, est greffée à l'abside dans le prolongement du choeur. Implantée au coeur du secteur Saint-Grégoire de la ville de Bécancour, l'église domine le noyau institutionnel, qui compte aussi le presbytère, l'ancien couvent et l'ancienne école, et bénéficie d'une aire de protection.

Ce bien classé immeuble patrimonial.

Vingt-trois objets patrimoniaux classés sont associés au lieu.

Plan au sol :

Rectangulaire à choeur plus étroit que la nef

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Bois
  • Maçonnerie en pierre
  • Métal

Annexes :

  • Sacristie

Saillies :

  • Avant-corps
  • Cheminée
  • Clocher
  • Porche
  • Tour

Fondations :

  • Béton
  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (À bossages)
  • Façade droite : Pierre (À bossages)
  • Façade gauche : Pierre (À bossages)
  • Façade avant : Pierre (Taillée)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : Conique
    Matériau : Tôle à baguettes

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à battants

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux, à battants

Fenêtre(s) :

  • à arc surbaissé, À battants, à petits carreaux
  • carrée, À battants, à petits carreaux
  • cintrée, À battants, à petits carreaux
  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Éléments architecturaux :

  • Acrotère
  • Amortissement
  • Arcade
  • Chaîne d'angle
  • Chambranle
  • Clé
  • Colonne
  • Corniche moulurée
  • Entablement
  • Esse
  • Fronton
  • Larmier cintré
  • Niche
  • Pierre millésimée
  • Portail
  • Tympan
  • Vitrail

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1957-06-26
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1978-04-14
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Grégoire-le-Grand présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Ce lieu de culte témoigne de l'arrivée massive d'Acadiens dans le secteur de Bécancour au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Délogées de leur patrie lors de la déportation de 1755, plusieurs familles originaires de Beaubassin viennent s'y établir à partir de 1758 et fondent notamment le village de Saint-Grégoire, nommé à l'origine Sainte-Marguerite. Compte tenu de l'importance de la communauté, les autorités ecclésiastiques érigent canoniquement la paroisse en 1802 et autorisent la construction de l'église, qui s'échelonne de 1803 à 1806.

L'église de Saint-Grégoire-le-Grand présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale lié à sa représentativité par rapport à l'évolution de l'architecture religieuse québécoise. En effet, l'édifice est le reflet de transformations couramment effectuées pour adapter les églises catholiques aux besoins des paroisses et les mettre au goût du jour. En raison de l'accroissement du nombre de fidèles, l'église de Saint-Grégoire-le-Grand a été modifiée de façon importante de 1850 à 1855. La nef est alors allongée par la façade et les longs-pans sont reconstruits dans l'alignement des murs latéraux du transept. Ce type d'élargissement de la nef, qui se rencontre fréquemment dans les églises présentant un plan en croix latine, permettait l'aménagement de galeries latérales. De plus, la nouvelle façade emprunte au néoclassicisme, un courant en vogue au XIXe siècle. Cette église rappelle ainsi l'évolution de plusieurs églises catholiques du Québec construites aux XVIIIe et XIXe siècles.

L'église de Saint-Grégoire-le-Grand présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa façade monumentale. La façade-écran est constituée de cinq travées et de deux tours latérales surmontées d'un clocher, une composition courante au milieu du XIXe siècle. L'influence néoclassique se reflète plus particulièrement dans l'avant-corps central d'ordre ionique, qui présente un soubassement percé d'une arcade supportant un bel étage orné d'une colonnade et couronné d'un fronton triangulaire, et dans les ouvertures cintrées. Afin d'alléger la structure, les colonnes et le fronton en bois sont revêtus de tôle peinte imitant la pierre de taille. Ces éléments font appel à des techniques de construction utilisées au XIXe siècle afin d'adapter les bâtiments aux sols argileux qui ne peuvent pas supporter de lourdes charges.

