Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Poste de traite
  • Poste de traite de Chicoutimi
  • Site historique du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Thématique :

  • Patrimoine autochtone (Patrimoine amérindien)
  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction commerciale (Postes de traite)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Groupes associés (4)

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

Le site patrimonial du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi est un ancien établissement servant au commerce des fourrures actif du XVIIe siècle au XIXe siècle, dont l'emplacement est un lieu de fréquentation amérindien préhistorique. Situé à la limite de la partie navigable de la rivière Saguenay et à l'embouchure de la rivière Chicoutimi, le site forme un îlot boisé dans un secteur densément urbanisé de l'arrondissement municipal de Chicoutimi de la ville de Saguenay.

Ce bien est classé site patrimonial. La protection s'applique à un territoire de plus de 60 000 mètres carrés aujourd'hui constitué d'un terrain accidenté couvert d'arbustes ainsi que des vestiges amérindiens et euroquébécois qu'il contient, dont ceux d'un poste de traite. Un site archéologique connu est associé à ce lieu.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1984-05-14
 
Désignation (Canada) Lieu historique national du Canada Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1972-01-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi présente un intérêt pour sa valeur historique comme établissement servant au commerce des fourrures. La traite constitue une activité économique majeure en Nouvelle-France et se poursuit après la Conquête (1760). Établie par le gouverneur Jean de Lauson (vers 1584-1666) en 1652, la Traite de Tadoussac, également nommée Ferme du roi, peut être définie comme le privilège exclusif de chasse, de pêche et de commerce sur un certain territoire. Ces terres faisaient partie du Domaine du roi, c'est-à-dire qu'elles n'étaient pas concédées pour la colonisation et que les profits tirés de leur exploitation revenaient en principe au roi. La concession de la Traite de Tadoussac était adjugée aux enchères à un particulier ou à une compagnie qui en avait la jouissance pour un temps donné. Les comptoirs, qui occupent des endroits stratégiques en bordure d'un cours d'eau important, servent au troc des fourrures avec les Amérindiens ainsi qu'à l'entreposage, au triage et à l'emballage des pelleteries avant qu'elles soient acheminées vers les centres administratifs de la traite ou vers l'Europe. En 1671, le premier bâtiment du poste de Chicoutimi est construit sur le site. Devenu le poste central du Domaine du roi, il est le point de départ de la route des fourrures vers les postes plus éloignés en plus d'être le centre de ravitaillement de ce réseau de postes. Ce poste est habité par quelques Français ou Canadiens en permanence, des travailleurs saisonniers durant l'été et un missionnaire à l'occasion. Sous le Régime anglais, le système français de la traite est maintenu au poste. Toutefois, la colonisation et l'implantation de l'industrie forestière dans la seconde moitié du XIXe siècle entraînent l'abandon du poste de traite de Chicoutimi. En raison du rôle majeur que cet établissement, qui a hébergé l'une des principales missions du Domaine du roi, a joué en Nouvelle-France, il est considéré aujourd'hui comme le lieu de naissance de la ville de Chicoutimi.

Le site présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur archéologique. Le lieu témoigne des activités humaines qui s'y sont déroulées durant la préhistoire et à l'époque historique. Situé sur une basse terrasse bien drainée, à la limite de la partie navigable de la rivière Saguenay et à l'embouchure de la rivière Chicoutimi, le site constitue une étape stratégique sur la route entre le fleuve Saint-Laurent et le lac Saint-Jean. La fréquentation principale du site par les Amérindiens semble comprise entre les XIe et XVIe siècles de notre ère. Occupé surtout durant la belle saison, cet emplacement est non seulement un lieu d'habitation, mais aussi un lieu de rassemblement pour diverses nations amérindiennes. Des échanges commerciaux et culturels, de même que des alliances politiques ont possiblement animé les relations entre les groupes résidants, les Kakouchaks, et ceux en visite. Le matériel mis au jour et les vestiges d'anciens bâtiments du poste de traite témoignent des modes de construction employés au Régime français et illustrent les fonctions résidentielle, commerciale, artisanale, agricole et religieuse de ce poste. Au début de l'été, les Amérindiens installent leurs campements à proximité. Avant de procéder au troc, ils effectuent, selon leurs pratiques culturelles, le rituel des cadeaux avec le traiteur. Quelques jours sont ensuite réservés aux échanges. Le traiteur offre alors aux Amérindiens différents produits usuels et des objets de traite contre leurs fourrures. Peu actif durant l'hiver, le poste sert de refuge aux Amérindiens en cas de maladie ou de famine. La richesse des découvertes archéologiques et le potentiel de recherche font de ce site un lieu clé pour la compréhension des lieux de rassemblement amérindiens et des établissements servant au commerce des fourrures.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du site patrimonial du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi liés à ses valeurs historique et archéologique comprennent, notamment :
- sa situation au confluent de la rivière Chicoutimi et de la rivière Saguenay, à la limite de la partie navigable de la rivière Saguenay;
- les vestiges archéologiques, dont les différentes structures de pierre ou de bois enfouies;
- la portion résiduelle du site renfermant des contextes archéologiques propices à la recherche et à l'interprétation du lieu.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi est, bien avant l'aménagement de l'établissement servant au commerce des fourrures, occupé par des groupes amérindiens, et ce, depuis au moins le XIe siècle de notre ère. Quelques indices matériels laissent même présager une présence autochtone encore plus ancienne. Lieu de campement durant la belle saison, le site occupe un emplacement stratégique par sa situation sur une basse terrasse bien drainée, à la confluence des rivières Saguenay et Chicoutimi. Situé à proximité d'un portage, il constitue un point d'arrêt sur la route entre le fleuve Saint-Laurent et le lac Saint-Jean. Vers les XVe et XVIe siècles, les Amérindiens locaux, nommés les Kakouchaks, semblent recevoir la visite durant l'été de groupes iroquoiens en provenance de la vallée du Saint-Laurent. Ces rencontres sont l'occasion d'effectuer des échanges commerciaux, de fêter et de consolider les liens sociaux et politiques entre ces groupes culturellement distincts.

