Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin du Portage

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Lotbinière

Date :

  • 1815 – 1817 (Construction)

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Moulins à farine)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

Le moulin du Portage est un moulin à eau en pierre érigé entre 1815 et 1817 et reconstruit à partir du carré de maçonnerie préservé après un incendie survenu en 1988. Ce long bâtiment de plan rectangulaire, à deux étages et demi, est coiffé d'un toit à croupes. Le moulin est situé dans une vallée encaissée, sur la boucle d'un méandre de la rivière du Chêne, dans la municipalité de Lotbinière. Caché par un bosquet, il est relié à la voie publique par un petit chemin.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection inclut également le terrain. Un site archéologique inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

2 ½

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre

Toit :

  • Forme : À croupes
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois massif et vitrage

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Chambranle

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1964-09-30
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin du Portage présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Ce moulin est dit « banal », car le régime seigneurial impose aux seigneurs l'obligation de construire un moulin pour leurs censitaires, qui doivent y faire moudre leur grain et payer en retour un droit de mouture, nommé droit de banalité. Avec le manoir et l'église, cet établissement constitue le noyau de la seigneurie aux XVIIIe et XIXe siècles. Construit entre 1815 à 1817, le moulin du Portage est le second moulin de la seigneurie de Lotbinière, qui est alors la propriété de Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière (1748-1822), quatrième seigneur des lieux. Le moulin du Domaine, bâti en 1799 et situé plus à l'est, dessert déjà sa seigneurie, mais la diminution du débit du ruisseau qui l'alimente affecte sa productivité durant l'été. Tout au long du XIXe siècle, les meuniers de Lotbinière habitent et exploitent les moulins du Domaine et du Portage, en dépit des problèmes persistants d'alimentation en eau. Les deux moulins de Lotbinière, qui sont classés, témoignent encore aujourd'hui de l'histoire de cette seigneurie et d'une activité socioéconomique importante associée au régime seigneurial.

Le moulin du Portage présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa représentativité par rapport à un type de bâtiment industriel. Le moulin à farine peut être actionné par la force du vent ou par celle de l'eau, comme c'est le cas pour le moulin du Portage. Par son plan rectangulaire, ses deux étages et demi et ses murs en moellons noyés dans le mortier, ce moulin est typique des moulins à eau québécois. Il se distingue cependant par son volume très allongé.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du moulin du Portage liés à ses valeurs historiques et architecturales comprennent, notamment :
- sa situation dans une vallée encaissée, sur la rive convexe d'un méandre de la rivière du Chêne;
- ses caractéristiques représentatives du moulin à eau, dont le corps de bâtiment de maçonnerie, le plan rectangulaire (très allongé) et l'élévation de deux étages et demi;
- le toit à croupes couvert en bardeaux de cèdre;
- la disposition irrégulière des ouvertures, les lucarnes à pignon, les contrevents et les chambranles moulurés.

Haut de la page

Informations historiques

Au début du XIXe siècle, Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière (1748-1822), quatrième seigneur de Lotbinière, constate que le débit du ruisseau qui alimente le moulin du Domaine, construit en 1799, diminue considérablement chaque été, ce qui affecte sa productivité. Après avoir essayé de remédier au problème, il fait ériger un second moulin sur le bord de la rivière du Chêne. La construction du moulin du Portage débute en 1815. Louis Lemay, un charpentier de Lotbinière, obtient le contrat pour l'exécution des mécanismes. Tout au long du XIXe siècle, les meuniers de Lotbinière habitent et exploitent les moulins du Domaine et du Portage, en dépit des problèmes persistants d'alimentation en eau en période d'étiage estival.

Le moulin du Portage s'avère peu rentable, et ce même s'il se double durant quelques années d'un moulin à scie. De plus, les crues printanières dévastent régulièrement le site. Ainsi, en 1925, un débordement subit de la rivière du Chêne emporte le mécanisme, paralysant le moulin pendant plusieurs années. Doté d'une machinerie moderne, il est remis en fonction en 1942, mais ferme définitivement en 1949.

Le moulin du Portage est classé en 1964. En 1988, un incendie ravage le bâtiment ne laissant que des murs noircis. Il est reconstruit à partir de la maçonnerie préservée dans les années suivantes, grâce à la mobilisation de la communauté, et est transformé en salle de spectacle.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Lotbinière

Municipalité :

  • Lotbinière

Adresse :

  • 1080, rang Saint-François

Lieux-dits :

  • Saint-Louis-de-Lotbinière

Latitude :

  • 46° 33' 16.63"

Longitude :

  • -71° 58' 12.47"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Lotbinière Paroisse de Saint-Louis-de-Lotbinière Absent Lot 466-A ptie

Code Borden

CdEx-8      

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • ADAM-VILLENEUVE, Francine et Cyrille FELTEAU. Les moulins à eau de la vallée du Saint-Laurent. Montréal, Les Éditions de L'Homme, 1978. 476 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Moulin du Portage ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 419.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013