Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de l'Ancienne-Centrale-Hydroélectrique-de-Saint-Narcisse

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancienne centrale électrique
  • Ancienne centrale hydroélectrique de Saint-Narcisse
  • Site historique de l'Ancienne-Centrale-Hydroélectrique-de-Saint-Narcisse

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Saint-Narcisse

Date :

  • 1897 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Installations électriques)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Plaques commémoratives associées (2)

Groupes associés (2)

Carte

Description

Le site patrimonial de l'Ancienne-Centrale-Hydroélectrique-de-Saint-Narcisse est une installation de production d'énergie composée d'un barrage (1897) et d'un bâtiment (1904). Le corps de bâtiment en pierre de plan rectangulaire, qui est une section d'un immeuble autrefois plus vaste, compte un étage et est coiffé d'un toit à deux versants droits de faible pente. Le barrage, qui traverse un bras de la rivière Batiscan, se compose d'une maçonnerie de pierre percée de deux conduites d'eau. Le site patrimonial de l'Ancienne-Centrale-Hydroélectrique-de-Saint-Narcisse se situe en bordure de ce cours d'eau, à proximité de la Grande Chute, dans la municipalité de Saint-Narcisse.

Ce bien est classé site patrimonial. La protection s'applique au barrage, au bâtiment et au terrain.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Bois
  • Maçonnerie en pierre

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (À bossages)
  • Façade droite : Pierre (À bossages)
  • Façade gauche : Composite (Enduit et crépi)
  • Façade avant : Pierre (À bossages)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle pincée

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À guillotine

Éléments architecturaux :

  • Corniche moulurée
  • Linteau
  • Plate-bande

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1964-02-12

Statuts antérieurs

  • Classement, 1963-02-19
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de l'Ancienne-Centrale-Hydroélectrique-de-Saint-Narcisse présente un intérêt pour ses valeurs historique et technologique. Les technologies modernes de production d'hydroélectricité sont connues au Québec dès 1890 et les centrales hydroélectriques remplacent progressivement les centrales thermoélectriques actionnées par des machines à vapeur ou des moteurs à combustion interne. Construites au tournant du XXe siècle, les installations de Saint-Narcisse sont parmi les premières à employer les techniques modernes de production d'électricité, à l'aide de turbines horizontales hydrauliques. Elles serviront de modèle à plusieurs petites centrales similaires. Les pertes d'énergie lors du transport de l'électricité sur de longues distances, qui ralentissent le développement industriel, constituent durant cette période un défi technologique majeur. Conçue pour remédier à ce problème, la première ligne à haute tension au Canada a été mise en service à la centrale de Saint-Narcisse dès sa construction. Cette centrale constitue donc un jalon dans l'histoire de l'hydroélectricité, l'une des industries clés du Québec moderne.

Le site patrimonial de l'Ancienne-Centrale-Hydroélectrique-de-Saint-Narcisse présente aussi un intérêt pour sa valeur architecturale comme témoin des aménagements hydroélectriques au Québec. Avant la Seconde Guerre mondiale, les installations hydroélectriques sont soit intégrées à un barrage, comme à l'ancienne centrale des Cèdres en Montérégie, aussi classée, soit construites à proximité d'un barrage et alimentées par une conduite forcée, comme à l'ancienne centrale de Saint-Narcisse. Les centrales, quant à elles, se répartissent en trois types principaux. Les plus anciennes empruntent leurs formes et leurs techniques de construction aux moulins à eau du XIXe siècle, car les premières turbines ont été fréquemment installées dans des moulins à farine ou à scie actionnés par l'énergie hydraulique. La centrale de Saint-Narcisse est une illustration de ce type par son corps de bâtiment en pierre de plan rectangulaire et son toit à deux versants droits couvert de tôle. La maçonnerie du barrage est similaire à celle de l'immeuble. Ces deux ouvrages témoignent des débuts de la recherche d'une expression architecturale propre à répondre à une nouvelle réalité industrielle.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de l'Ancienne-Centrale-Hydroélectrique-de-Saint-Narcisse liés à ses valeurs historique, technologique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la rivière Batiscan, à proximité de la Grande Chute;
- le corps de bâtiment en maçonnerie de pierre de plan rectangulaire coiffé d'un toit à deux versants droits de faible pente couvert de tôle;
- ses nombreuses ouvertures, dont les fenêtres à guillotine à petits carreaux avec leur appui et linteau en bois ainsi que la grande porte à double vantail surmontée d'une imposte vitrée et d'un arc de décharge;
- l'aménagement intérieur du rez-de-chaussée composé d'un grand espace pour la machinerie;
- les trois murs en maçonnerie du sous-sol comportant des arches;
- les baies circulaires au-dessus de l'entrée;
- le barrage en maçonnerie de pierre et les deux conduites d'eau.

Haut de la page

Informations historiques

La compagnie North Shore Power acquiert les droits d'utilisation de la rivière Batiscan en 1897. Elle aménage des installations hydroélectriques comprenant une centrale et un barrage en maçonnerie de pierre. L'électricité produite sert à éclairer les rues de la ville de Trois-Rivières. En raison de l'augmentation de la demande d'énergie, la centrale est agrandie en 1904 pour recevoir de nouvelles machines. En 1926, la Shawinigan Water and Power Company construit un barrage ainsi qu'une centrale en amont des anciennes installations, qui cessent leurs activités deux ans plus tard. Le bâtiment de la première centrale est démoli en 1950, mais l'annexe et le barrage sont préservés. L'annexe représente approximativement le tiers des aménagements originaux.

Le site patrimonial de l'Ancienne-Centrale-Hydroélectrique-de-Saint-Narcisse est classé en 1963.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Les Chenaux

Municipalité :

  • Saint-Narcisse

Latitude :

  • 46° 33' 20.1"

Longitude :

  • -72° 24' 44.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Champlain Paroisse de Sainte-Geneviève-de-Batiscan Absent 606
607 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BARIL, Romain et Georges HAMELIN. Le premier barrage Saint-Narcisse (1897-1928). Trois-Rivières, Les Éditions du Spectre, 1990. s.p.
  • BOLDUC, André, Clarence HOGUE et Daniel LAROUCHE. Québec : un siècle d'électricité. Montréal, Libre expression, 1984. 430 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LAROSE, Danielle. « Ancienne centrale électrique ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 51.
  • LÉVEILLÉ, Claude. « Le Saint-Laurent au coeur du développement hydroélectrique régional ». Histoire Québec. Vol. 7, no 1 (2001), p. 8-9.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013