L'église de Saint-Grégoire-le-Grand présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique liée à son décor intérieur. Celui-ci ce compose d'éléments exceptionnels, dont le tabernacle du maître-autel réalisé en 1703 par Charles Chaboulié (vers 1638-1708) et le retable du choeur (soit la partie centrale composée de colonnes et de pilastres supportant une section d'entablement et un fronton en segment de cercle) créé vers 1713 par le sculpteur bruxellois Jan Jacques Bloem dit Leblond (1688-après 1724) pour l'église des Récollets de Montréal. Ces oeuvres figurent parmi les plus anciennes du genre à subsister au Québec. Acquises par la paroisse en 1811, elles ont été intégrées l'année suivante au décor exécuté par Urbain Brien dit Desrochers (1781-1860). Ce dernier réalise aussi des tombeaux à la romaine pour le maître-autel et les autels latéraux représentatifs de la production de l'atelier des Écores auquel il est rattaché. Ils démontrent la qualité du travail de ce sculpteur, l'un des plus renommés au Québec au XIXe siècle. Riche en raison de la pluralité de ses éléments d'intérêt, l'intérieur de l'église de Saint-Grégoire-le-Grand témoigne donc des pratiques et de la maîtrise d'artisans renommés des XVIIIe et XIXe siècles.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'église de Saint-Grégoire-le-Grand liés à ses valeurs historique, architecturale et artistique comprennent, notamment :
- sa situation au coeur du secteur Saint-Grégoire de la ville de Bécancour, entre l'ancien couvent et le presbytère et à proximité de l'ancienne école et du moulin à vent;
- son volume, dont le plan composé d'une nef rectangulaire à trois vaisseaux prolongée par un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle et le toit à deux versants légèrement retroussés souligné d'une corniche;
- ses matériaux, dont la maçonnerie de moellons de la nef, du choeur et de la sacristie et la couverture en tôle à baguettes;
- la façade-écran monumentale d'inspiration néoclassique constituée de cinq travées et de deux registres et comprenant un avant-corps central d'ordre ionique (soubassement en pierre de taille à bossage continu percé d'une arcade, bel étage en bois couvert de tôle orné d'une colonnade et couronné d'un fronton triangulaire), deux tours latérales (soubassement en pierre de taille à bossage continu, clocher à deux lanternes), des ouvertures cintrées et des chaînes d'angle;
- l'alignement vertical des deux niveaux de baies à arc surbaissé et cintrées de la nef ainsi que les chambranles en pierre de taille;
- les baies cintrées du choeur et les chambranles en pierre de taille;
- la sacristie de plan rectangulaire et à un étage greffée à l'abside dans le prolongement du choeur, le toit à deux versants droits, les fenêtres à battants à petits carreaux et les chambranles en bois;
- le chemin couvert;
- son décor architectural intérieur, dont la fausse voûte en berceau à caissons ornée d'appliques en plâtre, le retable du choeur (la partie centrale comprenant des colonnes et des pilastres supportant une section d'entablement et un fronton en segment de cercle provenant de l'église des Récollets de Montréal) et des chapelles latérales, les colonnes corinthiennes des galeries supportant l'entablement de la nef ainsi que le plafond à caissons des galeries orné d'appliques en plâtre;
- le mobilier liturgique, dont le maître-autel doté d'un imposant tabernacle de style Louis XIV à colonnes torses (provenant de l'église des Récollets de Montréal) et d'un tombeau à la romaine orné de guirlandes et de motifs végétaux, les autels latéraux ainsi que l'ambon constitué de la cuve de l'ancienne chaire.

Haut de la page

Informations historiques

Délogées de leur patrie lors de la déportation de 1755, plusieurs familles acadiennes originaires de Beaubassin viennent s'établir dans le secteur de Bécancour à partir de 1758. Elles fondent notamment le village de Saint-Grégoire, nommé à l'origine Sainte-Marguerite. En raison de la proximité des paroisses de Nicolet et de Bécancour, les autorités ecclésiastiques reportent leur décision d'accorder aux habitants de Sainte-Marguerite leur propre paroisse. Un presbytère, où la messe est célébrée à l'occasion, est bâti en 1797. Finalement, la paroisse de Saint-Grégoire est érigée canoniquement en 1802. La construction de l'église commence l'année suivante et se termine en 1806. Les travaux de maçonnerie sont confiés à l'entrepreneur et maître maçon Louis Bouillereau dit Comtois, alors que la charpente est l'oeuvre du maître charpentier Jean-Baptiste Hébert (1779-1863). Les portes et les fenêtres sont fabriquées par les menuisiers Alexis Blais et Pierre Prince. À cette époque, l'église présente une architecture semblable à celle de l'église de Sainte-Famille de Boucherville, construite en 1801 et 1802 par le même maître maçon, selon les plans conçus par l'abbé Pierre Conefroy (1752-1816). De plan en croix latine, sa façade est percée d'un portail central flanqué de deux portes et est surmontée d'un clocher sur le faîte à l'avant du toit.