Le début du commerce de la fourrure entre les Euroquébécois et les Amérindiens remonte au XVIe siècle. Dès 1569, un poste de traite est établi à Tadoussac qui devient par la suite le principal centre de traite du Domaine du roi. Toutefois, sa rentabilité baisse vers la moitié du XVIIe siècle. Forts concurrents, les Anglais offrent un meilleur prix aux Amérindiens pour leurs fourrures. Afin de structurer le commerce, le gouverneur Jean de Lauson (vers 1584-1666) crée en 1652 la Traite de Tadoussac, également nommée Ferme du roi, partie intégrante du Domaine du roi. Ces terres ne sont pas concédées pour la colonisation et les profits tirés de leur exploitation reviennent en principe au roi. Aussi les Français décident-ils de remonter le Saguenay pour se rapprocher des Amérindiens et faciliter ainsi leur entreprise.

Dès 1671, un magasin est construit sur le site de Chicoutimi. Cependant, le poste de traite est officiellement fondé en 1676 à la suite de l'apparition d'une chapelle, d'un logement pour le missionnaire et d'un cimetière. Par la suite viennent s'y intégrer de nombreux bâtiments dont un presbytère, une maison pour le commis, un four, un arsenal et une étable. Les bâtiments concentrés sur le site forment ainsi le premier établissement de Chicoutimi. Le missionnaire joue alors un rôle important au poste de traite. Constamment en contact avec les Amérindiens, il les encourage à ne pas commercer avec les concurrents anglais. Centre religieux, le site de Chicoutimi est desservi en permanence par les Jésuites de 1719 à 1782. Ensuite, des religieux viennent à l'occasion officier et procéder aux sacrements. Enfin, ce sont les pères Oblats de Marie-Immaculée qui oeuvrent au moment de la colonisation. Outre celle érigée en 1676, deux autres chapelles sont élevées sur le site, l'une en 1726 et l'autre en 1892.

Jusqu'à la Conquête (1760), le site fait partie du Domaine du roi. Sous le Régime anglais, la Traite de Tadoussac est appelée Postes du roi (King's Posts). Le système français des affermages continue à se pratiquer, mais ce sont des marchands anglais ou encore des compagnies telles que la Compagnie du Nord-Ouest et la Compagnie de la Baie d'Hudson qui acquièrent le bail d'exploitation. Néanmoins, l'abolition des Postes du roi en 1859, la colonisation et l'implantation de l'industrie forestière entraînent l'abandon du poste de traite de Chicoutimi. Inactif de 1856 à 1863, le poste de traite est acquis par la famille Price qui l'exploite jusqu'en 1876.

Aucun bâtiment ne subsiste du poste de traite. De 1969 à 1972, des fouilles archéologiques sont effectuées sur le site qui est désigné, au cours de cette dernière année, lieu historique national du Canada par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Le site patrimonial du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi est classé en 1984.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Chicoutimi

Adresse :

  • boulevard du Saguenay Ouest

Latitude :

48° 25' 44.0"

Longitude :

-71° 4' 32.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Chicoutimi Ville de Chicoutimi Absent 1201-1
1280 ptie
1281 ptie
950
958-1
959-1

Code Borden

DcEs-1      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CHAPDELAINE, Claude. Le site de Chicoutimi. Un campement préhistorique au pays des Kakouchaks. Québec, ministère des Affaires culturelles, 1985. 336 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GAGNON, Gaston. Commerce des fourrure et poste de traite à Chicoutimi, du XVIIe au XIXe siècle. Chicoutimi, Ville de Chicoutimi, 1983. 135 p.
  • GIRARD, Camil et Normand PERRON. Histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1995. 665 p.
  • LAPOINTE, Camille. Chicoutimi : une étape au coeur d'une forêt habitée. Chicoutimi, Ville de Chicoutimi, 1987. 48 p.
  • LAPOINTE, Camille. Le site de Chicoutimi : un établissement commercial sur la route des fourrures du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Québec, ministère des Affaires culturelles, 1985. 125 p.
  • LAPOINTE, Camille. « Poste de traite ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 458-459.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013