Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Michel-Cureux

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Cureux

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1729 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction commerciale (Restaurants et bars)
  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)
  • Services et institutions (Cabinets de professionnels libéraux)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (14)

Carte

Description

La maison Michel-Cureux est une habitation urbaine érigée en 1729 et modifiée en 1897. Cette demeure en pierre, de plan rectangulaire à deux étages et demi, est coiffée d'un toit mansardé percé de lucarnes et encadrée de murs coupe-feu. La maison Michel-Cureux est située en bordure de l'une des plus anciennes rues de la ville, dans un tissu urbain dense, dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi au terrain. La maison Michel-Cureux est comprise dans le site patrimonial du Vieux-Québec.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

2 ½

Groupement :

En rangée

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Agrandissement

Saillies :

  • Cheminée

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (À bossages)
  • Façade avant : Pierre (À bossages)

Toit :

  • Forme : Mansardé
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : Mansardé
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à battants

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux
  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Chambranle
  • Corniche à consoles

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1965-10-06
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Québec), 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Michel-Cureux présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'habitation témoigne de l'évolution de l'architecture résidentielle aux XVIIIe et au XIXe siècles. Érigée en 1729 par le maçon Jacques Ménard dit Deslauriers (1688-1754), elle présente des éléments caractéristiques de maison urbaine du Régime français, dont l'implantation en bordure de la rue, le carré en maçonnerie bas et peu dégagé du sol et les murs coupe-feu se prolongeant au-delà de la toiture. Son toit aigu à deux versants droits est remplacé en 1897 par un toit mansardé d'influence Second Empire. Les éléments menuisés de la façade, dont les chambranles et la corniche à consoles et à caissons, constituent également des ajouts postérieurs. Par ailleurs, l'intérieur conserve des éléments d'intérêt, dont un manteau de cheminée en pierre bouchardée. La maison Michel-Cureux compte parmi les plus anciennes résidences de la ville de Québec.

La maison Michel-Cureux présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Son édification découle de la démolition des bâtiments antérieurs érigés sur son terrain et jugés trop près des fortifications. En 1709, l'ingénieur Jacques Levasseur de Nérée (avant 1664-vers 1723) travaille au complètement des ouvrages fortifiés en prévision d'une attaque britannique. Les autorités font démolir toutes les constructions qui nuisent aux travaux visant à prolonger le mur d'enceinte et celles à proximité qui pourraient tomber aux mains des assaillants. La maison et les dépendances de l'aubergiste Michel Cureux dit Saint-Germain (1664-vers 1711), qui occupent une position stratégique, comptent parmi les bâtiments dont la démolition est autorisée par le gouverneur général de la Nouvelle-France Philippe de Rigaud de Vaudreuil (marquis de Vaudreuil, 1643-1725) et les intendants Antoine-Denis (1679-1737) et Jacques Raudot (1638-1728). La maison Michel-Cureux est construite sur le terrain vacant après un long procès contre le gouvernement qui autorise les héritiers, Louis (né en 1702) et Michel (1698-1780) Cureux dit Saint-Germain, à rebâtir sur le terrain familial.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les caractéristiques de la maison Michel-Cureux liées à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- l'implantation en bordure de la rue, au coeur du site patrimonial du Vieux-Québec;
- le volume, dont le plan rectangulaire à deux étages et demi ainsi que le toit mansardé percé de deux rangées de lucarnes à pignon;
- les matériaux, dont la maçonnerie de moellons, le crépi du mur pignon ouest et la couverture en tôle à la canadienne;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires en bois à battants et à petits carreaux, la porte en bois vitrée et à panneaux ainsi que les chambranles en bois;
- les murs coupe-feu surmontés d'une souche de cheminée, dont l'une en pierre;
- les éléments menuisés, dont l'imposante corniche à consoles et à caissons;
- les éléments de l'intérieur, dont le manteau de cheminée en pierre bouchardée.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Michel-Cureux est érigée sur un terrain autrefois compris dans une plus grande propriété concédée en 1651 à Mathieu Huboust Deslongchamps (vers 1627-1678).

Le 5 septembre 1691, le terrain, qui comprend alors une maison et une étable, est acquis par le jardinier Gabriel Duchesne (1656-1691) et sa femme Anne Demers (1665-1711). Duchesne meurt peu de temps après. En 1693, sa veuve épouse en secondes noces l'aubergiste Michel Cureux dit Saint-Germain (1664-vers 1711), qui acquiert par la suite les titres de propriété. En 1709, l'ingénieur Jacques Levasseur de Nérée (avant 1664-vers 1723) travaille au complètement des fortifications en prévision d'une attaque britannique. Les autorités font démolir toutes les constructions qui nuisent aux travaux visant à prolonger le mur d'enceinte et celles à proximité qui pourraient tomber aux mains des assaillants. La maison et les dépendances de la famille Cureux dit Saint-Germain comptent parmi les bâtiments dont la démolition est autorisée par le gouverneur général de la Nouvelle-France Philippe de Rigaud de Vaudreuil (marquis de Vaudreuil, 1643-1725) et les intendants Antoine-Denis (1679-1737) et Jacques Raudot (1638-1728).

Après le décès de leur père, Louis (né en 1702) et Michel (1698-1780) Cureux dit Saint-Germain héritent de la propriété. De 1712 à 1714, l'emplacement est loué au jardinier René Fournier (1685-1748). Les héritiers obtiennent, au terme d'un long procès contre le gouvernement, l'autorisation de rebâtir. En 1729, Louis et Michel, respectivement forgeron et aubergiste, font ériger sur le terrain encore vacant deux maisons contiguës en pierre en bordure de la rue Saint-Louis. Elles sont construites par le maçon Jacques Ménard dit Deslauriers (1688-1754).

La maison Michel-Cureux connaît au cours des années plusieurs propriétaires, dont le shérif James Shepherd (1730-1822) qui l'utilise comme résidence et bureau. En 1886, elle est acquise par Bernard Maguire, qui y exploite un restaurant. En 1897, celui-ci remplace le toit aigu à deux versants droits par un toit mansardé. La demeure édifiée pour Louis Cureux est démolie vers la même époque.

La maison Michel-Cureux est classée en 1965. D'importants travaux de restauration sont réalisés en 1968 et elle est transformée en immeuble de bureaux.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 86, rue Saint-Louis

Latitude :

  • 46° 48' 37.417"

Longitude :

  • -71° 12' 35.73"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 213 599

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GOBEIL-TRUDEAU, Madeleine. « Maison Cureux ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 150.
  • Groupe de recherche en histoire du Québec inc. Étude d'ensemble : Sous-secteur des Ursulines. Annexes. Québec, Ville de Québec, 2000. s.p.
  • Groupe de recherche en histoire du Québec inc. Étude d'ensemble : Sous-secteur des Ursulines. Synthèse. Québec, Ville de Québec, 2000. 162 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013