La réalisation du décor intérieur est amorcée en 1811 alors que la paroisse acquiert de Louis Demers (1732-1813), dernier prêtre récollet au Canada et supérieur du couvent de Montréal, deux biens de son église, soit le tabernacle réalisé en 1703 par Charles Chaboulié (avant 1655-1708) et le retable créé vers 1713 par le sculpteur bruxellois Jean Jacquiés dit Leblond (1688-après 1724). Demers est connu des habitants de Saint-Grégoire pour avoir desservi la paroisse de Bécancour comme missionnaire de 1764 à 1767. Les biens cédés sont intégrés au décor exécuté l'année suivante par Urbain Brien dit Desrochers (1781-1860). Ce dernier complète le retable du choeur et effectue ceux des autels latéraux ainsi que l'entablement de la nef selon le modèle de l'église des Récollets. Il réalise entre autres le tombeau du maître-autel, les autels latéraux, la chaire et les stalles du choeur, en plus de sculpter le chandelier pascal ainsi que les chandeliers et les croix d'autel.

L'église sera l'objet de deux campagnes d'agrandissement. La première, effectuée en 1837, concerne le prolongement de la sacristie. La seconde, qui modifie considérablement l'apparence de l'édifice, est réalisée de 1850 à 1855 par l'entrepreneur Augustin Leblanc (1799-1882). Il est possible que Victor Bourgeau (1809-1888) ait conçu les plans. Leblanc élargit la nef en reconstruisant les longs-pans dans l'alignement des murs latéraux du transept, prolonge les versants du toit et allonge la nef de sept mètres par la façade, qu'il reconstruit dans le style néoclassique. Le chemin couvert est également ajouté à cette occasion. À l'intérieur, les nouveaux collatéraux sont munis de galeries supportées par des piliers et ornées de colonnes qui soutiennent l'entablement de la nef. De plus, le vaisseau central est doté d'une voûte dont l'ornementation est complétée en 1858 par les entrepreneurs Dussault et Vézina, selon les plans de Bourgeau.

Entre 1891 et 1897, l'église connaît d'importants travaux de réfection, qui comprennent entre autres la solidification des clochers. Les trois tableaux de Louis Dulongpré (1759-1843) qui ornaient l'intérieur sont remplacés en 1910 par ceux du peintre parisien Joseph Uberti. La couverture en tôle à baguettes date vraisemblablement de 1912.

L'église est classée en 1957. Vingt-trois objets patrimoniaux qui y sont conservés sont également classés en 1965. Le lieu de culte bénéficie d'une aire de protection depuis 1978.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • Bécancour

Municipalité :

  • Bécancour

Adresse :

  • 4100, boulevard de Port-Royal

Lieux-dits :

  • Saint-Grégoire

Localisation informelle :

L'église se situe à l'intersection du boulevard de Port-Royal et de la rue Béliveau.

Latitude :

  • 46° 16' 19.8"

Longitude :

  • -72° 30' 43.3"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Nicolet Village de Larochelle Absent 73 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CHAGNON, Joanne. « Oeuvres d'art de l'église de Saint-Grégoire ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Biens mobiliers du Québec. Tome III. Québec, Les Publications du Québec, 1999, p. 41-44.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • HÉBERT, Pierre-Maurice. Saint-Grégoire (ville de Bécancour, comté et diocèse de Nicolet). Pointe-aux-Trembles, Éditions de l'Echo, 1977. 28 p.
  • LAMOTHE, Jean. « Église Saint-Grégoire et sacristie ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 68-69.
  • NOPPEN, Luc. Les églises du Québec, 1600-1850. Montréal, Fides, 1977. 298 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013