Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Elizabeth-Mittleberger-Platt

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Entrepôt Elizabeth-Mittleberger-Platt
  • Maison de la Congrégation
  • Maison McGill
  • Maison Platt
  • Maison-magasin Elizabeth-Mittleberger-Platt

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1822 – 1823 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction commerciale (Commerces de vente au détail)
  • Fonction commerciale (Entrepôts)
  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Groupes associés (2)

Personnes associées (7)

Images

Carte

Description

La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt est un ensemble à fonction commerciale érigé en 1822 et 1823. Cet ensemble est composé d'une maison-magasin et d'un entrepôt en pierre reliés par deux ailes adossées aux murs mitoyens. Situé à l'angle des rues Saint-Laurent et Saint-Paul, il forme un quadrilatère autour d'une petite cour. La maison-magasin a trois étages et demi et l'entrepôt en a quatre et demi. Ces deux édifices sont coiffés de toits à deux versants de faible pente pourvus de lucarnes. Les ailes en brique, construites entre 1841 et 1862, présentent des arcades au rez-de-chaussée et sont coiffées de toits en appentis. La façade de la maison-magasin donne sur la rue Saint-Paul, la plus vieille artère commerciale de Montréal, et celle de l'entrepôt donne sur la rue de la Commune et le port. Un mur en pierre brute, qui autrefois était mitoyen, longe le boulevard Saint-Laurent. La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt est située dans l'arrondissement Ville-Marie de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique également à la courette. La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt est comprise dans le site patrimonial de Montréal.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

4 ½

Groupement :

En rangée

Structure :

  • Bois
  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Cheminée
  • Escalier
  • Mur coupe-feu

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Autres façades : Pierre (À bossages)
  • Façade avant : Pierre (Taillée)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle à baguettes

Autre(s) porte(s) :

  • métallique

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Arc
  • Balustrade en bois
  • Chaîne d'angle
  • Colonne
  • Corbeau
  • Larmier cintré
  • Linteau
  • Pilastre

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1968-07-30
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec 1964-01-08

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La cave voûtée de la maison-magasin, formée de deux arcs surbaissés, appartient à un édifice du XVIIIe siècle, alors que l'ensemble témoigne de l'essor des activités marchandes dans le port de Montréal durant la première moitié du XIXe siècle. Au début du XIXe siècle, en effet, ce secteur commerçant de la ville se développe rapidement et plusieurs maisons-magasins font leur apparition le long de la rue Saint-Paul. Les fortifications sont démolies de 1801 à 1817 pour donner accès au port, et les terrains libérés sont lotis. L'entrepôt de la rue de la Commune s'élève ainsi sur le tracé des anciennes fortifications. Entre 1841 et 1862, deux ailes en brique s'ajoutent autour de la cour intérieure. Par ailleurs, le mur de pierre en bordure du boulevard Saint-Laurent, qui à l'origine était mitoyen, a été épargné lors du percement de cette voie de circulation entre les rues Notre-Dame et de la Commune, en 1914. La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt reflète donc l'évolution de ce secteur de la ville et les transformations de la trame urbaine.

La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa représentativité par rapport à l'architecture commerciale urbaine du début du XIXe siècle. Le rez-de-chaussée de la maison-magasin de la rue Saint-Paul était occupé par une boutique, comme l'indiquent les hautes fenêtres qui servaient de vitrines, alors que les étages supérieurs et les combles étaient utilisés à des fins résidentielles. L'entrepôt de la rue de la Commune servait uniquement à l'entreposage. Sa façade principale est percée d'une porte cochère qui donne accès à la cour. La devanture, qui dénote le souci de donner une image avantageuse de Montréal du côté du port, est aussi soignée que celle de la boutique, avec son mur en pierre de taille lisse et la distribution régulière et symétrique des fenêtres. Les ailes, adossées aux murs mitoyens, relient les deux bâtiments et offrent de l'espace d'entreposage supplémentaire; l'aile est a quatre étages et l'aile ouest en a trois. La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt est bien conservée et constitue un exemple éloquent de l'architecture commerciale de la première moitié du XIXe siècle à Montréal.

La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur technologique. La lucarne centrale de l'entrepôt est munie d'un palan qui permettait de monter les marchandises aux différents niveaux. Celles-ci étaient hissées à l'aide d'un treuil actionné à bras d'homme grâce à une roue située sous les combles. Les trois fenêtres alignées sous cette lucarne sont plus grandes pour entrer les marchandises dans l'immeuble. En 2007, le palan, le treuil et sa roue sont toujours en place; il s'agit de l'un des rares systèmes de ce genre à subsister dans le Vieux-Montréal.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Elizabeth-Mittleberger-Platt liés à ses valeurs historique, architecturale et technologique comprennent, notamment :
- sa situation dans le secteur du port;
- ses deux façades principales, l'une sur la rue Saint-Paul et l'autre sur la rue de la Commune, face au port;
- la disposition des édifices autour d'une courette intérieure;
- l'ancien mur mitoyen en pierre brute du côté du boulevard Saint-Laurent;
- les caractéristiques de la maison-magasin, notamment son volume (dont le plan rectangulaire, l'élévation de trois étages et demi ainsi que le toit à deux versants droits de faible pente), ses matériaux, dont la façade principale en pierre de taille lisse, les autres murs en pierre brute, les linteaux, les chambranles et les seuils en pierre et la couverture en tôle à baguettes,ses ouvertures, dont les hautes fenêtres rectangulaires à battants et à petits carreaux du rez-de-chaussée (boutique), les fenêtres rectangulaires à battants et à petits carreaux des étages supérieurs et de la cour intérieure, les quatre lucarnes à pignon de la façade nord (rue Saint-Paul) et les deux lucarnes du côté sud (cour intérieure), les deux voûtes à arc surbaissé du sous-sol ainsi que les murs coupe-feu surmontés par les souches de cheminée et la corniche peu saillante;
- les caractéristiques de l'entrepôt, notamment son volume (dont le plan rectangulaire, l'élévation de quatre étages et demi ainsi que le toit à deux versants droits de faible pente), ses matériaux (dont la façade principale en pierre de taille lisse, les autres murs en pierre brute, les linteaux, les chambranles et les seuils en pierre et la couverture en tôle à baguettes), ses ouvertures (dont les grandes fenêtres centrales rectangulaires à battants et à petits carreaux, les fenêtres latérales de la façade principale et les fenêtres de la cour intérieure à battants et à petits carreaux, les lucarnes à pignon de la façade principale et la porte cochère), la charpente du toit composée de chevrons, sablières et entraits, assemblés à tenons et mortaises ainsi que les murs coupe-feu surmontés par les souches de cheminée et la corniche peu saillante;
- les éléments de l'aile est, dont le plan rectangulaire, les murs en brique, les quatre étages, le toit en appentis, les arcades du rez-de-chaussée ainsi que les fenêtres à battants et à petits carreaux des étages supérieurs;
- les éléments de l'aile ouest, dont le plan rectangulaire, les murs en brique, les trois étages, le toit en appentis, les arcades du rez-de-chaussée ainsi que les fenêtres à battants et à petits carreaux des étages supérieurs;
- la lucarne centrale à palan de la façade principale de l'entrepôt;
- le système de monte-charge, dont le palan, le treuil et la roue.

Haut de la page

Informations historiques

Cet ensemble occupe un terrain ayant appartenu aux religieuses de la congrégation de Notre-Dame ainsi qu'un espace libéré par la démolition des fortifications entre 1801 et 1817. Plusieurs bâtiments s'y succèdent avant qu'Elizabeth Mittleberger Platt acquiert la propriété par vente aux enchères, en 1822. La même année, elle engage l'entrepreneur Isaac Shay, à qui l'on doit la réalisation de plusieurs bâtiments du Vieux-Montréal, pour la construction d'une maison-magasin donnant sur la rue Saint-Paul, qui englobe la cave voûtée de la maison précédente datant du XVIIIe siècle, et d'un entrepôt donnant sur la rue de la Commune. En 1823, elle signe un bail avec la société de chimistes et d'apothicaires Joseph Beckett and Co. Ltd, qui occupe les lieux jusqu'en 1836.

La fille d'Élizabeth Mittleberger Platt, Emma-Mathilda, acquiert les bâtiments en 1841 et les revend à Joseph Tiffin, épicier de gros, en 1862. L'acte de vente mentionne la présence de deux appentis dans la cour intérieure, ce qui laisse croire qu'ils auraient été ajoutés entre 1841 et 1862. La famille Tiffin demeure propriétaire de l'ensemble durant 86 ans.

En 1914, le boulevard Saint-Laurent, qui aboutissait à la rue Notre-Dame, est prolongé jusqu'à la rue de la Commune. Le mur de pierre en bordure du boulevard, qui à l'origine était mitoyen et porte les traces de l'ancien édifice adjacent, a été épargné lors du percement de cette voie de circulation.

À partir de 1948, la maison accueille un restaurant. Le ministère des Affaires culturelles du Québec y occupera aussi des bureaux durant quelques années.

La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt est menacée de démolition au début des années 1960. En 1963, deux portes sont percées du côté du boulevard Saint-Laurent. Des travaux de rénovation d'envergure sont réalisés en 1966 par l'architecte Patrick Blouin afin de consolider l'ensemble.

La maison Elizabeth-Mittleberger-Platt est classée en 1968. Plusieurs propriétaires se succèdent jusqu'en 1981, année où l'édifice est aménagé en bureaux et accueille un restaurant. En 2007, une succursale de la chaîne Giorgio est installée au rez-de-chaussée et le siège social de la même entreprise occupe les étages.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 200, boulevard Saint-Laurent
  • 220, boulevard Saint-Laurent
  • 222, boulevard Saint-Laurent
  • 3, rue de la Commune Ouest
  • 12, rue Saint-Paul Ouest
  • 6, rue Saint-Paul Ouest

Latitude :

  • 45° 30' 19.046"

Longitude :

  • -73° 33' 13.125"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 181 453

Haut de la page

Références

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013